Flunch: au moins 39 restaurants vont fermer

Flunch: au moins 39 restaurants vont fermer

39 restaurants Flunch fermeront « définitivement », a annoncé la direction de l’enseigne dans un courrier. « Après étude de toutes les solutions possibles, notamment de cession, ces restaurants vont définitivement fermer et ne rouvriront pas d’ici les notifications de licenciement qui pourraient commencer à compter du 16 août 2021 », a écrit vendredi Guillaume Lecomte, directeur général de l’actionnaire de Flunch.

Selon Philippe Delahaye, délégué syndical central CFE-CGC, « entre 800 et 900 salariés » sont concernés par ces 39 fermetures. « Mais il y en aura plus (NDLR : de fermetures) car si on arrive à une dizaine de reprises en tout, ce sera le maximum sur les 57 restaurants » du périmètre du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), prévient-il. Selon le courrier de la direction, « 18 restaurants sont toujours en potentiel projet de cession et en cours de discussion ». Jusqu’à la fermeture définitive de ces restaurants, « toutes les personnes bénéficieront du maintien de leur salaire net », précise la direction de Flunch dans sa lettre, que Le Parisien a pu consulter.

« C’est du gâchis, déplore auprès du Parisien Didier Bourotte, représentant syndical CGT au sein de l’enseigne. Si seulement l’entreprise avait mis les moyens de moderniser l’enseigne et l’adapter aux nouvelles exigences – en prenant certains virages comme le local et le bio, en améliorant le look des restaurants, etc. – on aurait pu éviter ça. »

Un chiffre d’affaires en chute libre depuis 2020

Selon le courrier de la direction, «18 restaurants sont toujours en potentiel projet de cession et en cours de discussion».

Né en 1971 et appartenant à la constellation d’entreprises du groupe Mulliez, Flunch revendiquait 55 millions de clients servis par an avant le Covid dans 227 restaurants mais a vu son chiffre d’affaires s’effondrer en 2020.

La direction du groupe, qui a été placé en janvier sous procédure de sauvegarde, a annoncé vouloir se séparer de 57 restaurants sur les quelque 160 qu’elle détient en propre, et non pas en franchise. Ils emploient environ 1.200 salariés sur les 4.800 du groupe.

Des licenciements dès le 16 août ?

« Après étude de toutes les solutions possibles, notamment de cession, ces restaurants vont définitivement fermer et ne rouvriront pas d’ici les notifications de licenciement qui pourraient commencer à compter du 16 août 2021 », a écrit vendredi Guillaume Lecomte, directeur général de l’actionnaire de Flunch. Selon Philippe Delahaye, délégué syndical central CFE-CGC, « entre 800 et 900 salariés » sont concernés par ces 39 fermetures.

« Mais il y en aura plus (de fermetures, ndlr) car si on arrive à une dizaine de reprises en tout, ce sera le maximum sur les 57 restaurants » du périmètre du PSE, prévient-il. Selon le courrier de la direction, « 18 restaurants sont toujours en potentiel projet de cession et en cours de discussion ».

Né en 1971 et appartenant à la constellation d’entreprises du groupe Mulliez, Flunch revendiquait 55 millions de clients servis par an avant le Covid dans 227 restaurants mais a vu son chiffre d’affaires s’effondrer en 2020. La direction du groupe, qui a été placé en janvier sous procédure de sauvegarde, a annoncé vouloir se séparer de 57 restaurants sur les quelque 160 qu’elle détient en propre, et non pas en franchise. Ils emploient environ 1.200 salariés sur les 4.800 du groupe.

La liste des 39 restaurants qui fermeront

Sont concernés par cette fermeture définitive, selon des informations du Parisien, les restaurants Flunch d’Aubervilliers, d’Aulnoy-lez-Valenciennes, d’Aurillac, de Bar-le-Duc, de Biganois, de Bonneuil, de Bourtzwiller, de Brest Iroise, de Brest Kergaradec, de Chalons, de Châteauroux, de Claye-Souilly, de Cognac, de Dijon Centre, de Fontenay, de Givors, de Lille Gare, de Lyon Saint-Genis, de Lyon Venissieux, de Mâcon, de Marsannay-la-Côte, de Martigues, de Maurepas, de Melun-Cesson, de Nancy Tomblaine, de Nantes Rezé, de Nantes Saint-Sébastien, de Nevers, de Nice Trinité, de Pau, de Pontoise Osny, de Reims Cernay, de Saint-Brice, de Strasbourg Hautepierre, de Toulouse Portet, de Tours Nord, de Trélissac, de Tulle et de Villeneuve-sur-Lot.

Né en 1971 et appartenant à la constellation d’entreprises du groupe Mulliez, Flunch revendiquait 55 millions de clients servis par an avant le Covid dans 227 restaurants mais a vu son chiffre d’affaires s’effondrer en 2020. La direction du groupe, qui a été placé en janvier sous procédure de sauvegarde, a annoncé vouloir se séparer de 57 restaurants sur les quelque 160 qu’elle détient en propre, et non pas en franchise. Ils emploient environ 1200 salariés sur les 4800 du groupe.

Encore 18 restaurants dans la balance

Selon le courrier de la direction, « 18 restaurants sont toujours en potentiel projet de cession et en cours de discussion ».

Né en 1971 et appartenant à la constellation d’entreprises du groupe Mulliez, Flunch revendiquait 55 millions de clients servis par an avant le Covid dans 227 restaurants mais a vu son chiffre d’affaires s’effondrer en 2020.

La direction du groupe, qui a été placé en janvier sous procédure de sauvegarde, a annoncé vouloir se séparer de 57 restaurants sur les quelque 160 qu’elle détient en propre, et non pas en franchise. Ils emploient environ 1.200 salariés sur les 4.800 du groupe.

Guy ERWAN

Guy ERWAN

Guy est un bénévole qui n’a pas d’expérience en matière de journalisme, mais il a une grande envie d’apprendre. Il nous apporte son dynamisme et son expérience dans le monde associatif. Guy est originaire de Nantes et aime partager son amour de cette belle région.
%d blogueurs aiment cette page :