La Nasa lance un vaisseau spatial dans le cadre de la toute première mission visant à dévier un astéroïde.

La Nasa lance un vaisseau spatial dans le cadre de la toute première mission visant à dévier un astéroïde.

L’engin spatial s’apprête à s’écraser sur la lune Dimorphos, dans le cadre d’un test visant à déterminer si les astéroïdes peuvent être détournés de leur collision avec la Terre.

Un engin spatial qui doit finalement s’écraser pour réussir a décollé tard mardi de Californie pour une mission de la Nasa visant à faire la démonstration du premier système de défense planétaire au monde.

Transporté à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX, le vaisseau spatial Dart (Double Asteroid Redirection Test) s’est élevé dans le ciel à 22 h 21, heure du Pacifique, depuis la base spatiale américaine de Vandenberg, à environ 240 km au nord-ouest de Los Angeles.

L’objectif est de faire s’écraser le vaisseau robot sur la lune Dimorphos à 24 100 km/h et de modifier sa trajectoire d’une fraction. Si la mission réussit, la Nasa et d’autres agences spatiales pourront dévier un astéroïde se dirigeant vers la Terre et éviter un impact de type Armageddon.

Une mission test

La charge utile de Dart, de la taille d’une petite voiture, a été libérée du booster quelques minutes après le lancement pour entamer son voyage de 10 mois dans l’espace profond, à quelque 11 millions de kilomètres de la Terre.

Une fois sur place, Dart testera sa capacité à modifier la trajectoire d’un astéroïde par sa seule force cinétique. Des caméras montées sur l’impacteur et sur un mini-vaisseau spatial de la taille d’une mallette, qui sera libéré par Dart une dizaine de jours auparavant, enregistreront la collision et en transmettront les images à la Terre.

L’astéroïde visé par Dart ne présente aucune menace réelle et est minuscule comparé à l’astéroïde cataclysmique Chicxulub qui a frappé la Terre il y a 66 millions d’années, entraînant l’extinction des dinosaures. Mais les scientifiques affirment que les astéroïdes plus petits sont beaucoup plus courants et représentent un danger théorique plus important à court terme.

L’équipe à l’origine de Dart a choisi le système Didymos parce que sa proximité relative de la Terre et sa configuration à deux astéroïdes en font un lieu idéal pour observer les résultats de l’impact.

Le décollage a été retransmis en direct sur Nasa TV et sur le compte Twitter de SpaceX.

Une solution pour protéger la Terre

Il s’agit de la dernière en date des missions de la Nasa visant à explorer et à interagir avec des astéroïdes, vestiges rocheux primordiaux de la formation du système solaire il y a 4,6 milliards d’années.

Le mois dernier, la Nasa a lancé une sonde vers les amas d’astéroïdes troyens orbitant près de Jupiter, tandis que le vaisseau spatial Osires-Rex est sur le chemin du retour vers la Terre avec un échantillon prélevé en octobre de l’année dernière sur l’astéroïde Bennu.

L’astéroïde Dimorphos est l’un des plus petits objets astronomiques à recevoir un nom permanent et fait partie des 27 500 astéroïdes géocroiseurs connus de toutes tailles suivis par la Nasa.

La Nasa a estimé le coût total du projet Dart à 330 millions de dollars, soit un montant bien inférieur à celui de la plupart des missions scientifiques les plus ambitieuses de l’agence spatiale.

Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.