Après des années de retard, la mission Artemis 1 de la NASA visant à tester le système de lancement spatial et le vaisseau spatial Orion aura lieu prochainement. Voici comment la regarder et pourquoi elle est importante.

Quand aura lieu le test Artemis 1 ?

La NASA prévoit de faire voler la fusée Space Launch System pendant une période de deux heures le lundi 29 août 2022. La fenêtre de vol s’ouvre à 8 h 33, heure de l’Est (cliquez ici pour connaître les autres fuseaux horaires). Même si le lancement effectif n’aura lieu que lundi, la NASA lancera le compte à rebours le samedi 27 août à 10 h 23.

Le vol d’essai partira de l’aire de lancement 39B du Centre spatial Kennedy, en Floride. Les lancements spatiaux dépendent de milliers de facteurs, dont les conditions météorologiques, et il est donc possible que la NASA annule le vol d’essai à la dernière minute.

Comment suivre le test d’Artemis 1

La couverture en direct du test et du lancement d’Artemis 1 sera disponible sur la chaîne de télévision de la NASA, l’application NASA, le site Web de l’agence et la chaîne YouTube de la NASA. Le visionnage est entièrement gratuit et ne nécessite aucun abonnement.

NASA TV est également répertoriée sur certains services de télévision par câble et par satellite – c’est la chaîne 352 sur DirecTV, et la chaîne 286 sur Dish. C’est peut-être le meilleur moyen de regarder si votre connexion Internet n’est pas fiable, ou si vous n’avez pas de dispositif de streaming installé sur votre téléviseur principal.

Que teste la NASA ?

Artemis 1 est le premier vol d’essai du « Space Launch System », le dernier véhicule de lancement super lourd conçu par les États-Unis. Ce sera également le premier vol complet du vaisseau spatial Orion, qui se trouve au sommet de la fusée. Artemis 1 n’a pas d’équipage – il n’y a personne à bord. Si tout se passe comme prévu, la mission suivante, Artemis 2, aura un équipage complet. Cette mission emmènera le vaisseau spatial Orion en orbite lunaire et le ramènera sur Terre.

Le dernier vol avec équipage vers la Lune (et la dernière fois que l’homme a dépassé l’orbite terrestre basse) remonte à Apollo 17, en décembre 1972. La NASA a planifié de nouvelles missions lunaires avec équipage au cours des deux dernières décennies, en commençant par le programme Constellation en 2005, sous la présidence de George W. Bush. Constellation visait à développer de nouvelles fusées qui pourraient emmener des personnes vers la station spatiale internationale, la Lune et, éventuellement, Mars. Le plan prévoyait deux fusées, l’Ares I et l’Ares V, mais après la signature par le président Obama de la NASA Authorization Act de 2010, les fusées ont été annulées et retravaillées dans un design différent.

Le Space Launch System s’apparente à la fusée Saturn V qui a envoyé des humains sur la Lune dans les années 1960 et 1970. C’est le successeur officiel de la navette spatiale, qui a été mise à la retraite en 2011, et le SLS est basé sur la conception de la navette spatiale. Malheureusement, c’est aussi la raison pour laquelle le SLS n’est pas du tout réutilisable et a un prix élevé – des rapports en 2019 indiquaient qu’il coûterait 2 milliards de dollars par lancement, du moins au début.

Artemis 1 testera également le vaisseau spatial Orion, qui se trouve au sommet de la fusée et transportera de 2 à 6 personnes. Orion a la même fonction que le module de commande et de service (CSM) d’Apollo, et le module d’équipage atterrit dans l’océan lors du retour sur Terre, tout comme Apollo. Toutefois, il présente de nombreuses caractéristiques modernes, comme la capacité de s’amarrer à la Station spatiale internationale (ou à d’autres cibles potentielles) sans assistance humaine.

Orion a déjà été testé à plusieurs reprises sans le Space Launch System, à chaque fois sans équipage humain. L’Exploration Flight Test-1 en 2014 a lancé Orion à partir d’une fusée Delta IV, et a testé la séparation, les boucliers thermiques, les parachutes et d’autres composants d’Orion. Artemis 1 est la première fois qu’Orion sera attaché à la fusée à laquelle il est destiné.

Ce test constitue une étape importante vers le retour de l’homme sur la Lune. Contrairement aux voyages rapides de l’époque Apollo, la NASA souhaite établir une « présence durable à long terme sur la Lune », avec une base à la surface et une station spatiale « Gateway » en orbite. Ces missions pourraient également conduire à la première mission avec équipage vers Mars.