Nous examinons qui fera les gros titres cette année, en positif comme en négatif.

Politique

Liz Truss

Dans la dernière partie de l’année 2021, Liz Truss a été partout dans les médias. Et comme elle a l’intention d’atteindre un jour le No 10, nous devrions nous attendre à la voir et à l’entendre beaucoup plus en 2022.

Nommée par Boris Johnson au poste de ministre des affaires étrangères en septembre, Liz Truss n’a cessé depuis d’accroître sa notoriété.

À la fin de l’année dernière, les médias d’État russes se sont moqués d’elle en la qualifiant de « nouvelle dame de fer » après son apparition au sommet d’un char britannique en Estonie. Puis Mme Truss a adressé un message de joyeux Noël à la nation – et au monde entier – via Twitter, en posant comme une reine, devant un globe terrestre géant et l’Union Jack.

Cela semble fonctionner. Dans un récent sondage réalisé par ConservativeHome auprès de militants conservateurs, Truss est arrivée en tête de la liste des successeurs potentiels de Johnson, devant le chancelier, Rishi Sunak.

Dans son nouveau rôle international, Mme Truss, âgée de 46 ans, s’est efforcée de mettre en avant son enthousiasme pour la liberté individuelle dans son pays et pour un petit État. Elle insiste également sur son patriotisme et son enthousiasme pour le Brexit.

Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Truss était une libérale-démocrate à l’Université d’Oxford et a fait campagne contre le Brexit en 2016, prévenant qu’il serait mauvais pour la liberté et l’économie. Elle veut maintenant être prête pour une éventuelle course à la direction en 2022, dans laquelle les votes des membres Tory pro-Brexit seront essentiels pour déterminer le résultat final.

Wes Streeting

Alors que les progrès du Labour sous Keir Starmer ont parfois été hésitants, l’ascension de Wes Streeting a été implacable. Wes Streeting, qui a grandi dans un HLM de Stepney, dans l’est de Londres, a été promu, lors du récent remaniement de Starmer, au poste de secrétaire adjoint à la santé et aux affaires sociales, à l’âge de 38 ans seulement.

Après l’une de ses premières apparitions aux Communes dans son nouveau rôle, lors d’un débat sur des restrictions plus importantes pour les Covid, même les députés conservateurs ont noté ses capacités, le désignant comme un futur leader potentiel.

Streeting a fait ses études dans une école polyvalente de Londres et a été l’un des premiers élèves ayant bénéficié de repas scolaires gratuits à accéder à l’université de Cambridge. Il a financé ses études à l’université, où il est devenu président du syndicat étudiant, en travaillant à temps partiel comme vendeur dans un magasin.

Il est également un ancien président de la National Union of Students.

Avant d’être élu au Parlement en tant que député travailliste d’Ilford North en 2015, M. Streeting a travaillé dans les secteurs caritatif, bénévole et privé, ainsi qu’en tant que conseiller travailliste. Il a été responsable de l’éducation chez Stonewall, l’organisation caritative pour les droits des LGBT, et est un parrain de LGBT Labour.

Au début de l’année dernière, il a dû s’éloigner de la politique après avoir été diagnostiqué d’un cancer du rein dont il est maintenant guéri.

Heather Hallett

Le nom de la baronne Hallett n’évoque peut-être pas grand-chose pour la plupart des gens en dehors des échelons supérieurs de l’establishment juridique, mais à partir de début 2022, elle fera l’objet de toutes les attentions de la vie publique.

Lady Hallett, 71 ans, ancienne juge de la cour d’appel, qui a également été coroner lors de l’enquête sur les attentats terroristes de juillet 2005 contre le réseau de transport londonien, a été désignée pour présider l’enquête officielle sur la pandémie de Covid-19, qui débutera au printemps. Le fait que les audiences soient publiques signifie qu’elle sera sous le feu des projecteurs des médias.

Le projet de mandat de l’enquête devrait être publié au début de l’année prochaine, après quoi Mme Hallett entreprendra une consultation publique – notamment auprès des familles endeuillées et des autres groupes concernés – avant de lancer le processus.

Les organisations représentant les familles qui ont perdu des êtres chers à cause de Covid se sont félicitées de la nomination de ce pair respecté. Mais elles insistent sur le fait qu’elles la presseront de révéler toute l’étendue des erreurs commises par le gouvernement et les raisons pour lesquelles celui-ci et le NHS étaient si peu préparés à la pandémie.

Science

Martin Landray

Le professeur Martin Landray, de l’université d’Oxford, est cofondateur de l’essai Recovery, la plus grande étude au monde visant à trouver des traitements potentiels pour le Covid. Plus de 46 000 patients ont été recrutés dans le cadre de ce projet dont les succès ont notamment permis de découvrir les avantages de la dexaméthasone, un médicament stéroïdien bon marché qui a ensuite sauvé la vie de plus d’un million de patients gravement malades.

Aujourd’hui, Landray étend ces efforts. Tout d’abord, lui et ses collègues sont prêts à inclure des traitements potentiels contre la grippe dans le cadre du projet Recovery. En outre, il s’apprête à lancer Protas, une organisation à but non lucratif qui travaillera avec le NHS et d’autres organismes dans le monde pour exploiter la puissance des essais randomisés à grande échelle afin d’évaluer les traitements potentiels du cancer, des maladies cardiaques et de la démence.

« Nous avons vu dans cette pandémie à quel point les essais cliniques tels que Recovery sont importants pour comprendre, parmi les nombreux traitements prometteurs, lesquels sont réellement bénéfiques pour les patients et lesquels, malgré les espoirs et les attentes, ne le sont pas. Nous prévoyons maintenant d’appliquer les leçons tirées de cette expérience pour trouver de nouveaux moyens de prévenir et de traiter d’autres maladies qui font peser un lourd fardeau sur les patients et le NHS. »

Melissa Thorpe

Melissa Thorpe a un objectif simple pour 2022. Elle veut mettre la Cornouailles sur la carte – en tant que puissance spatiale.

Elle a prévu de faire du comté le premier endroit en Grande-Bretagne à accueillir le lancement d’un satellite en orbite autour de la Terre. Plus tard dans l’année, un jet 747 modifié, exploité par Virgin Orbit, décollera du Spaceport Cornwall, basé à Newquay. Il transportera une fusée attachée à sa partie inférieure et, à une hauteur de 35 000 pieds, elle se séparera de l’avion et sera mise à feu pour propulser sa cargaison de satellite en orbite. La sonde, Kernow Sat 1, mesurera les niveaux de pollution plastique dans l’océan.

Virgin Orbit a déjà lancé des satellites de cette manière – au-dessus du Pacifique – et prévoit d’utiliser le Spaceport Cornwall comme base européenne. « Au lieu que les clients doivent emmener leurs satellites sur un pas de tir, Virgin Orbit se rend sur un site près de chez vous pour proposer un lancement », explique M. Thorpe, un économiste canadien ayant une expérience dans l’industrie aéronautique.

Au moins six autres spatioports britanniques, dont un au Pays de Galles et les autres en Écosse, devraient commencer à effectuer des lancements au cours des prochaines années, la Grande-Bretagne ayant pour objectif de s’approprier une part importante du placement de satellites de petite et moyenne taille en orbite basse autour de la Terre. Dans le cas de Spaceport Cornwall, M. Thorpe indique que l’on espère créer environ 150 emplois pour ceux qui travaillent à l’assemblage des satellites, à la programmation et à l’analyse des données, ainsi que 240 autres emplois susceptibles d’être créés dans la fourniture de biens et d’autres services pour le port spatial.

Megan McCubbin

Zoologiste, défenseur de l’environnement et photographe, Megan McCubbin est devenue un pilier régulier de la série saisonnière Watches de la BBC, sur laquelle elle travaille avec son beau-père, Chris Packham, depuis 2020. Elle a rejoint le programme lorsque la co-star habituelle de Packham, Michaela Strachan, basée au Cap, n’a pas pu se rendre au Royaume-Uni en raison des restrictions de voyage imposées par Covid.

Depuis lors, Mme McCubbin, qui est une photographe animalière expérimentée et qui a étudié la zoologie à l’université de Liverpool, est devenue le visage jeune de la conservation au Royaume-Uni après avoir présenté Springwatch, Autumnwatch et Winterwatch sur BBC Two en 2020 et 2021. Elle est maintenant prête à revenir sur nos écrans avec Winterwatch 2022, où elle sera en poste au centre des zones humides de Castle Espie en Irlande du Nord.

Arts

Freddie de Tommaso

Dans le monde du spectacle vivant, c’est l’ère des vedettes de nuit, des doublures, en grande partie à cause du virus qui a handicapé de nombreux artistes. Le problème est désormais si répandu au sein des troupes que ceux qui se hissent dans les rôles principaux au pied levé ne sont même plus les doublures officielles.

C’est une chance qui peut parfois marquer le début d’une longue carrière, bien sûr, comme l’a montré la vie de la regrettée Sally Ann Howes. L’acteur de la comédie musicale Chitty Chitty Bang Bang, décédé le mois dernier à l’âge de 91 ans, était à l’origine le remplaçant de Julie Andrews sur scène dans My Fair Lady.

Mais le ténor Freddie de Tommaso, originaire de Tunbridge Wells, dans le Kent, était déjà sur le radar de nombreux amateurs d’opéra lorsqu’il a repris le rôle de Cavaradossi dans la Tosca de Verdi au Royal Opera House plus tôt que prévu, il y a quelques semaines. Depuis lors, le jeune homme de 28 ans a consolidé son droit à la lumière. La journaliste musicale de l’Observer, Fiona Maddocks, n’a pas été la seule à suggérer que le surnom de « nouveau Pavarotti » pourrait être justifié.

De Tommaso est entré en scène à la moitié de la production lorsque le chanteur américain Bryan Hymel, souffrant d’un rhume, n’a pas pu continuer. Ce faisant, il est devenu non seulement le premier Britannique à chanter le rôle à Covent Garden depuis près de 60 ans, lorsque Charles Craig avait chanté le rôle, mais aussi le plus jeune à le faire dans la célèbre salle. De Tommaso suivait également les traces de Luciano Pavarotti, qui y avait fait ses débuts en tant que doublure dans La Bohème en 1963.

Liz Kingsman

Deux des acteurs préférés du petit écran, Ruth Wilson et Jodie Comer, devraient faire des apparitions dans des one-woman-shows au théâtre Harold Pinter du West End ce printemps – Wilson d’abord dans The Human Voice, puis Comer dans Prima Facie.

Et pourtant, la spéculation la plus intéressante concerne peut-être l’avenir de Liz Kingsman, dont le spectacle solo, qui s’appelle en fait One Woman Show, affiche complet au Soho Theatre de Londres. L’auteur-interprète a créé une parodie affectueuse du nouveau genre populaire de spectacles pour femmes, inspirée, comme le triomphant Fleabag, par l’expérience personnelle de la féminité du XXIe siècle, dans toute sa gloire sanglante et son chaos improbable.

La parodie comique de Kingsman sur l’utilisation de l’héroïne « hot mess » comme dispositif dramatique a été saluée par tous.

Monica Ali

Les lecteurs qui ont été attirés par les mondes fictifs créés par Monica Ali, l’écrivain qui s’est fait connaître avec le best-seller Brick Lane en 2003, auront bientôt une nouvelle œuvre à découvrir. Le très attendu cinquième roman de l’auteur, Love Marriage, sortira en février.

Il raconte l’histoire de Yasmin Ghorami, une infirmière fiancée à un autre médecin, Joe Sangster. Alors que le jour de leur mariage approche et que les parents de Yasmin Ghorami apprennent à connaître la mère féministe et intransigeante de son fiancé, les deux familles sont contraintes d’affronter de vieux secrets et d’anciennes trahisons. L’héroïne d’Ali commence également à s’interroger sur la signification de l’expression « mariage d’amour », par opposition aux mariages arrangés qui sont encore souvent la norme dans la culture sud-asiatique.

Le livre, comme Brick Lane avant lui, est également destiné à être porté à l’écran, Ali adaptant un scénario.

Affaires mondiales.

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse a de bonnes chances de devenir la première femme présidente de la France au printemps, lorsqu’elle défiera Emmanuel Macron, qui brigue un second mandat. Cette perspective est née de deux événements inattendus.

Tout d’abord, Éric Zemmour, un expert de la télévision raciste et islamophobe, a jeté son chapeau dans l’arène. Sa candidature semble diviser le vote d’extrême droite que la leader chevronnée du Rassemblement national (anciennement Front national), Marine Le Pen, pensait être le sien. Deuxièmement, Pécresse est devenue le mois dernier la première femme à diriger Les Républicains – le principal parti gaulliste conservateur – après avoir battu des candidats tels que Michel Barnier, le négociateur du Brexit.

Mme Pécresse, 54 ans, n’est pas une ingénue. Elle est présidente du conseil régional d’Île de France, qui comprend Paris, et a été ministre de premier plan pendant la présidence de Nicolas Sarkozy. Elle sera également confrontée au maire de Paris, Anne Hidalgo, la candidate des socialistes, au premier tour. Si Mme Pécresse l’emporte, son adversaire le plus probable au second tour sera M. Macron, qui est actuellement en tête dans les sondages d’opinion nationaux mais dont le soutien est faible. Pécresse, de manière controversée, s’est déplacée vers la droite afin de neutraliser Le Pen et Zemmour. Les conseillers de Macron s’inquiètent du fait qu’elle pourrait également lui voler les électeurs centristes dont il dépend.

Xi Jinping

Xi Jinping est souvent décrit comme le dirigeant chinois le plus puissant depuis Mao Zedong. Il pourrait également être le plus dangereux.

Depuis qu’il est devenu président en 2012, Xi, 68 ans, a éliminé la plupart des oppositions internes au sein du parti communiste, en partie grâce à des purges anticorruption. Il a réprimé la dissidence dans les médias traditionnels et en ligne et limité les libertés individuelles. Ses « Pensées » peu originales ont été inscrites dans la constitution du parti et son « Rêve chinois », une vision du développement, a conduit à des réformes économiques à grande échelle, au contrôle centralisé du secteur technologique de pointe de la Chine et à l’ambitieux projet d’investissement mondial Belt and Road.

Mais c’est la position agressive de Xi en matière de politique étrangère, plus que son autoritarisme intérieur, qui inquiète les dirigeants occidentaux. Il a fortement augmenté les dépenses militaires et construit de nouvelles armes nucléaires. Après avoir écrasé la démocratie à Hong Kong, Xi menace Taïwan d’invasion, alors même qu’il affirme la souveraineté de la Chine sur la mer de Chine méridionale et supervise les affrontements frontaliers avec l’Inde.

Lors du 20e congrès du parti cet automne, Xi devrait remporter un troisième mandat présidentiel sans précédent. Mais cela ne le ralentira pas. Xi est un homme pressé, déterminé à faire de la Chine le numéro 1 mondial incontesté et à assurer sa place historique au panthéon du parti.

Amy Coney Barrett

La nomination à vie d’Amy Coney Barrett à la Cour suprême des États-Unis à l’automne 2020, à la veille de l’élection présidentielle, a été célébrée par Donald Trump et ses partisans d’extrême droite comme un moment décisif. Sa confirmation a donné aux juges d’esprit conservateur un avantage de 6-3 au sein de la Cour.

Les démocrates l’ont trouvée d’autant plus exaspérante que Mme Barrett, 49 ans, a remplacé la très respectée juge libérale Ruth Bader Ginsburg, décédée en septembre 2020.

Au cours de l’année à venir, les conséquences de ce changement de pouvoir risquent de se faire durement sentir, notamment dans l’affaire Roe contre Wade, l’arrêt historique de 1973 qui sous-tend le droit à l’avortement dans tout le pays. Les arguments avancés dans les récentes affaires test, qui seront jugées par la Cour en 2022, ont fortement suggéré que Barrett votera pour annuler ou limiter sévèrement le droit à l’avortement. Sa récente suggestion selon laquelle les femmes devraient faire adopter leurs nouveau-nés plutôt que de mettre fin à des grossesses non planifiées ou problématiques a suscité une vive émotion.

Les libéraux craignent que Mme Barrett n’émette également des votes régressifs sur d’autres sujets brûlants tels que le mariage homosexuel, la crise climatique et le droit de vote, dans un contexte de crainte généralisée que les républicains ne prévoient de voler l’élection de 2024, comme Trump a tenté de le faire en 2020.

Sport

Leah Williamson

À bien des égards, chaque footballeuse anglaise sera un visage sportif cette année, avec un Euro à domicile, qui débute à Old Trafford et se termine à Wembley, susceptible d’intensifier les projecteurs. Pour Williamson, cependant, cet été pourrait être transformateur.

Avec plus de 100 apparitions sous les couleurs d’Arsenal, leur plus jeune joueuse à atteindre le siècle, la défenseuse centrale joueuse de ballon a été introduite en douceur dans l’équipe des Lionnes et a été principalement laissée sur le banc pendant la Coupe du monde 2019 malgré une saison de titre avec son club.

Aujourd’hui, on peut dire qu’elle n’est plus l’avenir de la ligne arrière de l’Angleterre, mais son présent, puisque la nouvelle manager Sarina Wiegman lui a confié le rôle de capitaine pour ses deux premiers stages en tant que responsable (les deux capitaines de longue date, Steph Houghton et Lucy Bronze, sont absentes pour des blessures à long terme), ainsi qu’une place de titulaire.

Il est prévu que la joueuse de 24 ans revienne d’une blessure aux ischio-jambiers dans le courant de l’année prochaine. Si elle est suffisamment rétablie, elle aura probablement l’occasion de disputer sa première compétition internationale lors de l’Euro et de tester la conviction des fans d’Arsenal qu’elle est l’une des meilleures défenseuses du monde en affrontant les meilleures attaquantes du monde.

Keely Hodgkinson

Bien qu’elle n’ait pas de financement olympique au début de l’année 2021, Hodgkinson a terminé l’année en tant que leader surprise d’une nouvelle avant-garde de coureuses de demi-fond britanniques.

Ce fut une annus mirabilis pour l’adolescente, qui a remporté le titre européen de 800 mètres en salle quatre jours seulement après son 19e anniversaire, devenant ainsi la plus jeune Britannique à remporter une médaille d’or en salle depuis 1970. C’était sa première tentative pour remporter un titre majeur, mais elle allait faire encore mieux.

Enfant, elle était une nageuse passionnée jusqu’à ce que son père la pousse vers la piste. Hodgkinson a remporté l’argent olympique aux Jeux de Tokyo 2020, dont l’organisation a été reportée, avec un temps de 1min 55.88sec. Il s’agit d’une amélioration par rapport au temps réalisé par Kelly Holmes, 34 ans, à Athènes, six ans avant la naissance d’Hodgkinson. Elle est ainsi devenue la 26e femme la plus rapide de l’histoire sur deux tours de piste.

« Ce record existe depuis 1995, n’est-ce pas ? » a demandé Hodgkinson, incrédule, après la course. « Et Kelly est une légende de ce sport. » Hodgkinson est en passe d’atteindre son propre statut de légende, ayant terminé la saison par une victoire lors de la finale de la Ligue de diamant du 800m. Cette année, elle visera la trinité des Jeux du Commonwealth et des championnats du monde et d’Europe. BG

Phil Foden

Le « Stockport Iniesta » compte déjà trois titres de Premier League, une FA Cup et quatre Coupes de la Ligue à son actif.

Alors que de nombreux experts affirmaient que l’adolescent Foden aurait mieux fait de passer du temps en prêt loin de Manchester City, les avantages d’une éducation quotidienne sur le terrain d’entraînement de son manager, Pep Guardiola, et des techniciens compétents comme David Silva, Raheem Sterling et Sergio Aguero sont maintenant apparents dans un joueur remarquablement patient et humble qui semble être un modèle de haute performance et de faible entretien.

Pendant le parcours de l’Angleterre jusqu’à la finale de l’Euro 2020, Foden a été utilisé avec parcimonie jusqu’à ce qu’une blessure au pied l’exclue de la défaite finale contre l’Italie, mais en prévision de la Coupe du monde d’hiver de 2022 au Qatar, il semble inconcevable qu’il ne figure pas en bonne place dans les plans de Gareth Southgate. « Phil peut jouer à cinq postes devant », a déclaré Guardiola, interrogé sur les atouts du joueur de 21 ans. « Il peut jouer aux deux postes de milieu offensif dans les poches et il peut jouer à trois positions devant. » Le dilemme de Southgate n’est pas de savoir si, mais comment utiliser au mieux un jeune homme aux talents obscènes.

Technologie

Parag Agrawal

Le nouveau directeur général de Twitter a succédé en novembre au cofondateur Jack Dorsey et apporte déjà des changements à l’organisation et à la plateforme. Deux cadres supérieurs ont quitté leurs fonctions et l’entreprise a été restructurée dans le but d’accélérer l’innovation.

Les observateurs et les actionnaires affirment depuis longtemps que le service doit rapidement s’attaquer à des problèmes fondamentaux de longue date : comment lutter contre la désinformation et les discours haineux (sans perdre son attrait pour les foules), comment gagner de l’argent (sans bombarder les utilisateurs de publicités) et comment attirer les jeunes utilisateurs de TikTok et d’Instagram (sans aliéner les plus âgés).

L’année dernière, la société a ajouté toute une série de nouvelles fonctionnalités, comme son service Twitter Blue sur abonnement, les Superfollows payants, les salles audio en direct Spaces et le service de vérification des faits Birdwatch. Le succès ou l’échec de ces innovations n’est pas encore connu, mais les ajouts et les itérations vont probablement se poursuivre. Quelques jours après la nomination d’Agrawal, dans l’optique d’une refonte de ses fonctions de messagerie, la société a annoncé l’acquisition de Quill, une application similaire à Slack. Un autre ordre d’acquisition est prédit par un expert, Scott Gallaway, qui a suggéré que Salesforce devrait réchauffer sa tentative de rachat de Twitter en 2016, bien que l’année dernière il ait suggéré que la plateforme devrait acheter CNN – et cela ne s’est pas encore produit. Enfin, un autre élément dans la corbeille d’Agrawal est la contestation juridique de Donald Trump concernant sa suspension permanente de la plateforme en janvier 2021. Une grande année s’annonce.

Christel Schaldemose

La gymnastique est terminée : cette année, les législateurs vont tenter de donner quelques coups de poing aux poids lourds de la technologie. Aux États-Unis, la nouvelle responsable de la Federal Trade Commission de Joe Biden, Lina Khan, tentera de freiner les méga-entreprises de la Silicon Valley avec sa nouvelle interprétation des lois antitrust. Et l’Europe compte quelques renforts danois sous la forme de l’eurodéputée Christel Schaldemose.

Ces dernières années, les efforts de l’UE ont été menés par l’impressionnante commissaire européenne Margrethe Vestager, mais ses lois historiques sur la confidentialité des données sont appliquées de manière désordonnée et les affaires de concurrence s’enlisent dans le jargon juridique. La réponse de l’UE consiste à multiplier les règles – la loi sur les services numériques et la loi sur les marchés numériques – afin de réglementer les contenus illégaux et d’améliorer la concurrence, respectivement.

M. Schaldemose a été chargé de donner au premier texte la forme d’une loi, ce qui a nécessité la rédaction de 2 000 amendements. La loi vise à réprimer tout ce qui va des images d’abus à la vente de produits dangereux en ligne.

Frances Haugen, lanceuse d’alerte sur Facebook, estime que la législation pourrait devenir « l’étalon-or mondial ». La loi devrait être soumise aux législateurs ce mois-ci et, bien entendu, elle devra également être approuvée par les 27 États membres et la Commission européenne. L’efficacité de la loi sera déterminée par l’interaction entre les talents de marchand de Schaldemose et l’influence de plusieurs millions de dollars des lobbyistes de la Silicon Valley. Comme Schaldemose l’a déclaré à Bloomberg, « Nous faisons un pas de géant en matière de réglementation des plateformes, mais nous ne sommes… pas encore sur la lune. »

Anu Duggal

Dans un récent tour d’horizon effectué par Fast Company sur 10 des rumeurs d’introduction en bourse de cette année dans le secteur de la technologie – du facilitateur de crédit en ligne Klarna à la plateforme de communication par jeux Discord – un facteur était commun à tous : aucune n’avait de fondatrice. Comme on pouvait s’y attendre, les frères de la technologie ont tendance à investir dans d’autres frères de la technologie. Selon le rapport Dealroom de 2021, 90 % du capital-risque européen est allé à des entreprises fondées par des hommes uniquement – une proportion inchangée en cinq ans. Mais cette année, une nouvelle cohorte d’investisseurs dispose des fonds nécessaires pour amorcer un certain changement.

La doyenne de cette génération est Anu Duggal. En juillet, son Female Founders Fund, basé à New York, a annoncé sa troisième et plus importante levée de fonds à ce jour – 57 millions de dollars – partiellement financée par Melinda French Gates. Mme Duggal a déclaré qu’elle espérait investir dans 25 entreprises. « Depuis le premier jour, nous nous sommes engagées à construire le plus grand et le plus puissant réseau de femmes exploitantes dans le domaine de la technologie », a-t-elle ajouté. En novembre, un nouveau fonds de capital-risque allemand, Auxxo, a annoncé qu’il disposait de 15 millions de dollars pour investir dans des entreprises dont au moins 20 % des parts fondatrices sont détenues par des femmes. Et au Royaume-Uni, Pink Salt Ventures entamera cette année son deuxième cycle de financement de start-ups dirigées par des femmes.

Écran

Suzanna Son

Le visage plein de taches de rousseur, les yeux bleus sans artifice, entourée de beignets fantaisie : Suzanna Son fait une impression immédiate dans Red Rocket, le dernier film de Sean Baker (The Florida Project).

Mikey, l’acteur de films pour adultes malchanceux qui est le personnage central du film, est immédiatement séduit. Et le public aussi. Son, qui fait ses débuts d’actrice dans ce film sorti en mars, doit sa carrière à cette première impression électrisante : elle a été repérée par Baker dans la rue à Los Angeles. Il lui a dit qu’il aimait son look, mais à l’époque, rien de plus n’est sorti de cette rencontre. Puis, deux ans plus tard, il l’invite à auditionner pour un film à petit budget suivant les mésaventures comiques d’une ex-star du porno narcissique, qui devait être tourné en catimini au Texas pendant la pandémie. Elle a sauté sur l’occasion.

Son joue le rôle de Strawberry, une lycéenne coquette qui est subjuguée par l’offensive de charme de Mikey, au bronzage permanent. C’est une performance formidable : pétillante, fraîche et sans affectation. Dans un film qui n’offre pas une vision particulièrement flatteuse de la nature humaine, elle s’attire sans effort la sympathie du public. Elle chante également, livrant une interprétation mémorable de Bye Bye Bye de N Sync dans une scène clé.

La prochaine étape pour Son est un autre rôle qui fait appel à son talent musical : elle joue dans The Idol, une nouvelle série de HBO qui se déroule dans l’industrie de la musique et dont le tournage est en cours. Baker, qui a fait l’éloge de ses instincts « justes », lui prédit une carrière qui pourrait ressembler à celle d’Emma Stone, lauréate d’un Oscar.

Reda Elazouar

Les trois acteurs principaux de Pirates, le joyeux premier film de Reggie Yates, sont formidables, mais Reda Elazouar se distingue dans ce portrait énergique de l’amitié entre jeunes hommes et du Londres du début du millénaire. Avec son sens aigu du comique et son humour contagieux, il vole chaque scène.

Mike Faist

Bien que nommé aux Tony Awards pour son travail au théâtre à Broadway, Faist n’était pas un visage familier pour le public du cinéma. La volatilité de son interprétation de Riff dans le film West Side Story de Steven Spielberg devrait changer cela. WI

Gabrielle Creevy

L’actrice galloise Gabrielle Creevy, 25 ans, sera à surveiller en 2022. Elle a brillé en 2021 en incarnant Bethan, une adolescente lesbienne de la classe ouvrière, dans la deuxième série de la série dramatique semi-autobiographique de la BBC In My Skin, écrite par Kayleigh Llewellyn. Dans cette étude de l’amour, du dysfonctionnement et de la survie – la mère de Bethan (Jo Hartley) souffre de troubles bipolaires, tandis que son père (Rhodri Meilir) est un alcoolique brutal – Creevy donne à Bethan une vie provocante et vulnérable alors qu’elle navigue entre l’école, la famille et sa sexualité.

Élevée dans un HLM de Port Talbot, Creevy a remporté un prix Bafta Cymru en 2019 pour In My Skin, retournant à son poste dans un café après avoir appris qu’elle avait été nominée.

Avec des rôles comme The Pact (BBC One), elle est prête à jouer dans le prochain drame de guerre de John Madden, Operation Mincemeat, aux côtés de Colin Firth et Matthew Macfadyen. Elle a également été choisie pour jouer le rôle de Maggie dans l’adaptation télévisée américaine du best-seller de Lisa Taddeo, Three Women.

Tahar Rahim

Tahar Rahim, 40 ans, acteur français d’origine algérienne, était subtilement pétrifiant dans la série dramatique The Serpent, diffusée sur BBC One en 2021, dans le rôle du véritable tueur en série Charles Sobhraj, qui trompait, droguait et assassinait des voyageurs occidentaux sur la route des hippies dans les années 1970.

Rahim a incarné la menace stylisée et le ressentiment à fleur de peau de Sobhraj, faisant de The Serpent l’une des séries les plus fascinantes et les plus dérangeantes de 2021.

Acteur de caractère par excellence, la carrière de Rahim est en train de mûrir, avec une polyvalence digne d’un caméléon et une intensité sans compromis. Il a remporté deux César pour son rôle décisif dans Un prophète (2009) de Jacques Audiard, et il a été nommé aux Golden Globes et aux Baftas pour le drame The Mauritanian (2021) de Kevin Macdonald sur Guantanamo Bay. En 2022, Rahim apparaîtra dans le drame d’anthologie sur le changement climatique Extrapolations d’Apple TV+, réalisé par Scott Z Burns, avec Meryl Streep, Marion Cotillard et Ed Norton. BE