Crues: 13 départements du Nord et de l’Est

Crues: 13 départements du Nord et de l’Est

Météo-France évoque des « crues atypiques pour la saison ». Treize départements du Nord et de l’Est sont placés en vigilance orange ce vendredi matin: l’Ain, l’Aisne, les Ardennes, le Doubs, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, le Nord, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, la Haute-Saône et la Saône-et-Loire.

Les tronçons suivants sont placés en vigilance orange par Vigicrues (crues) : Helpe majeure (Nord), l’Orne (Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle), Chiers amont (Meurthe-et-Moselle), Chiers aval (Ardennes, Meuse), Vezouze (Meurthe-et-Moselle), Aisne amont (Ardennes, Marne, Meuse), Oise amont (Aisne), Ognon en amont de la Linotte (Doubs, Haute-Saône), Ain (Ain), Rhin canalisé amont (Alsace), Rhin canalisé aval (Bas-Rhin), Rhin courant libre (Bas-Rhin), Aisne Ardennaise (Ardennes).

Encore des averses sur l’est

Du Nord-Est au Centre-Est, la nébulosité importante s’accompagnera, le matin, d’averses. Elles prendront un caractère orageux de la Lorraine et l’Alsace à la Franche-Comté jusqu’à Rhône-Alpes et les Alpes du Sud. L’après-midi, le risque d’averses se concentrera principalement sur la façade Est, de la Lorraine au sud des Alpes et la menace orageuse, n’intéressera plus que le massif alpin.

En Aquitaine, des nappes de brouillards ou des nuages bas débuteront la journée. Les brouillards disparaîtront mais les nuages resteront encore tenaces principalement sur le Pays basque.

Du Roussillon à la Provence et la basse vallée du Rhône, le soleil sera bien présent malgré quelques passages nuageux. Ce beau temps s’accompagnera d’un mistral et d’une tramontane modérée.

Sur les autres régions, le ciel sera variable mais sec avec davantage de nuages sur les Pyrénées et son piémont. Enfin, sur la Corse, avec le réchauffement diurne des ondées orageuses seront à craindre.

Les températures matinales seront homogènes de 14 à 16 degrés, jusqu’à 17/21 près de la Grande Bleue. Les maximales monteront de 21 à 26 degrés sur la moitié nord à 26/28 au sud. Cependant, le thermomètre montera difficilement en Aquitaine par manque d’ensoleillement avec pas plus de 22 à 24 degrés. A l’opposé, il fera plus chaud du Roussillon aux plages varoises avec 28 à 30 degrés.

« Des sols déjà très humides », propice aux crues

Cet épisode est lié à une « perturbation pluvio-orageuse » qui doit perdurer jusqu’à ce vendredi et qui a apporté des précipitations « sur des sols déjà très humides pour la saison ». Selon Vigicrues, « les nombreuses crues en cours se propagent vers les secteurs aval, avec une tendance à la décrue sur les secteurs amont ».

Le service met en garde contre « des inondations importantes », qui peuvent rendre difficile les conditions de circulation, affecter les transports ferroviaires, et produire des coupures d’électricité.

À cause des crues Inquiétudes des milieux économiques

En Meurthe-et-Moselle, les communes de Briey, Longwy et Longuyon sont ainsi touchées par des inondations : 80 centimètres d’eau ont été observés dans les rues par endroits, indique la préfecture dans un communiqué, qui précise néanmoins que « la décrue est amorcée ». La préfecture a également fait état de coupures d’électricité affectant 200 foyers. A Bar-le-Duc, la médiathèque a été inondée et des œuvres ont dû être évacuées par les pompiers et des agents de la voirie.

Sur le réseau ferroviaire, « la circulation reste interrompue entre Thionville et Luxembourg, des suppressions sont aussi à prévoir entre Thionville et Metz suite à l’inondation des installations du réseau luxembourgeois », a annoncé le réseau TER de Lorraine sur son compte Twitter. Le réseau Grande Ligne ne devrait pas être affecté, selon une porte-parole régionale de SNCF Mobilités.

Les milieux économiques, eux, s’inquiètent déjà des conséquences. « Chaque jour de pluie, c’est de la récolte en moins. Nous sommes en train de faire une estimation des pertes. Je pense que pour la prochaine vendange, nous serons autour de 7 000/8 000 kilos à l’hectare », contre 13 500 kg en temps normal, explique Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne. « Nous pouvons encore faire une récolte de qualité à défaut de quantité », estime-t-il, en attendant le retour du beau temps en fin de semaine.

Par ailleurs, la circulation fluviale sur le Rhin est interrompue sur la façade est de la France, de Birsfelden, en Suisse, jusqu’à Germersheim, en Allemagne, en passant par Kembs (Haut-Rhin) et Gambsheim (Bas-Rhin), selon le Centre d’alerte rhénan et d’informations nautiques de Gambsheim (Caring). La circulation sur le Rhin est interrompue depuis mardi « et probablement jusqu’au début de la semaine prochaine », a ajouté le Caring.

Face à l’augmentation du débit du fleuve, la préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, a décidé la mise en eau du polder d’Erstein, une zone de rétention de crues de 600 hectares, pouvant stocker 7,8 millions de mètres cubes d’eau. Côté allemand, les autorités envisagent également la mise en eau du barrage agricole de Strasbourg Kehl, qui peut stocker 37 millions de mètres cubes d’eau.

Vers une décrue de la rivière d’Ain

Dans le département de l’Ain, à la suite des précipitations observées toute la journée de jeudi, les débits de la rivière d’Ain ont connu une hausse significative en fin d’après-midi. Les niveaux sont désormais stables à l’amont du tronçon (Pont d’Ain) depuis le milieu de nuit, et seront orientés à la baisse en cours de matinée. A l’aval (Chazey), les niveaux poursuivent leur hausse avant une stabilisation en cours de matinée, puis une amorce de décrue en milieu de journée.

Durant la journée de jeudi, les pompiers de l’Ain ont dû intervenir à une trentaine de reprises pour des inondations et des mises en sécurité.

Ce vendredi, la météo va être encore instable sur la façade est, selon l’organisme météo.

De la Bretagne aux départements longeant la Manche, le soleil finira de s’imposer rapidement même si, on notera la présence de plaques de grisailles au lever du jour, notamment près des côtes. Ces mauvaises visibilités se dissiperont en matinée. L’amélioration gagnera, l’après-midi, les Pays-de-Loire, l’Île-de-France et l’ouest des Hauts-de-France.

315 appels réceptionnés

Toujours sur la même tranche horaire, 315 appels ont été réceptionnés au centre de traitement de l’alerte (CTA), précisent les pompiers, qui en profitent pour donner quelques conseils :

  • « Ne surchargez pas les lignes d’urgence. N’appelez les sapeurs-pompiers qu’en cas d’absolue nécessité.
  • Ne vous engagez en aucun cas, à pied ou en voiture, sur une voie immergée ou à proximité d’un cours d’eau.
  • En amont, dans les sous-sols, veillez à surélever le mobilier, les appareils électriques, les produits chimiques.
  • En cas d’inondation, ne descendez en aucun cas dans les sous-sols, coupez l’électricité.
  • Limitez vos déplacements.
  • Limitez votre vitesse sur route et autoroute. »

Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.