Ce qui va changer au 1er octobre : Energies, assurance chômage…

Ce qui va changer au 1er octobre : Energies,  assurance chômage…

Comme chaque début de mois, octobre apporte son lot de changements. Des hausses de tarifs, des revalorisations… On fait le point sur les plus grandes nouveautés qui accompagnent le 10e mois de l’année.

Depuis plusieurs semaines, les tarifs de l’énergie sont au cœur de l’actualité. Et pour cause, avec des hausses à répétition, les prix s’envolent et ce n’est pas octobre qui signera la fin de cette tendance.

Hausse de 12,6% du tarif réglementé du gaz

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie vont une nouvelle fois bondir, de 12,6% TTC au 1er octobre dans le sillage de la hausse des cours sur le marché. « Cette évolution résulte de la hausse, historique, des prix du gaz sur le marché mondial qui se répercute sur les coûts d’approvisionnement du fournisseur de gaz Engie », explique la Commission de régulation de l’énergie (CRE). « La France ne dispose pas de gaz sur son territoire et importe 99% de sa consommation de gaz naturel, elle est donc exposée, comme le reste de l’Europe, aux variations des prix de marchés européens et mondiaux  », poursuit le régulateur.

Hors taxe, la hausse est de 13,9% et, dans le détail, de 4,5% pour les utilisateurs de gaz pour la cuisson, de 9,1% pour ceux qui ont un double usage (cuisson et eau chaude), et de 14,3% pour les foyers qui se chauffent au gaz, détaille la Commission.

Appliqués à environ trois millions de foyers, pour l’essentiel par Engie qui en détient le monopole sur la plus grande partie du territoire, ces tarifs réglementés, remis à jour chaque mois, ont connu une série de fortes hausses récemment. Ils ont encore augmenté de 8,7% au 1er septembre, après plus de 5% en août et près de 10% en juillet.

Hausse du salaire minimum

Le smic connaîtra bien une augmentation automatique, en raison de la hausse de l’inflation, à compter du 1er octobre. Selon les calculs de l’AFP, cette revalorisation sera de 34, 20 euros brut par mois, ce qui porte alors le montant total du salaire minimum à 1 589 euros brut.

La raison de cette hausse du smic ? La hausse des prix, puisque au 1er octobre, l’indice des prix augmente de 2,2 % selon le chiffre publié mercredi 15 septembre par l’Insee. Avec cette hausse dès le 1er octobre, le smic horaire passe ainsi à 10,48 euros brut, contre 10,25 euros actuellement.

La rémunération des fonctionnaires aussi

L’indice minimum de traitement des agents publics sera rehaussé pour atteindre le niveau du Smic automatiquement revalorisé à cette date. « Dès le 1er octobre, un agent de catégorie C dans cette situation touchera 37 euros de traitement supplémentaire par mois », précise le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques.

Revalorisations de salaires dans la santé et l’aide à domicile

Plus de 500.000 agents de la fonction publique hospitalière vont bénéficier d’une revalorisation de leurs grilles de salaires, dans le cadre du Ségur de la santé: infirmières, aides-soignantes, cadres de santé, auxiliaires de puériculture, manipulateurs radio, masseurs-kinés…

Par ailleurs, l’augmentation générale de 183 euros net par mois sera élargie à 18.500 autres soignants du secteur social et médico-social , relevant de la fonction publique mais dont les structures ne sont pas rattachées à un hôpital ou un Ehpad.

En outre, 209.000 aides à domicile du secteur associatif intervenant chez les personnes âgées et handicapées bénéficient d’une hausse salariale de 13% à 15%. En revanche les 160.000 employés du privé en sont privés, ce qui fait craindre un départ massif de ces salariés.

Ce coup de pouce salarial ne va pas entraîner d’augmentation du reste à charge pour les usagers en situation de handicap ou âgés, car il sera pris en charge par les départements, compensés partiellement par l’État.

Le calcul décrié du chômage entre en vigueur

La réforme de l’assurance chômage entre en vigueur au 1er octobre. Le gouvernement justifie le durcissement du calcul de l’allocation par l’amélioration de la situation de l’emploi. Les syndicats estiment que le nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR), base de l’allocation, va pénaliser les demandeurs d’emploi alternant chômage et activité, « les permittents ».

Selon une évaluation de l’Unédic réalisée au printemps, jusqu’à 1,15 million de personnes ouvrant des droits dans l’année suivant l’entrée en vigueur de la réforme toucheraient une allocation mensuelle plus faible (de 17% en moyenne), avec dans le même temps une « durée théorique d’indemnisation » allongée (14 mois en moyenne contre 11 avant la réforme). 

Revalorisation des APL

C’est une revalorisation qui dans les faits, ne changera pas la vie des bénéficiaires de l’aide pour le logement, mais qui est assez rare pour être soulignée, puisque les APL n’avaient pas fait l’objet d’une hausse depuis des années. Le site du service public indique que « les aides vont donc augmenter de 0,42 % au 1er octobre 2021. Cette hausse fait suite à un gel de leur revalorisation en 2018 et à une désindexation des APL sur l’IRL inscrite dans les lois de finances 2019 et 2020 ».

Et suivant le rapide calcul proposé par la Voix du Nord, le coup de pouce ne suffira pas à mettre du beurre dans les épinards, puisque pour une personne qui reçoit 150 € d’APL, cette revalorisation lui permettra de voir ce montant augmenter de 63 centimes.

Brexit

Les voyageurs français et européens ressortissants devront disposer d’un passeport valide pour entrer au Royaume-Uni. Seuls les résidents qui se sont vu accorder un statut temporaire (pre-settled) pourront continuer à utiliser une carte d’identité jusqu’en 2025. De nombreux pêcheurs français risquent de ne plus avoir accès aux eaux des îles anglo-normandes, des dizaines de licences provisoires expirant le 30 septembre au soir. La situation est particulièrement tendue autour de Jersey, à quelques encablures des côtes normandes, où les pêcheurs français avaient déjà organisé un blocus du port en mai.

En octobre, plusieurs échéances pour les impôts

  • 15 octobre : date limite de paiement des taxes foncières si vous n‘utilisez pas de moyen de paiement dématérialisé (paiement en ligne par internet, smartphone ou tablette, prélèvement à l’échéance ou mensuel).
  • 15 octobre : 10e prélèvement mensuel, pour tous les impôts mensualisés.
  • 15 octobre : 10e prélèvement mensuel d‘acompte au titre du prélèvement à la source des revenus (revenus des indépendants ou agriculteurs, revenus fonciers, pensions alimentaires, etc.)
  • 20 octobre : date limite de paiement des taxes foncières, par internet, smartphone ou tablette. Si vous êtes un particulier, vous avez jusqu‘au 20 octobre minuit pour payer en ligne vos taxes foncières. Le prélèvement sera effectué sur votre compte bancaire à compter du 25 octobre. Vous serez informé de la date de prélèvement lors de l’enregistrement de votre ordre de paiement.
  • 25 octobre : 2e prélèvement de l‘impôt sur le revenu, si le montant restant à payer de votre impôt sur les revenus est supérieur à 300 €.
  • 31 octobre : date limite d‘adhésion au prélèvement à l’échéance de la taxe d’habitation et de la contribution à l’audiovisuel public. Le prélèvement sur votre compte bancaire aura lieu à compter du 25 novembre. Votre contrat de prélèvement à l’échéance sera reconduit, sauf avis contraire de votre part, pour votre taxe d’habitation 2022.

Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.