Compteurs Linkys : polémique

Compteurs Linkys : polémique

Vendu comme étant un élément indispensable de la transition écologique, Linky a pris place dans près de 30 millions de foyers. Installé gratuitement, il permet notamment de connaître en temps réel sa consommation d’électricité.

Qu’est ce que Linky ?

Linky est un compteur électrique que de nombreux citoyens français ont dû faire installer dans leur foyer. Enedis (anciennement ERDF) est le principal gestionnaire d’électricité en France et a développé ce compteur dans le but de faire des économies et d’entamer sa transition écologique.

S’il a effectivement permis de réduire les coûts d’Enedis en facilitant le comptage de l’électricité avec un système automatique et de permettre aux particuliers de connaître le détail de leur consommation quotidienne, le compteur Linky a également beaucoup fait parler de lui. Dans un article du Parisien, le fameux compteur qui ne devait pas coûter un centime aux Français devra bel et bien être remboursé à hauteur de 15€. Une aberration pour les usagers qui ne comptent pas verser un sou de leur poche.

Va-t-on devoir payer 15€ pour Linky ?

Suite à toutes ces accusations et à l’indignation de nombreux Français, le gouvernement et Enedis ont affirmé que la tarification de 15€ ne sera pas appliqué pour le financement de Linky. Voilà qui devrait nous rassurer !

Pour clarifier les choses, Enedis a partagé sur son site un communiqué expliquant que les Français n’auront pas à payer 15€ de plus par an pour l’installation de Linky. Le gouvernement a également pris le temps d’éclaircir cette zone d’ombre en affirmant de son côté également que les usagers ne payeront pas de coût supplémentaire.

En effet, l’automatisation du compteur devait permettre à Enedis d’économiser un certain montant lui permettant de financer l’installation de Linky grâce à une “tarification différée”. Pourtant, en décembre 2020, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui contrôle Enedis, avait confirmé une future hausse de 15€ des factures annuelles pour l’utilisation des réseaux d’électricité. Cette augmentation ne devrait concerner uniquement ce qui relève du renouvelable comme le développement des voitures électriques et donc des bornes électriques.

« Le compteur Linky ne fait pas augmenter la facture des consommateurs »

Le régulateur a aussi publié un communiqué mardi pour affirmer que « le compteur Linky ne fait pas augmenter la facture des consommateurs ». « Les économies associées au déploiement du compteur évolué Linky compensent les coûts d’investissement du projet », conclut une nouvelle fois la CRE. Elle rappelle avoir mis en place une « tarification différée » pour que les coûts « soient répercutés dans les tarifs en même temps que les bénéfices ».

L’article de presse qui a mis le feu aux poudres mentionnait que les usagers équipés d’un compteur Linky doivent s’attendre à une augmentation de leur facture à compter de 2022. Une augmentation qui vise à rembourser Enedis du coût d’installation de ces compteurs, estimée à 5,7 milliards d’euros.

Une somme dont Enedis s’est déjà acquitté : la société a en effet contracté un prêt de 5,39 milliard d’euros afin de financer les coûts d’installation et de mise en service des compteurs Linky, le reste étant financé en fonds propre. Mais, comme l’explique Le Parisien, la filiale d’EDF entendrait rembourser cette avance en facturant les coûts d’installation aux utilisateurs, en surplus de leur facture de consommation électrique, à partir de la fin d’année.

Linky est censé permettre des économies pour le gestionnaire du réseau de distribution

La faute à un mécanisme dit de « différé tarifaire », accordé par la Commission de régulation de l’énergie. Ce mécanisme a été mis en œuvre afin de lisser au maximum l’impact de l’installation des nouveaux compteurs sur la facture d’énergie, en neutralisant les coûts liés à l’installation des compteurs Linky jusqu’en fin d’année 2021, date à laquelle Enedis doit parvenir à ses objectifs de 90 % de clients équipés de Linky. Pour Enedis, ce mécanisme se justifie car « les économies sont constatées une fois que le déploiement est terminé, alors que les coûts d’investissements sont immédiats ». La société indique d’ailleurs que de son point de vue, tout se passe comme prévu : « le programme industriel Linky a engendré des coûts d’investissement portés intégralement par Enedis et complètement compensés dans la durée par les économies générées par le déploiement à fin 2021 de 35 millions de compteurs ».

Linky est censé permettre des économies pour le gestionnaire du réseau de distribution, Enedis, qui peut relever les compteurs et même effectuer certaines opérations à distance, ainsi que limiter les erreurs ou la fraude. Les pouvoirs publics espèrent également que les consommateurs pourront réduire leur consommation en la suivant plus finement.

La Cour des comptes avait critiqué en 2018 le programme à 5,7 milliards d’euros, estimant que les gains pour le consommateur étaient insuffisants. Plus de 30 millions de compteurs ont été installés à ce jour. 90 % du déploiement prévu est réalisé à ce jour. Le programme d’installation, commencé en 2015, doit se terminer dans quelques mois.

Le compteur Linky ne devra pas être remboursé selon le gouvernement

Ils « ne paieront pas un coût supplémentaire dû à Linky », a insisté la ministre déléguée à la transition écologique, Emmanuelle Wargon, à l’Assemblée nationale. Elle répondait à une question du député (LFI, Nord) Adrien Quatennens, qui citait l’article du Parisien.

« Enedis exerce une mission de service public régulée, rémunérée, au travers d’un tarif d’utilisation des réseaux d’électricité, sous le contrôle de la Commission de régulation de l’énergie [CRE] », a rappelé la ministre. Cette commission « a vérifié et confirmé que le coût total du projet sera inférieur au budget initial et que les économies de charges prévues seront bien au rendez-vous et donc incluse dans le tarif », a assuré Mme Wargon.

« Tarification différée »

La CRE avait bien prévenu en décembre d’une hausse du futur tarif d’utilisation des réseaux d’électricité, représentant 15 euros de la facture annuelle d’un particulier à l’horizon 2024. Mais elle attribuait essentiellement cette hausse à l’essor des renouvelables (raccordement des sites de production, développement du véhicule électrique…).

Concernant Linky, la CRE estimait effectivement que les économies permises par Linky devaient permettre de compenser la hausse des charges associée à son déploiement.

Le régulateur a aussi publié un communiqué mardi pour affirmer que « le compteur Linky ne fait pas augmenter la facture des consommateurs ». « Les économies associées au déploiement du compteur évolué Linky compensent les coûts d’investissement du projet », conclut une nouvelle fois la CRE. Elle rappelle avoir mis en place une « tarification différée » pour que les coûts « soient répercutés dans les tarifs en même temps que les bénéfices ».

Edmond