L’astéroïde BENNU a peu de chance de frapper la Terre

L’astéroïde BENNU a peu de chance de frapper la Terre

L’astéroïde Bennu passera très près de la Terre en 2135, à seulement la moitié de la distance séparant notre planète de la Lune, a déclaré la Nasa mercredi 11 août, en révélant de nouvelles données selon lesquelles les chances d’un impact ultérieur, d’ici 2300, restent infimes.

La sonde Osiris-Rex de la Nasa a passé deux ans en orbite autour de Bennu, qu’elle a quitté en mai dernier pour en rapporter des échantillons récoltés lors d’un contact de quelques secondes avec le sol, et qui arriveront sur Terre en 2023. La mission a permis d’étudier de très près l’astéroïde, et de considérablement améliorer les prédictions sur sa trajectoire future.

D’ici 2300, les chances d’une collision avec la Terre ne sont que de 0,057 %, ont conclu les scientifiques. « Dit autrement, cela veut dire qu’il y a 99,94 % de chances que Bennu ne soit pas sur une trajectoire d’impact », a souligné Davide Farnocchia, scientifique aux Near Earth Object Studies de la Nasa. « Donc il n’y a pas de raison de trop s’inquiéter. »

En septembre 2135, Bennu passera très près de la Terre. Cela lui donnera la possibilité de traverser ce qu’on appelle un « trou de serrure gravitationnel » : une zone qui altérerait légèrement la trajectoire de l’astéroïde, à cause de l’influence gravitationnelle de notre planète, le mettant ainsi sur une trajectoire de collision future.  

L’astéroïde découvert il y a 22 ans

L’astéroïde a été découvert il y a 22 ans. Cet astéroïde qui est l’un des plus menaçants pour la Terre mesure 500 mètres de diamètre. Il  y a quelques mois, la sonde Osiris-Rex a rapporté des échantillons récoltés lors d’un contact qui n’aura duré que quelques secondes. La venue de ses échantillons sur la Terre est prévue pour 2023. Cette mission a eu le mérite de permettre de recueillir avec précision beaucoup d’informations sur l’astéroïde Bennu.

Pourquoi n’est-on pas sûr à 100% ?

En septembre 2135, Bennu passera très près de la Terre. Cela lui donnera la possibilité de traverser ce qu’on appelle un « trou de serrure gravitationnel »: une zone qui altèrerait légèrement la trajectoire de l’astéroïde, à cause de l’influence gravitationnelle de notre planète, le mettant ainsi sur une trajectoire de collision future.

Avant la mission Osiris-Rex, 26 « trous de serrure » grands d’un kilomètre ou plus étaient possiblement sur le chemin de Bennu en 2135.

Grâce aux analyses permises par la sonde Osiris-Rex, les scientifiques ont pu en exclure 24. Restent les deux derniers.

Pour aller plus loin : Astronomie

La date la plus probable d’impact serait alors en 2182, selon eux.

S’il arrivait, l’événement serait catastrophique. « Généralement, la taille d’un cratère sera de 10 à 20 fois la taille de l’objet », a expliqué Lindley Johnson, du Planetary Defense Coordination Office de la Nasa. Soit pour Bennu, un cratère d’entre 5 et 10 km de diamètre.

« Mais la zone de destruction sera bien plus large que cela, jusqu’à 100 fois la taille du cratère », a-t-il dit.

Il a précisé que les chercheurs avaient connaissance d’environ 79% des astéroïdes de la taille de Bennu et proches de la Terre.

Et Davide Farnocchia de rappeler: « Le risque posé par Bennu est en vérité plus petit que le risque posé par les objets de taille similaire que nous n’avons pas encore découverts ».

Une chance sur 1 750

Le danger représenté par Bennu était pourtant pris très au sérieux par les chercheurs. D’une part parce que l’astéroïde mesure quasiment 500 mètres de diamètre, ce qui, en cas de collision, est largement suffisant pour ravager une bonne partie de la planète. À titre de comparaison, lors de l’événement de la Toungouska en 1908, durant lequel un astéroïde a libéré 1 000 fois l’énergie de la bombe nucléaire d’Hiroshima, et a détruit 20 kilomètres de forêt, l’objet en question ne dépassait pas les 50 mètres.

La trajectoire de Bennu est du reste très chaotique. L’astéroïde subit l’effet Yarkovsky : les rayons du Soleil qu’il reçoit perturbent sa rotation et sa trajectoire car il est davantage exposé d’un côté que de l’autre. Les astéroïdes concernés par cet effet sont les plus imprévisibles. Mais les auteurs ajoutent : « Un des buts d’OSIRIS-REx était justement de mesurer précisément l’effet Yarkovsky et de définir les risques d’impact de Bennu sur la Terre. »

Les moindres détails scrutés à la loupe

En effet, la longue observation par la sonde offre un point de vue unique sur l’astre. Par exemple, les chercheurs ont pu déterminer si à l’approche de la Terre, Bennu allait passer par un trou de serrure gravitationnel, c’est-à-dire un endroit dans l’espace où les forces de gravitation provoqueraient une attraction tout droit vers notre planète. Ils ont aussi évalué l’influence du Soleil, de sa gravité, ainsi que la gravité de 300 autres astéroïdes situés sur le passage. Chacun peut tirer ou pousser Bennu d’un côté ou de l’autre.

Cette analyse donne un éclairage inédit sur les astéroïdes expliquent les auteurs de l’étude. « Ce résultat est incroyable, résument-ils. Pas seulement pour Bennu et ses risques de collision, mais aussi pour tous les astéroïdes sensibles aux effets étudiés. » Quant à Bennu, il sera scruté depuis la Terre d’ici 2023, lorsque la sonde reviendra avec les échantillons prélevés lors de sa mission.

« Il n’y a pas de raison de trop s’inquiéter »

D’ici 2300, les chances d’une collision avec la Terre ne sont que de 0,057 %, ont conclu les scientifiques. « Dit autrement, cela veut dire qu’il y a 99,94 % de chances que Bennu ne soit PAS sur une trajectoire d’impact », a souligné Davide Farnocchia, scientifique aux Near Earth Object Studies de la Nasa, lors d’une conférence de presse. « Donc il n’y a pas de raison de trop s’inquiéter. »

Pourquoi n’est-on pas sûr à 100 % ? En septembre 2135, Bennu passera très près de la Terre. Cela lui donnera la possibilité de traverser ce qu’on appelle un « trou de serrure gravitationnel » : une zone qui altèrerait légèrement la trajectoire de l’astéroïde, à cause de l’influence gravitationnelle de notre planète, le mettant ainsi sur une trajectoire de collision future. Avant la mission Osiris-Rex, 26 « trous de serrure » grands d’un kilomètre ou plus étaient possiblement sur le chemin de Bennu en 2135.

Grâce aux analyses permises par la sonde Osiris-Rex, les scientifiques ont pu en exclure 24. Restent les deux derniers. La date la plus probable d’impact serait alors en 2182, selon eux. S’il arrivait, l’événement serait catastrophique. « Généralement, la taille d’un cratère sera de 10 à 20 fois la taille de l’objet », a expliqué Lindley Johnson, du Planetary Defense Coordination Office de la Nasa. Soit pour Bennu, un cratère d’entre 5 et 10 km de diamètre.

Lea LAMBERT

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.
%d blogueurs aiment cette page :