Jupiter, du vent dans la Grande Tache rouge

Jupiter, du vent dans la Grande Tache rouge

Hubble, le télescope spatial le plus puissant de la NASA, a signalé un changement mystérieux dans la Grande Tache rouge de Jupiter. Cette “tache” est en fait un cyclone de plus de 16 000 kilomètres de large. Il est assez grand pour avaler la Terre. Cette tempête a rétrécit et est devenu plus circulaire depuis que les astronomes ont commencé à l’observer il y a environ 150 ans. Toutefois personne n’a pu suivre la vitesse de son mouvement en spirale jusqu’à ce que Hubble tourne son regard vers ce lointain point rouge en 2009.

Les planétologues Michael Wong et Amy Simon ont récemment analysé une dizaine d’années de données accumulées par Hubble. Elles portent sur la vitesse du vent de la Grande Tache rouge, qui peut dépasser les 600 kilomètres par heure. La NASA a annoncé lundi que leurs recherches suggèrent que la bande extérieure du cyclone s’accélère. La vitesse de ses vents a augmenté de 8% entre 2009 et 2020. Dans le même temps, la région intérieure de la tempête a considérablement ralenti.

« Lorsque j’ai vu les résultats pour la première fois, je me suis demandé : ‘Est-ce que cela a un sens ?’ Personne n’avait jamais vu cela auparavant », a confié Michael Wong, qui travaille à l’Université de Californie à Berkeley, dans un communiqué de presse. « Mais c’est quelque chose que seul Hubble peut faire. La longévité de Hubble et ses observations continues rendent cette découverte possible », a encore expliqué le scientifique.

Dans l’ensemble, la vitesse moyenne des vents de la Grande Tache rouge augmente, mais seulement un tout petit peu – moins de 2,5 kilomètres par heure et par année terrestre. Personne ne sait encore ce que l’évolution des vents nous apprendra sur la tempête dans son ensemble.

Un changement que seul Hubble pouvait voir

Non seulement les vents les plus externes de la tache sont plus rapides que ceux de son intérieur, mais ils accélèrent. « Nous avons mesuré les vents horizontaux dans la Grande Tache rouge de Jupiter en utilisant les données de l’instrument WFC3/UVIS à bord du télescope spatial Hubble, écrivent les scientifiques.

Les données couvrent 11 périodes de 2009 à 2020. Les vents soufflent le plus rapidement dans un anneau à grande vitesse autour de l’extérieur de la Grande Tache rouge. » Entre 2009 et 2020, la vitesse des vents a augmenté de 8 %. Pendant ce temps, les vents les plus à l’intérieur de la tache tendaient à se déplacer plus lentement.

Le changement dans la vitesse du vent constaté par les chercheurs est de l’ordre de moins de 2,6 kilomètres par heure, au cours d’une année (terrestre). Repérer une modification aussi petite a nécessité la précision dont est capable Hubble. « Nous parlons d’un si petit changement que si nous n’avions pas 11 années de données de Hubble, nous ne saurions pas qu’il s’est produit », résume Amy Simon, planétologue au sein du Goddard Space Flight Center et co-autrice de l’étude, dans le communiqué de la Nasa.

Comprendre la physique de la Grande Tache rouge

Les astronomes doivent maintenant s’atteler à comprendre ce que signifie cette augmentation de la vitesse des vents. Une tâche plus ardue, car Hubble ne peut pas bien voir les dessous de l’anticyclone. Mais les chercheurs sont enthousiastes. « C’est une pièce intéressante du puzzle qui peut nous aider à comprendre ce qui alimente la Grande Tache rouge et comment elle maintient son énergie. »

Rappelons que celle-ci intrigue les astronomes depuis les années 1870. Depuis, ils ont compris qu’elle présentait une structure en gâteau de mariage. Plusieurs étages avec des nuages hauts au centre qui tombent en cascade sur les extérieurs. Les chercheurs ont aussi noté que la Grande Tache rouge de Jupiter diminuait en taille et qu’elle devenait plus circulaire avec le temps.

Sur d’autres planètes, comme sur Neptune, les astronomes notent que les tempêtes ont tendance à disparaître en seulement quelques années. La Grande Tache rouge fait donc figure d’exception. Mais ces derniers travaux devraient aider les scientifiques à élucider les mécanismes physiques qui permettent de former et d’entretenir de telles tempêtes sur les planètes du Système solaire.

Un lien avec le rétrécissement possible de la tache ?

Que peut-on déduire de cette hausse de la vitesse ? Pour l’instant, il est difficile d’en tirer des conclusions, car Hubble ne peut voir que ce qui se trouve au sommet des nuages. Mais cette information pourrait servir à mieux comprendre comment la Grande Tache rouge de Jupiter est alimentée. Ce gigantesque vortex de 25 000 kilomètres de longueur semble être une remontée de matière provenant de l’intérieur de la planète gazeuse.

L’une des hypothèses débattues au sujet de cette structure géante est qu’elle pourrait un jour disparaitre, car les images des nuages semblent montrer que la Grande Tache est en train de rétrécir. « Au fur et à mesure que la Grande Tache rouge se rétrécit et se diffuse, la vitesse moyenne du vent dans l’anneau à grande vitesse s’accélère », constatent en tout cas les auteurs de l’étude.

Lea LAMBERT

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.