Carte Bancaire Française

Carte Bancaire Française

Il existe toute une gamme de cartes de paiement, de débit et de crédit en France, mais la carte la plus utilisée est la Carte Bancaire (CB).

La carte bancaire d’une banque française

Cette carte est utilisée sur une base interbancaire et la CB est devenue un terme générique.

Lorsqu’elle est associée à la carte Mastercard ou Visa, elle peut être utilisée en dehors de la France.

La carte CB est désormais la carte bancaire européenne standard et vous pouvez retirer des espèces partout où le logo CB est affiché, ou l’utiliser au guichet.

Vous pouvez retirer de l’argent aux distributeurs automatiques de billets (DAB) partout en France où le logo CB est affiché, sans frais, qu’il s’agisse ou non d’un DAB de votre propre banque.

Si vous retirez de l’argent dans des distributeurs situés hors de la zone euro, vous devrez payer des frais de change.

La carte de débit CB de base vous coûtera environ 45 € par an, et les versions plus haut de gamme (Premier, Gold et Platinum) de 125 € à plusieurs centaines d’euros par an.

Certaines banques en ligne les proposent gratuitement, l’une des offres les plus intéressantes étant peut-être celle de Wise (anciennement Transferwise) qui propose un compte multidevises. Cependant, il n’y a pas d’intérêt sur les soldes et ils ne proposent pas de prêts ou de découverts, mais il est facile d’ouvrir un compte chez eux sans avoir besoin d’une adresse en France, et leurs frais sont très raisonnables.

Il n’existe pas de droit légal automatique à une carte bancaire, bien que l’on puisse s’attendre à ce que la plupart des résidents en obtiennent une, bien que sous conditions.

Conformément au règlement européen 2015/751, toutes les cartes doivent mentionner la catégorie à laquelle elles appartiennent. Il existe quatre catégories différentes

Les cartes de crédit, qui doivent mentionner le mot "crédit" imprimé sur la carte.

Les cartes de débit, qui doivent mentionner le mot "débit" sur la carte.

Les cartes commerciales, qui sont destinées à un usage professionnel/professionnel, avec la mention "commercial" sur la carte.

Cartes prépayées, avec la mention "prepaye" imprimée sur la carte.

Cette catégorisation n’affecte pas le titulaire de la carte ; elle définit simplement le niveau des frais payés entre les banques.

Les cartes sont soit à débit immédiat, soit à débit différé, certaines pouvant même être les deux sur la même carte, ce qui vous laisse le choix de l’utilisation. En règle générale, la cotisation annuelle des cartes à débit immédiat est moins élevée.

Les cartes à débit différé sont proposées par les banques aux clients qui préfèrent que toutes leurs opérations de débit du mois aient lieu à une seule date. Il ne s’agit pas d’une « carte de crédit » (prêt) au sens où l’entendent habituellement les anglophones. Ce n’est que s’il s’agit d’une carte de crédit ou d’une carte débit/crédit que ce sera le cas.

Elles n’offrent pas, par elles-mêmes, une quelconque facilité de découvert ou d’emprunt, qui doit être convenue séparément avec votre banque. En outre, les retraits d’espèces sont débités immédiatement.

Dans le cadre du règlement européen, les cartes de crédit différé sont des cartes de crédit, avec ou sans intérêts. Il s’agit également des cartes de crédit à la consommation et des cartes de crédit « revolving ».

Une carte prépayée est définie dans le règlement comme une carte qui donne accès à une somme d’argent limitée. Ces cartes sont connues sous le nom de cartes cadeaux, cartes rechargeables ou cartes pour les personnes protégées.

Les banques émettent également des cartes qui ne peuvent être utilisées que lorsque le compte est suffisamment approvisionné. Ces cartes sont appelées cartes à autorisation systématique ou cartes anti-dépassement. Avec ces cartes, il n’est pas possible d’être à découvert. Les cartes Visa Electron et Maestro Mastercard sont deux exemples de telles cartes.

Un certain nombre de grandes chaînes de magasins émettent des cartes co-brandées avec un partenaire (Mastercard/Visa). Les frais annuels de ces cartes sont parfois moins élevés que ceux d’une carte bancaire directe, mais le coût du crédit lié à l’utilisation de la carte l’emporte souvent sur les frais annuels moins élevés.

Toutes ces cartes sont assorties de limites quant au montant des retraits d’espèces qu’elles permettent d’effectuer en une seule occasion, qui dépendent du type de carte. Une somme maximale de 500 € sur une période de 7 jours n’est pas inhabituelle pour une carte standard, mais selon un accord, elle peut être supérieure ou inférieure.

Il existe également des limites au niveau total des dépenses sur une période de 7 ou 30 jours, en fonction du type de carte et des accords avec votre banque.

Toutes les cartes en France fonctionnent sur la base d’une carte à puce (« chip and pin »), grâce à l’utilisation d’une micro-puce intégrée à la carte. C’est désormais la norme dans toute l’Europe, mais la France a été le premier pays à adopter ce système.

En conséquence, vous recevrez un code PIN avec votre carte, que vous devrez utiliser à chaque fois que vous effectuerez une transaction. La carte est introduite dans un terminal de paiement et vous entrez alors votre code à quatre chiffres et appuyez sur la touche de validation.

Les cartes sont également disponibles « sans contact », ce qui vous permet de payer sans avoir à saisir votre code PIN, jusqu’à 50 euros. Un symbole composé de quatre lignes courbes rayonnant vers la droite (semblable au symbole « wi-fi ») sur votre carte indique si vous avez une carte sans contact.

Si vous avez une Mastercard ou une Visacard internationale de votre pays d’origine, vous pouvez l’utiliser en France, mais vous serez bien sûr confronté au risque de change et, selon les conditions de votre carte, vous pourrez également être amené à payer des frais. La plupart des banques facturent des frais pour le retrait d’argent sur la carte, bien que cela soit moins courant pour l’achat de biens ou de services.

Les banques proposent également des cartes de retrait, appelées cartes de retrait, qui vous permettent de retirer de l’argent au distributeur automatique de votre agence, ou plus largement.

Ces cartes peuvent être offertes gratuitement avec un compte bancaire ou moyennant des frais minimes. Vous ne pouvez pas utiliser ces cartes pour acheter des biens ou des services.

Il existe deux grandes marques de cartes de retrait – Carte Cirrus et Carte Plus – la première étant émise par MasterCard, la seconde par Visa. Ces cartes vous permettent de retirer de l’argent dans presque tous les distributeurs automatiques de billets en France, ainsi qu’à l’étranger.

Les banques de l’EEE sont tenues de ne pas appliquer de frais plus élevés pour l’utilisation d’une carte dans un autre pays européen que ceux qui s’appliquent à l’intérieur de leurs propres frontières nationales.

En fait, les cartes devraient fonctionner sur la même base que les transferts d’argent internationaux, ce qui est examiné en détail dans la rubrique Transferts d’argent internationaux.

Les autres grandes cartes de débit que l’on peut trouver en France sont American Express et Diners Club, mais elles ont leur propre système de transactions et ne sont pas forcément acceptées par tous les commerçants.

Cartes perdues ou volées

En France, comme ailleurs en Europe, la responsabilité d’une banque d’indemniser un client en cas de transaction frauduleuse est clairement inscrite dans la loi.

Selon le Code monétaire et financier, la banque est tenue de rembourser immédiatement son client à hauteur du montant de la transaction non autorisée. Si nécessaire, elle a également l’obligation de rétablir le compte débité dans l’état où il se serait trouvé si l’opération n’avait pas eu lieu.

L’article L. 133-18 du code prévoit :  » en cas d’opération de paiement non autorisée signalée par l’utilisateur dans les conditions prévues à l’article L. 133-24, le prestataire de services de paiement du payeur rembourse immédiatement au payeur le montant de l’opération non autorisée et, le cas échéant, rétablit le compte débité dans l’état où il se serait trouvé si l’opération de paiement non autorisée n’avait pas eu lieu. « 

Selon le code bancaire, en cas d’utilisation frauduleuse de votre carte, si votre numéro de carte n’a pas été utilisé, vous avez droit à un remboursement intégral.

Si votre numéro de carte a été utilisé, il n’y a pas de remboursement en dessous de 50 €. Au-delà de 50 €, la franchise de 50 € s’applique. Cela signifie que si votre carte est utilisée illégalement pour des dépenses d’un montant de 250 €, vous serez remboursé de 150 €.

Néanmoins, en ce qui concerne la fraude à la carte, le même code prévoit une exception à l’obligation de la banque si le client n’a pas agi avec la diligence requise par la loi, que ce soit intentionnellement ou par négligence grave.

Ces obligations signifient que le client doit utiliser la carte conformément aux conditions d’utilisation et ne doit pas faire preuve de négligence, par exemple en communiquant les données de sécurité de sa carte de crédit.

Ces règles s’appliquent à un client victime de « phishing », c’est-à-dire qu’une personne se fait passer pour une organisation connue d’une personne, comme une banque ou une administration fiscale, dans un but malveillant.

En cas de perte ou de vol de votre carte CB, vous pouvez contacter votre banque ou appeler le numéro d'urgence interbancaire 0892 705 705, disponible 24h/24 et 7j/7. Ce numéro est disponible sur tous les distributeurs automatiques de billets.
Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.
%d blogueurs aiment cette page :