Faire passer le hoquet : la méthode simple et efficace

Faire passer le hoquet : la méthode simple et efficace

Des astuces contre le hoquet, il en existe de nombreuses. Mais aucune n’a réellement prouvé son efficacité. Une équipe de scientifiques pense avoir trouvé la solution. Une paille spéciale pourrait faire passer le hoquet dans 92 % des cas.

Boire à l’envers en se bouchant le nez, bloquer sa respiration, placer un glaçon au creux du nombril, se faire peur… On trouve des astuces contre le hoquet à foison en une simple recherche sur internet. Mais qui a déjà observé un succès quasi immédiat et régulier avec l’une de ces méthodes ?

Une équipe de chercheurs américains affirme, elle, avoir trouvé une solution presque infaillible, rapportent le quotidien britannique The Guardian et le site d’informations Slate. À l’aide d’un dispositif en forme de paille, les scientifiques affirment pouvoir stopper le hoquet dans 92 % des cas.

D’où vient le hoquet ?

Le hoquet vient d’une irritation de deux nerfs : le nerf phrénique (qui commande le diaphragme) ou le nerf vague (qui relie le cerveau à l’estomac). Cette irritation crée des spasmes au niveau du diaphragme : c’est le hoquet. Le hoquet est donc une réaction du corps pour alerter sur un problème.

Différentes causes peuvent l’expliquer :

– boire rapidement de l’eau gazéifiée ou manger trop vite (l’estomac gonfle trop fortement, va s’appuyer sur le diaphragme et donc l’irriter)

– l’alcool et le tabac

– le stress

– l’immaturité du système anti-reflux chez le bébé

Méthodes pour faire passer le hoquet :

– respiration longue et retenue pour permettre au diaphragme de récupérer et se décontracter

– la peur,qui va provoquer une contraction forte et suffisante du diaphragme pour gérer le problème

– manger lentement : à utiliser également en amont pour éviter le hoquet

Il n’y a pas une seule astuce valable pour tout le monde, chacun la sienne !

Une paille spéciale

L’appareil a d’ores et déjà été breveté, sous le nom d’« outil d’aspiration et de déglutition à inspiration forcée » et sous la marque HiccAway. Il s’agit d’un dispositif en plastique, une paille rigide sous la forme de la lettre « L », munie d’un embout à une extrémité, pour la bouche, et d’un capuchon réglable avec une valve de pression, sous la forme d’un trou, à l’autre extrémité.

Pour soigner son hoquet, il suffit de plonger la paille dans l’eau… Et d’aspirer, comme si vous sirotiez un cocktail dans votre transat.

Occuper les nerfs responsables du hoquet

Mais comment un simple dispositif en forme de paille, qui coûte 14 dollars, soit 11,76 €, peut-il guérir cette gêne dont il est parfois si compliqué de se débarrasser ? Pour cela, il est utile de revenir à ce qu’est le hoquet. Il s’agit d’une contraction soudaine du diaphragme et des muscles intercostaux.

Pour se débarrasser du hoquet, l’idée est de créer, chez la personne qui utilise la paille spéciale, une aspiration renforcée pour faire monter l’eau à travers le dispositif, mais en déclenchant une contraction du diaphragme, via le nerf phrénique. La déglutition qui s’ensuit implique, elle, l’activation du nerf vague. Ce sont deux nerfs qui sont responsables du hoquet. Les chercheurs affirment que le fait de les occuper les empêche de provoquer le phénomène indésirable…

Une étude pour l’heure limitée

Pour mesurer le bon fonctionnement du dispositif, les scientifiques l’ont testé auprès d’un échantillon de 249 volontaires, dont plus des deux-tiers avaient affirmé avoir le hoquet au moins une fois par mois. Les résultats, publiés sur le site de la revue médicale mensuelle Jama Network Open, publiée par l’Association Médicale Américaine, montrent que dans 92 % des cas, les personnes ont pu se débarrasser du hoquet. « Cela fonctionne instantanément et les effets durent plusieurs heures », a déclaré le Dr Ali Seifi, professeur associé à l’Université du Texas Health Science Center à San Antonio, co-auteur de l’étude.

Néanmoins, l’étude comporte quelques limites, notamment l’absence de groupe témoin, et que ses résultats sont autodéclarés. Le Dr Rhys Thomas, consultant en neurologie et en neurosciences de l’épilepsie à l’Université de Newcastle, qui n’a pas participé à l’étude, interrogé par le Guardian, précise, lui, que « tout ce qui vous permet de gonfler votre poitrine et d’avaler fonctionnera », y compris les méthodes précédemment citées, comme boire à l’envers en se bouchant les oreilles…

Aspirer et avaler: la meilleure technique pour déjouer le hoquet

Le hoquet est une contraction involontaire du diaphragme et des muscles intercostaux, qui provoque une brusque aspiration d’air. Selon les scientifiques, en concentrant les deux principaux nerfs responsables du hoquet sur une autre action, le dispositif HiccAway élimine le phénomène. En effet, l’aspiration renforcée, nécessaire pour faire monter l’eau dans l’appareil, contracte le diaphragme, ce qui active le nerf phrénique; tandis que le nerf vague est activé pour fermer l’épiglotte pendant la déglutition.

«Ça fonctionne instantanément et les effets durent plusieurs heures», a déclaré le Dr Ali Seifi, professeur au Health Science Center de l’Université du Texas à San Antonio, et coauteur de l’étude. Pour évaluer l’outil, l’équipe a analysé la réaction de 249 volontaires, dont plus des deux tiers ont affirmé être victimes de hoquet au moins une fois par mois. Publiés dans le journal Jama Network Open, les résultats ont montré que l’appareil arrêtait le hoquet dans 92% des cas. Les auteurs ont assuré que les résultats sont valables pour toutes les catégories démographiques et quelle que soit la fréquence ou la durée du hoquet.

Mais cette étude comporte des limites, notamment parce que les résultats sont autodéclarés, sans contrôle extérieur. Pour le Dr Rhys Thomas, neurologue et neuroscientifique à l’Université de Newcastle, «c’est une solution que personne n’a demandée», soulignant qu’il existe d’autres options efficaces et peu coûteuses. Sa méthode préférée: se boucher les oreilles en buvant un verre d’eau avec une paille normale.

«Tout ce qui vous permet de gonfler vos poumons et d’avaler en même temps peut fonctionner. Les techniques traditionnelles le font jusqu’à un certain point, et ce dispositif, s’il vous permet d’avoir une déglutition longue et lente, sera un moyen plus puissant d’y arriver», a précisé Rhys Thomas.

Hoquet à répétition : d’où vient-il et quand faut-il s’inquiéter ?

Chaque jour de la semaine, dans « Sans Rendez-vous » sur Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed répond à la question d’un auditeur sur un tracas de santé du quotidien. Ce lundi il se penche sur le hoquet, un tic respiratoire généralement bénin, mais qui a le don d’agacer. Et qui peut aussi être inquiétant, s’il dure. 

Arrêter de respirer pendant une minute, boire un verre d’eau la tête en bas, souffler dans un sac en papier… Votre entourage vous aura sûrement abreuvé de ces nombreuses astuces de grands-mères, souvent inefficaces, pour faire passer un hoquet intempestif. Cette contraction respiratoire est généralement anodine, et disparaît souvent au bout de quelques minutes. Mais un hoquet qui s’étale sur plusieurs jours ou revient de manière répétitive doit vous amener à consulter votre généraliste, comme l’explique le docteur Jimmy Mohamed à une auditrice de Sans Rendez-vous, l’émission santé d’Europe 1.

La question d’Anne-Sophie :

« Le hoquet survient chez moi sans prévenir et sans que je comprenne pourquoi. J’ai l’impression qu’il y a une raison psychologique. Quel est votre avis ? »

La réponse de Jimmy Mohamed :

« Le hoquet est la contraction involontaire d’un muscle qu’on appelle le diaphragme et des muscles intercostaux. Le diaphragme vous permet de respirer, il propulse l’air dans vos poumons. Parallèlement à cette contraction involontaire du diaphragme, la glotte, qui se trouve dans la gorge, va se fermer, ce qui va freiner l’arrivée d’air et déclencher ce bruit caractéristique du hoquet. On ne sait pas vraiment à quoi sert le hoquet, mais les scientifiques pensent qu’il serait lié avec ce qui se passe pendant la gestation, dans le ventre de la mère. Le hoquet est un trait que l’on partage avec tous les animaux vertébrés.

Guy ERWAN

Guy ERWAN

Guy est un bénévole qui n’a pas d’expérience en matière de journalisme, mais il a une grande envie d’apprendre. Il nous apporte son dynamisme et son expérience dans le monde associatif. Guy est originaire de Nantes et aime partager son amour de cette belle région.
%d blogueurs aiment cette page :