Deux objets rouges dans la ceinture d’astéroïdes ?

Deux objets rouges dans la ceinture d’astéroïdes ?

Deux astéroïdes extrêmement rouges de la ceinture principale ont récemment été identifiés depuis l’Observatoire astronomique de l’Université nationale de Séoul (SAO). D’après une étude, ils pourraient s’être formés près de Neptune avant de rejoindre la ceinture principale lors d’une phase de migration planétaire.

Dans le cadre de récents travaux, l’astronome Sunao Hasegawa et son équipe, de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA), ont cherché à documenter la distribution et la composition des gros astéroïdes évoluant dans la ceinture principale, située entre les orbites de Mars et Jupiter. L’examen de ces objets, dont certains sont des vestiges de la formation du Système solaire, pourrait nous donner un aperçu de ce à quoi ressemblait “notre monde” il y a plus de quatre milliards d’années.

Pour cette étude, les chercheurs ont effectué des mesures spectroscopiques dans le visible et le proche infrarouge depuis l’Observatoire astronomique de l’Université nationale de Séoul (SAO). Très vite, deux objets sont alors sortis du lot : l’astéroïde 203 Pompeja (110 km de diamètre) et 69 Justitia (environ 55 km), reflétant énormément de lumière rouge. Leur signature spectrale est encore plus marquée que les astéroïdes de type D auparavant considérés comme les objets les plus rouges de la ceinture d’astéroïdes.

Le chaos du début de l’Univers

Comment expliquer la présence de 203 Pompeja et 269 Justitia, dans ce cas ? L’explication la plus excitante, mais aussi la plus plausible est à chercher dans le chaos des premiers moments de l’univers. Car il y a 4 milliards d’années, notre système solaire n’était pas le havre de régularité bien établi et stabilisé que l’on connaît aujourd’hui. C’était un capharnaüm permanent; chaque corps céleste cherchait sa place et tentait tant bien que mal de se faire une place sur une orbite du Soleil. Et avec des monstres comme Jupiter et Saturne en roue libre, cette installation ne s’est pas faite paisiblement. À cause des immenses forces gravitationnelles en jeu, le système solaire n’était qu’un vaste jeu de chamboule-tout, avec des morceaux de roche et de glace catapultés tous azimuts en permanence.

C’est ainsi que s’est formée la ceinture d’astéroïdes; c’est une sorte de cimetière, où sont venus s’échouer d’innombrables fragments issus des impacts titanesques entre corps célestes. Et parmi tous ces débris, la présence de 203 Pompeja et 269 Justitia pourrait être une manifestation de ces mouvements; ils viendraient donc de la ceinture de Kuiper, au-delà de Neptune. Cette théorie, si elle était exacte, aurait un certain nombre d’implications.

Pour aller plus loin : Astronomie

Des astéroïdes migrants

En réalité, ces deux astéroïdes ressemblent davantage à des objets transneptuniens, c’est-à-dire des objets situés plus loin que Neptune. Ces objets contiennent en effet des composés organiques complexes produits à partir de composés simples comme le méthane et la glace de méthanol, leur conférant un aspect rougeâtre lorsqu’ils sont observés à travers un spectrographe. À l’inverse, les objets du Système solaire interne manquent de matière organique et réfléchissent davantage la lumière bleue.

Pour les auteurs, 203 Pompeja et 269 Justitia pourraient donc s’être formés au-delà de Neptune, probablement au sein de la ceinture de Kuiper, avant de dériver vers le Système solaire interne il y a plusieurs milliards d’années, alors que l’environnement solaire était encore très chaotique. La prochaine étape sera de déterminer la proportion exacte de cette population d’astéroïdes au sein de la ceinture principale.

Si elle se confirme, cette découverte pourrait également avoir des implications pour de futures missions. Concrètement, au lieu d’envoyer une sonde jusqu’au bord extérieur du Système solaire pour prélever des échantillons dans la ceinture de Kuiper, tout ce que nous aurions à faire serait de l’envoyer vers la ceinture principale.

Un signe de la migration des planètes ?

Ce scénario de formation du système solaire, né sur la Côte d’Azur, suggère que Saturne, Uranus et Neptune auraient migré vers l’extérieur tandis que Jupiter aurait fait le chemin inverse. Cette migration aurait perturbé l’orbite d’autres corps célestes; ceux-ci se seraient alors retrouvés catapultés en direction du Soleil avant de rester coincés dans la ceinture d’astéroïdes.

Pour les chercheurs, c’est une belle trouvaille. La plupart des objets issus de la ceinture de Kuiper sont extrêmement fugaces et difficiles à observer; une tragédie, car ils ont une valeur scientifique immense dans l’étude des origines de la vie. En revanche, 203 Pompeja et 269 Justitia, eux, sont bien sagement parqués sur leur orbite à environ 3 unités astronomiques de distance. Soit beaucoup, beaucoup plus proche que la ceinture de Kuiper (30 à 50 UA de distance) d’où ils proviennent. Une aubaine, puisque cela permettrait d’y envoyer une sonde sans devoir patienter des dizaines d’années. Les astronomes pourraient alors confirmer l’origine de ces deux objets; s’il s’avère qu’ils venaient bien de la ceinture de Kuiper, ils constitueraient alors une formidable fenêtre sur les confins du système solaire… et une étape d’envergure dans notre quête des origines de la vie.

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.