Des images montrent les pompiers dans un immeuble de huit étages qui abritait des services de santé mentale.

Vingt-sept personnes sont mortes après l’incendie d’une clinique psychiatrique dans la ville japonaise d’Osaka, ont déclaré les pompiers locaux.

Un incendie meurtrier

L’agence de presse Kyodo a déclaré que l’incendie était probablement d’origine criminelle, citant des sources policières qui ont déclaré qu’un homme d’une soixantaine d’années avait été vu portant un sac en papier contenant un liquide non identifié.

Selon un témoin, le feu aurait pris peu après que l’homme ait placé le sac près du comptoir d’accueil de la clinique, au quatrième étage.

Le Premier ministre, Fumio Kishida, a présenté ses condoléances et a déclaré que les autorités tentaient d’établir la cause de l’incendie.

Un responsable du service des incendies d’Osaka a déclaré que 27 personnes étaient en arrêt cardio-respiratoire – terme utilisé par les médias japonais avant qu’un décès ne soit confirmé par un médecin – et qu’une personne était blessée. Les médias ont ensuite indiqué qu’au moins 20 personnes avaient été confirmées mortes.

Un médecin de l’un des hôpitaux traitant les victimes a déclaré qu’il pensait que beaucoup d’entre elles avaient succombé à l’inhalation de monoxyde de carbone.

Des images télévisées ont montré des dizaines de pompiers travaillant à l’intérieur et à l’extérieur de l’immeuble de huit étages situé dans un quartier commercial de la ville portuaire occidentale, après l’extinction du feu.

L’intérieur carbonisé du quatrième étage de l’étroit immeuble de bureaux était visible à travers les fenêtres cassées et noircies.

Une clinique incendiée

L’étage abritait une clinique qui fournissait des services de santé mentale et des soins médicaux généraux, ont indiqué les médias locaux.
« Le feu a été détecté à 10h18 au quatrième étage », a déclaré le responsable. « À midi, 70 véhicules de pompiers sont sur les lieux ».

Le brasier, dans le quartier d’affaires et de divertissement très fréquenté près de la gare de Kitashinchi, a été éteint après une demi-heure, ont-ils ajouté. Les personnes se trouvant aux autres étages du bâtiment auraient été évacuées.

« Quand j’ai regardé dehors, j’ai vu une flamme orange à la fenêtre du quatrième étage du bâtiment », a déclaré à Kyodo un témoin anonyme, qui se trouvait dans son bureau voisin. « Une femme agitait sa main depuis la fenêtre du sixième étage et demandait de l’aide ».

Une femme d’âge moyen qui a assisté à l’incendie a déclaré à la chaîne publique NHK : « Il y avait beaucoup de fumée noire… il y avait aussi une très forte odeur. »

Cet incendie est le plus meurtrier au Japon depuis juillet 2019, lorsqu’un incendie criminel dans un studio d’animation à Kyoto a tué 36 personnes.