Artemis 1 est le point de départ des projets de la NASA visant à emmener (re)mettre des gens sur la Lune, après la fin du programme Apollo en 1972. Après de nombreux retards, il est enfin en route.

La fusée Space Launch System a décollé avec succès à 1h47 du matin le 16 novembre, transportant la capsule Orion – il n’y a personne à bord, mais il pourrait y avoir un équipage lors de la prochaine mission si tout va bien. Tout s’est déroulé comme prévu, y compris la séparation des propulseurs à poudre (les fusées minces sur les côtés) peu après le lancement, et la séparation du module de service de la fusée. Les panneaux solaires d’Orion se sont déployés avec succès à 2h41 du matin.

Artemis 1 avait déjà été repoussé plusieurs fois, en raison de problèmes techniques et des conditions météorologiques. La première fenêtre de lancement était fixée au 29 août 2022, mais elle a été annulée en raison de problèmes détectés dans les systèmes de refroidissement des moteurs. La NASA a fait une nouvelle tentative le 3 septembre, mais s’est arrêtée en raison d’une fuite d’hydrogène liquide dans l’étage central, puis la fusée a été ramenée dans le Vehicle Assembly Building alors que l’ouragan Ian s’approchait de la Floride. La fusée a été ramenée sur l’aire de lancement le 3 novembre, en attendant la fenêtre de lancement d’aujourd’hui.

Il s’agissait du premier test complet du Space Launch System, la plus grande fusée spatiale moderne, qui repose sur la technologie de la navette spatiale. Au cours des 25 prochains jours, la capsule Orion se rendra sur la Lune et s’écrasera sur Terre.