Les pêcheurs prévoient de bloquer le tunnel sous la Manche et le port de Calais en raison de la délivrance de licences.

Des pêcheurs français ont bloqué le bateau Normandy Trader dans le port de Saint-Malo vendredi, alors qu’ils entamaient une journée de protestations pour marquer leur colère sur la question des licences de pêche post-Brexit.

Les pêcheurs ont allumé des fusées rouges au début de leur manifestation, qui sera suivie plus tard dans la journée de vendredi par un blocage prévu par d’autres pêcheurs français du tunnel sous la Manche et du port de Calais, pour protester contre l’incapacité de la Grande-Bretagne à fournir davantage de licences de pêche depuis le Brexit.

Le blocage du port

Les protestations ont été décidées lors d’une réunion jeudi, en tant que démonstration de ce qu’ils ont dit être l’approche méprisante et humiliante du Royaume-Uni depuis le Brexit.

Gérard Romiti, le président du comité national des pêches maritimes, a déclaré aux journalistes que tout ce qu’ils voulaient, c’était le respect de l’accord de commerce et de coopération scellé la veille de Noël l’année dernière.

Il a qualifié la manifestation de légitime et a déclaré qu’elle visait à empêcher la « mauvaise foi britannique » de prévaloir dans le conflit de la pêche et dans d’autres domaines.

« Nous voulons que l’accord signé le 24 décembre 2020 soit respecté », a déclaré M. Romiti. « Nous ne voulons pas d’aumônes, nous voulons simplement récupérer nos licences. Le Royaume-Uni doit respecter l’accord post-Brexit. Trop de pêcheurs sont encore dans l’ignorance.

« Nous attendons avec impatience depuis 11 mois. La patience des professionnels a des limites. Nous espérons que ce coup de semonce sera entendu », a-t-il déclaré, refusant d’exclure d’autres actions à l’avenir.

Selon M. Romiti, le différend doit être considéré dans le contexte plus large des relations tendues du Royaume-Uni avec l’UE et la France sur toute une série de questions, notamment l’Irlande du Nord et la crise de la traite des êtres humains dans la Manche.

« Si la question des licences peut sembler mineure au niveau européen pour certains, elle s’inscrit dans un contexte beaucoup plus large », a-t-il déclaré. « Les relations à long terme avec le Royaume-Uni dépendent de la résolution de cette question ».

Une manifestation qui va prendre de l’ampleur

Saint-Malo devait être bloqué entre 8h et 9h, avec d’autres protestations au port de Calais entre 12h et 13h30, tandis que la route d’accès A16 à Eurotunnel devait être bloquée entre 14h et 18h. Des actions similaires auront également lieu à Ouistreham vendredi après-midi.

Le différend a éclaté après la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, Paris estimant que Londres aurait dû délivrer à davantage de bateaux français des permis de pêche dans les eaux territoriales britanniques. La Grande-Bretagne affirme qu’elle respecte les accords post-Brexit.

La tension est montée d’un cran en octobre, lorsque la France a brièvement saisi un bateau de pêche britannique dans ses eaux, et les deux pays ont envoyé des navires dans les eaux de l’île anglo-normande de Jersey plus tôt cette année.

La dispute entre la France et la Grande-Bretagne porte sur la délivrance de licences de pêche dans les eaux territoriales situées entre six et douze milles nautiques des côtes britanniques, ainsi que dans les eaux au large de Jersey, une dépendance de la Couronne.