Covid-19 : les tests PCR ou antigéniques payants

Covid-19 : les tests PCR ou antigéniques payants

L’Académie de médecine préconise de ne plus rembourser certains tests PCR ou antigéniques afin d’encourager la vaccination. Une question qui « se posera autour de la rentrée », indique ce lundi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Faut-il mettre fin à la gratuité de certains tests de dépistage du Covid-19 en France ? Cela serait en tout cas pertinent de l’avis de l’Académie de médecine qui propose de ne plus rembourser certains tests PCR ou antigéniques soupçonnés de détourner une partie de la population de la vaccination. « Pour vaincre le Covid-19, une bonne vaccination vaut mieux que des tests à répétition », résume ainsi l’institution parisienne dans un communiqué du 23 juin.

Des tests accusés de ralentir la vaccination

Surtout, l’Académie de médecine affirme que ces tests de complaisance freinent la vaccination.

« Aujourd’hui, pour faire un certain nombre de choses, il faut soit avoir reçu ses deux doses, soit avoir réalisé un test. Vous avez des personnes qui ont fait leur première dose il y a quelques semaines, peut-être parce qu’elles n’avaient pas le droit de la faire avant, qui ne peuvent donc pas être totalement vaccinées », justifie Gabriel Attal.

Covid-19: avec la baisse des rendez-vous, les vaccinodromes en sous-régime

Selon le porte-parole du gouvernement, rendre ces tests payants dès à présent serait injuste pour ceux qui n’ont pas reçu leur deuxième dose et « qui n’y sont pour rien ». En France, presque la moitié de la population française (49,5%, soit 33.372.708 personnes) a reçu au moins une injection et près d’un tiers (31,6%, soit 21.278.460 personnes) est complètement vacciné (soit avec deux doses, soit avec une seule pour ceux qui avaient déjà eu le Covid ou ont reçu le vaccin Janssen).

Pour aller plus loin : COVID-19  

Les tests « de complaisance » dans le viseur

S’il n’est pas à l’ordre du jour de ne plus rembourser les tests à visée diagnostique, de rigueur en cas de symptômes du Covid ou de contact avec une personne contaminée, les tests « pratiqués pour convenances personnelles » chez les personnes non vaccinées sont, eux, dans le viseur de la société savante. Les rendre payants encouragerait sans doute, selon elle, certains Français à se faire vacciner. Pour mesurer l’impact de cette décision sur l’adhésion à la vaccination, elle encourage l’exercice d’un suivi.  

Sont notamment concernés ceux pratiqués en prévision d’un voyage, d’un concert, d’un séjour entre amis ou de retrouvailles mêlant un grand nombre de personnes.

Le calendrier des prises de rendez-vous pour se faire vacciner s’allège, un peu trop au goût des autorités sanitaires, alors faudrait-il aller jusqu’à la contrainte ? L’Académie nationale de médecine propose de ne plus rembourser certains tests PCR ou antigéniques car ils détournent, selon elle, certains Français de la vaccination.

Il n’est pas question de ne plus rembourser vos tests si vous les faites si vous avez des symptômes du Covid ou si vous êtes cas contact, en revanche, la société savante recommande de faire payer les personnes qui se font tester par convenance, pour voyager, pour aller à un concert, ou passer un week-end avec des amis.

Le Professeur Yves Buisson, président du groupe Covid-19 à l’Académie de médecine, n’est pas contre l’idée. « Il faut tenter cela, parce que de toute façon cette frange de la population qui hésite encore à se faire vacciner utilise de façon excessive la possibilité de se faire tester. Ça coûte très cher à la collectivité et le vaccin étant lui-même gratuit, il vaut mieux qu’ils se fassent vacciner », plaide-t-il.

Réduire les coûts pour la sécurité sociale

Outre l’intérêt d’une telle proposition pour relancer la vaccination, l’Académie estime qu’elle cela permettrait aussi de réduire les frais pour la Sécurité sociale. « Il faut tenter cela, parce que de toute façon cette frange de la population qui hésite encore à se faire vacciner utilise de façon excessive la possibilité de se faire tester. Ça coûte très cher à la collectivité et le vaccin étant lui-même gratuit, il vaut mieux qu’ils se fassent vacciner », détaille le Professeur Yves Buisson, président du groupe Covid-19 à l’Académie de médecine, auprès de RTL.

Combien coûte un test PCR chez nos voisins ?

Réaliser un test de dépistage du Covid-19 est gratuit en France. En revanche, hors de nos frontières, cela peut coûter très cher : jusqu’à 300 euros en Suède, par exemple.

Si vous comptez partir à l’étranger cet été, il est fort probable que vous revoyiez votre budget vacances à la hausse… Comme l’an dernier, il faudra en effet composer avec l’épidémie de Covid-19 et anticiper une panoplie de mesures sanitaires, parmi lesquelles les tests PCR négatifs de moins de 72h, obligatoires pour revenir sur le sol français.

Si en France leur coût est pris en charge par la Sécurité sociale (ils sont donc gratuits pour les résidents et les touristes étrangers), les tests de dépistage sont payants quasiment partout dans le monde. Et les sommes varient considérablement d’un pays à l’autre : en Europe, comptez 30 euros à Chypre, 100 euros en Espagne et jusqu’à 300 euros en Suède.

Chaque pays fixe ses propres règles

Outre la France, rares sont les pays européens à proposer la gratuité des tests pour tous et sur rendez-vous : il y a la Norvège, le Danemark, Malte et le Monténégro. D’autres ont opté pour un plafonnement du prix, comme c’est le cas en Lettonie, où un test coûte 37 euros.

En revanche, d’autres États n’hésitent pas à gonfler leurs prix, le plus élevé étant celui pratiqué en Suède : jusqu’à 300 euros. Viennent ensuite le Royaume-Uni et l’Irlande (jusqu’à 250 euros), la Finlande (200 euros) ou encore l’Allemagne (jusqu’à 150 euros). À l’inverse, on trouve les tarifs les plus bas à l’est : en Biélorussie et en Turquie (environ une vingtaine d’euros le test).

Mais en moyenne, le prix d’un test PCR en Europe avoisine les 100 euros. Il peut par ailleurs augmenter ou diminuer selon les établissements qui opèrent les prélèvements (laboratoires privés ou publics, centres de dépistage, cabinets de médecine, etc.) et les villes. Ainsi, on trouve dans certains pays une fourchette de plusieurs dizaines d’euros, comme aux Pays-Bas (entre 60 et 140 euros le test en moyenne) ou l’Autriche (entre 50 et 120 euros).

Peut-on se faire rembourser un test PCR fait à l’étranger?

Les dépistages Covid-19 sont gratuits en France, une exception, car les prix peuvent grimper à plus de 100 euros à l’étranger et, pour les personnes non complètement vaccinées, ils sont obligatoire pour revenir sur le territoire.

À quelques jours des vacances d’été, alors que le Covid-19 et ses variants circulent encore dans de nombreux pays, partir à l’étranger demande de nombreuses vérifications en amont, car les pays hôtes veulent être sûrs de ne pas faire entrer sur leur sol des personnes contaminantes. Ainsi, selon les États, des tests négatifs ou des certificats vaccinaux sont demandés, et des périodes d’isolement peuvent également être imposées.

Mais pour revenir en France, il faut également présenter un test PCR, vieux d’au minimum 72 heures, selon les zones d’où l’on part. Or, si le dépistage est gratuit en France, il est le plus souvent payant à l’étranger, ce qui peut représenter un budget conséquent.

Un test « à caractère médical, urgent et inopiné »

Si certains pays déclarent prendre en charge le prix du test pour les étrangers, comme le Danemark, la Norvège et le Monténégro, il faut débourser jusqu’à 140 euros dans d’autres pays, comme à Malte, jusqu’à 120 euros en Espagne ou 100 euros au Portugal, comme l’explique Le Figaro. Or il est important de noter qu’ils ne sont remboursés, au moins partiellement, que dans certains cas.

Si le test est réalisé dans un État membre de l’Union européenne ou en Suisse, il est pris en charge par l’Assurance maladie s’il s’agit d’un « test immédiatement nécessaire. Il convient alors de présenter sa carte européenne d’Assurance Maladie au moment de la réalisation du test », explique le site Ameli.

John CASTEL

John CASTEL

Il est étudiant en journaliste dans une école parisienne. John est spécialisé dans les informations relatives au numérique et la High-Tech. Théo permet d’apporter une information au plus près de nos lecteurs.
%d blogueurs aiment cette page :