Boris Johnson, « exaspéré », ordonne une étude sur les traversées de la Manche en petit bateau.

Boris Johnson, « exaspéré », ordonne une étude sur les traversées de la Manche en petit bateau.

Stephen Barclay est chargé de superviser les efforts visant à mettre fin aux traversées après l’arrivée de plus de 24 500 personnes en 2021.
Boris Johnson a ordonné une étude sur les traversées de la Manche en petites embarcations afin de trouver un moyen de réduire le nombre de personnes effectuant ces voyages depuis la France.

Le Premier ministre aurait été exaspéré de constater qu’aucune politique n’a été mise en place pour résoudre ce problème. Plus de 24 500 personnes sont arrivées sur la côte sud en 2021.

Le chancelier du duché de Lancaster, Stephen Barclay, a été chargé de superviser les tentatives de résolution de la situation, selon le Times. Il ajoute que le Premier ministre a déclaré aux députés que la question était prioritaire.

« Si la situation est mauvaise maintenant, elle sera bien pire au printemps, quand il fera plus chaud », a déclaré une source gouvernementale au journal.

Priti Patel envisage de nouvelles règles strictes dans les centres de détention pour les personnes qui ont traversé la Manche depuis la France, ce qui pourrait entraîner le rejet de leur demande d’asile.

La mesure, qui est similaire à l’approche utilisée par la Grèce, est la dernière dont le ministre de l’intérieur et les fonctionnaires ont discuté. Elle aurait pour effet de soumettre les arrivants à des contrôles de routine et de mettre en place des couvre-feux pour les empêcher de s’enfuir.

La Grèce a utilisé cette tactique après avoir fait face à un afflux de réfugiés fuyant le Moyen-Orient par la mer Égée au cours de la dernière décennie. Elle a également numérisé sa procédure de demande d’asile, une pratique que Patel souhaite copier, selon le Daily Telegraph.

Plus de 24 500 migrants ont atteint le Royaume-Uni cette année, soit plus de trois fois le total prévu pour 2020. Plus de 5 000 d’entre eux ont traversé le pays en novembre.

D’autres mesures possibles ont été évoquées la semaine dernière, notamment la création de centres de traitement en Albanie – ce que la ministre des affaires européennes et étrangères du pays, Olta Xhaçka, a qualifié de « fake news ».

S’exprimant dans l’émission Today sur BBC Radio 4 samedi matin, le député Tim Loughton, qui représente East Worthing et Shoreham sur la côte sud, a déclaré : « Nous savons tous que la seule véritable solution est que les Français fassent ce qu’ils ont légalement le droit et l’obligation de faire, c’est-à-dire intercepter les bateaux lorsqu’ils sont dans l’eau et ramener les passagers sur le territoire français. »

En plus de se pencher sur les centres offshore, le nouveau projet de loi sur les frontières et les nationalités actuellement en cours d’examen au Parlement donnerait plus de pouvoir au gouvernement, a-t-il déclaré.

« Nous avons des pouvoirs limités de ce côté-ci de la Manche, ce qui est profondément frustrant et je partage l’exaspération du ministre de l’intérieur dans le fait que nous ne sommes pas en mesure de faire plus à ce sujet. Les Français ont absolument le pouvoir de mettre fin à ce commerce misérable. »

Il a ajouté que les forces frontalières britanniques avaient proposé aux autorités françaises d’utiliser la technologie des drones pendant la nuit, lorsque les bateaux ont tendance à partir.

La tension est montée entre Londres et Paris sur cette question. Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré que la Grande-Bretagne était passée du « partenariat à la provocation » sur cette question, le dernier différend entre les pays depuis le Brexit. En juillet, Patel avait signé un accord de 54 millions de livres avec la France pour doubler les patrouilles de police sur les plages.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré plus tôt dans la semaine que la France ne serait pas un « punching-ball » pour la politique britannique, et a blâmé les passeurs de clandestins basés en Grande-Bretagne et les lois du travail laxistes.

John CASTEL

John CASTEL

Il est étudiant en journaliste dans une école parisienne. John est spécialisé dans les informations relatives au numérique et la High-Tech. Théo permet d’apporter une information au plus près de nos lecteurs.