Hyperia : le télescope géant de 61 mégapixels

Hyperia : le télescope géant de 61 mégapixels

La société Vaonis présente le Hyperia, une nouvelle station connectée pour observer les astres à destination d’un public très averti. Avec un capteur plein format de 61 Mpx, il devrait permettre d’obtenir des images en haute définition facilement.

Les plus férus de technologie et d’astronomie connaissent bien Vaonis à l’origine des stations d’observation astronomique Stellina et Vespira. Ces sortes de télescopes connectés permettent au grand public d’observer le ciel étoilé aisément grâce à de nombreux automatismes. À mi-chemin entre l’observation et l’astrophotographie, la start-up montpelliéraine dévoile une nouvelle station, le Hyperia. Toujours connecté, et surtout extravagant par bien des aspects, il se destine aux plus passionnés, mais aussi aux plus fortunés.

Produit d’exception

Réservé à une clientèle avertie, ce produit fait rêver tous les passionnés de l’astronomie. Réalisé à partir de Zicral, un alliage utilisé dans l’aéronautique, Hyperia est entièrement conçu sur mesure et sur demande pour répondre à des besoins spécifiques. Avec un prix de départ de 45.000€ le produit est un bijou technologique, qui pourrait très bien trouver sa place dans les observatoires les plus prestigieux d’ici quelques années. Symbole du sens du détail de Vaonis, chaque commande prendra entre 12 et 18 mois pour être livrée.

L’entreprise tire sa spécificité dans la grande autonomie de ses télescopes. Fonctionnant de manière automatique pour de nombreuses tâches (calibration, pointage, suivi) les produits Vaonis sont pensés pour être facile à utiliser, et intuitif. Les deux premiers modèles de la marque, Stellina et Vespera, sont contrôlables avec l’application Vaonis, sur tablette ou smartphone, il devrait en être de même pour Hyperia.

Malgré la complexité de son mécanisme et de son otique, ce produit reste avant tout un télescope intelligent. “Nous avons à cœur de mettre l’exploration de l’univers à la portée de tous. Rendre accessible les technologies les plus performantes du marché au public le plus exigeant représente une nouvelle étape franchie pour notre entreprise avec la création d’Hyperia” s’est félicité Cyril Dupuy, fondateur de Vaonis. Aujourd’hui employant une vingtaine de personnes dans la région de Montpellier, la start-up s’est faite un nom dans le monde naissant des télescopes intelligents. Récompensée au CES en 2018 et en 2021, avec cette année là, le prix “Best of Innovation”. La plus haute distinction attribuée lors du salon de Las Vegas. Vaonis continue son developpement et espère séduire une nouvelle clientèle, beaucoup plus exigeantes, toujours en gardant la simplicité d’usage qui fait sa force.

Pour aller plus loin : Astronomie

Des dimensions de titan

Si les précédentes stations étaient transportables, le Hyperia se présente comme une station connectée sédentaire à laquelle il faudra adjoindre une alimentation électrique classique. Tout comme les plus petits modèles, il voit son bras se déployer pour commencer à capturer des images. La taille totale atteint alors 2,1 m pour 1,7 m une fois au repos, bras replié. Le poids du Hyperia atteint 75 kg.

Bien sûr, les automatismes auxquels le constructeur nous a habitués seront bien présents. On compte parmi eux la géolocalisation, des calculs astrométriques pour le repérage du ciel, le pointage, la mise au point ou encore le suivi pour compenser la rotation de la Terre. Évidemment, la capture et le traitement des images sont eux aussi grandement automatisés pour garantir à l’observateur les clichés les plus réussis possible.

Capteur plein format de 61 mégapixels

Bien que le design soit toujours aussi cher à Vaonis, cette démesure n’est pas uniquement là pour décorer la terrasse. L’entreprise présente le Hyperia comme un concentré de technologies avec ce qui se fait de mieux pour l’observation du ciel à destination des particuliers. Dans cet ordre d’idée, Vaonis utilise du Zicral pour la construction du Hyperia, un alliage d’aluminium et de zinc résistant aux intempéries. Évidemment étanche, la certification IP53 est avancée.

Un bijou technologique à prix d’or

Embarquant des technologies de pointe, comme le dernier capteur de chez Sony, Hyperia peut atteindre une définition d’images de 61 millions de pixels. 10 fois plus que sur le Stellina, et 30 fois plus que le Vespera. En plus de cette qualité d’image ahurissante, Hyperia dispose de la technologie Direct drive, communément utilisée dans les observatoires pour pointer et suivre un objet céleste avec le plus de précision possible.

Au vu de sa fiche technique, le produit de Vaonis a de quoi faire rêver. Réalisé sur commande et sur-mesure selon les besoins de chaque client, chaque Hyperia devrait coûter 45 000 € au minimum. Conçu en Zicral, un alliage utilisé dans l’aéronautique, le nouveau télescope devrait être capable de résister aux pires conditions météorologiques possibles. Pensant déjà à l’avenir, Vaonis s’est laissé la possibilité technique de changer le capteur d’image d’Hyperia si un nouveau modèle, plus performant, faisait son arrivée sur le marché.

Avec son troisième produit en trois ans, Vaonis se positionne avec « l’ambition de conquérir le marché international de l’observation astronomique ». Déjà récompensée au CES 2018, l’entreprise héraultaise a reçu le « Best Of Innovation » lors de l’édition 2021 du salon.

Lea LAMBERT

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.