Elon Musk dévoile le Tesla Bot, un robot futuriste

Elon Musk dévoile le Tesla Bot, un robot futuriste

Elon Musk, le patron de Tesla, a présenté jeudi 19 août un projet de robot humanoïde métallique. Ce dernier sera capable d’effectuer des tâches répétitives et sera conçu à partir de la même technologie que les véhicules semi-autonomes de la société. Le fantasque entrepreneur a promis pour l’année prochaine un premier prototype du Tesla Bot, qui aura cinq doigts aux mains et une silhouette androgyne noire et blanche.

“Tesla est certainement l’entreprise de robotique la plus importante au monde, parce que les voitures sont des robots semi-conscients sur roues, avec un ordinateur de bord dédié à la conduite autonome”, a fait valoir Elon Musk lors d’un événement en ligne sur les avancées de son groupe en matière d’intelligence artificielle. “Cela fait sens de donner à tout ça une forme humanoïde.”

Tesla détaille le développement du Full Self Driving

C’est Andrej Karpathy, le directeur de l’intelligence artificielle de l’entreprise, qui a donné des explications sur le Full Self Driving. Il a notamment précisé que Tesla cherchait à reproduire l’analyse du cerveau humain face aux situations rencontrées.

Karpathy a en particulier révélé que l’un des grands défis pour Tesla est d’opérer la fusion entre les huit caméras qui servent à l’Autopilot. En effet, celles-ci affichent parfois le même véhicule et peuvent amener à une erreur de perception de l’environnement.

Pour cela, le système est entraîné à calibrer les visuels des diverses caméras et à les modifier pour rendre un ensemble cohérent. Cette opération permet notamment d’utiliser un maximum d’images autour des voitures pour des prises de décision plus pertinentes.

Un autre problème qui se pose concernant l’Autopilot, c’est sa mémoire. Il ne parvient pas à se souvenir des conditions de route pour prédire par exemple la direction que suivront d’autres véhicules. Les ingénieurs l’entraîne donc à mémoriser les panneaux et marquages, afin que le système puisse envisager plus facilement la suite des événements.

Lorsqu’une difficulté se présente dans la circulation, Tesla la reproduit dans ses simulations, cherche à la comprendre, et l’élimine. Pour accélérer le développement du FSD, le constructeur a déjà traité 371 millions d’images.

Le Tesla Bot sera “amical”

Le but de la présentation, qui portait essentiellement sur le développement des technologies de conduite autonome, était d’attirer de nouveaux ingénieurs. Tesla fait actuellement l’objet d’enquêtes sur ses technologies d’assistance à la conduite “Autopilot” et “Full Self driving”. Elles sont accusées de faire croire à tort aux automobilistes que les véhicules peuvent se conduire presque seuls. Mais ce sujet n’a pas été abordé pendant les deux heures de conférence et questions du public diffusées en ligne en direct.

Le Tesla Bot sera “amical” et vous pourrez “lui échapper en courant plus vite que lui a priori”, a plaisanté Elon Musk. Il a aussi évoqué de “profondes implications pour l’économie”, puisque “l’économie est fondée sur le travail”. Il envisage ainsi un monde où l’effort physique ne sera plus obligatoire, mais “un choix”.

On passe sur le design

Durant la présentation, le patron de Tesla a détaillé quelques caractéristiques de son Tesla Bot. Ne nous attardons pas trop sur le design qui, on l’espère, pourra évoluer d’ici à la sortie pour coller un peu moins avec une dystopie et un peu plus avec un produit chaleureux.

Le Tesla Bot doit surtout répondre aux besoins d’un monde créé par et pour les humains sans handicap moteur : monter des marches, porter des choses, entrer dans des bâtiments. L’objectif est de pouvoir remplacer l’humain sur des tâches répétitives. Toujours convaincu par sa présentation et son idée, Elon Musk imagine un monde où le travail physique deviendrait une simple option que l’on choisirait ou non. Il suffit d’avoir vu un film de science-fiction pour rapidement comprendre l’idée.

D’après les caractéristiques présentées, le Tesla Bot mesure 1,73 mètre pour 56,7 kilogrammes et une capacité à porter 20 kg. Il pourra soulever une charge de 68 kilogrammes ou 4,5 kg à bout de bras. Sa vitesse sera de 8 km/h.

Les composants d’une Tesla

Pour produire ce robot, l’homme d’affaires veut réutiliser les composants déjà mis à contribution dans un véhicule Tesla. Il veut notamment intégrer des caméras de l’autopilote dans la tête du robot l’ordinateur FSD que l’on retrouve déjà dans les voitures de la marque.

On imagine qu’il ne s’agit pas simplement de réutiliser les lignes de productions et les composants, mais aussi, et surtout de remettre à contribution et faire évoluer les logiciels développés pour les véhicules Tesla. Les règles de navigation seront différentes, mais certaines bases seront communes. On espère que les robots ne se mettront pas à courir sur la chaussée.

Tesla travaille sur un robot destiné à émanciper l’homme du travail physique

Ce robot, qui ressemble à certains égards aux créatures métalliques de films de SF comme iRobot, embarquera les mêmes caméras et capteurs qui permettent à la conduite entièrement autonome de fonctionner sur les Tesla.

Avec ce Tesla Bot, dont le développement bat toujours son plein, Elon Musk souhaite fournir une assistance aux humains dans leurs tâches quotidiennes. Le robot est en effet pensé pour réaliser des tâches répétitives et émanciper l’humanité du travail physique. Dans le futur dépeint par Elon Musk, le travail physique ne sera plus une contrainte mais un simple choix. Les tâches ingrates seront dévolues aux robots.

Attendu dans le courant de l’année prochaine, le premier prototype du Tesla Bot devrait être capable de porter 20 kg, de soulever 68 kilogrammes ou 4,5 kg à bout de ses bras de métal et de courir à une vitesse de 8 km/h. Sur le ton de l’humour, Elon Musk a assuré que vous pourrez « lui échapper en courant plus vite que lui a priori ». Le fantasque fondateur de Tesla va-t-il aller jusqu’au bout de son projet ? Seul l’avenir nous le dira.

Prendre du recul

La présentation du Tesla Bot est impressionnante et c’est l’objectif recherché. Avec les finances d’Elon Musk et de Tesla, on peut d’ailleurs imaginer un vrai effort pour le projet. Il faut toutefois prendre un peu de recul sur la faisabilité et le calendrier d’un tel projet. D’après Elon Musk, un simple prototype pourrait être prêt dès 2022.

Il faut toutefois garder en tête que Elon Musk n’a pas inventé l’idée de faire un robot. De nombreuses firmes travaillent sur ce genre de projets depuis longtemps. On se souvient des robots de Honda ou de Toyota notamment. Pour le moment, personne n’est parvenu à créer le robot pour monsieur tout le monde capable de nous remplacer pour faire les courses ou porter des choses lourdes.

Une plateforme technologique pour recruter

Ces diverses présentations ont également pour objectif de recruter des ingénieurs. On s’y attendait avant l’événement, et la marque le confirme.

Au terme de la conférence, le site Web tesla.com/ai a été ouvert. On y retrouve différentes annonces où le constructeur révèle les domaines dans lesquels il a besoin de sang neuf.

Ainsi, sur le plan matériel, il cherche des personnes capables de créer des puces électroniques et de les développer. Le département des réseaux neuronaux a lui aussi besoin d’ingénieurs qui sauront travailler sur ce type de réseaux.

De même, Tesla veut des employés pour s’activer sur les algorithmes d’autonomie, les fondements du code et l’infrastructure d’évaluation. Ces trois tâches servent à optimiser et vérifier le fonctionnement des systèmes logiciel, tandis que la marque recrute aussi des ingénieurs pour travailler sur le Tesla Bot.

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.