Le contact avec la nature dans les villes réduit la solitude

Le contact avec la nature dans les villes réduit la solitude

Selon des scientifiques, la solitude est un problème de santé mentale important et peut augmenter le risque de décès de 45 %.

Selon une équipe de scientifiques, le contact avec la nature en ville réduit considérablement le sentiment de solitude.

D’après leurs recherches, la solitude est un problème majeur de santé publique et peut augmenter de 45 % le risque de décès d’une personne, soit davantage que la pollution atmosphérique, l’obésité ou l’abus d’alcool.

Une lutte contre la dépression

Cette étude est la première à évaluer l’influence de l’environnement sur la solitude. Elle a utilisé des données en temps réel, collectées via une application pour smartphone, plutôt que de s’appuyer sur la mémoire des personnes quant à leurs sentiments.

L’étude a révélé que le sentiment de surpopulation augmentait le sentiment de solitude de 39 % en moyenne. En revanche, lorsque les personnes pouvaient voir des arbres ou le ciel, ou entendre des oiseaux, leur sentiment de solitude diminuait de 28 %. Les sentiments d’inclusion sociale réduisaient également la solitude de 21 %, et lorsque ces sentiments coïncidaient avec un contact avec la nature, l’effet bénéfique était renforcé de 18 % supplémentaires.

D’après les chercheurs, les résultats de cette étude montrent qu’il est possible d’intervenir pour réduire la solitude : « Des mesures spécifiques qui augmentent l’inclusion sociale et le contact avec la nature devraient être mises en œuvre, en particulier dans les villes à forte densité de population. »

Le temps passé dans la nature est connu pour améliorer le bien-être, les promenades dans les bois permettant au Royaume-Uni d’économiser au moins 185 millions de livres par an en frais de santé mentale, par exemple. Selon les chercheurs, les espaces naturels dans les villes pourraient réduire la solitude en renforçant le sentiment d’attachement à un lieu ou en offrant davantage de possibilités de socialisation.

Selon le professeur Andrea Mechelli, membre de l’équipe de recherche et expert en intervention précoce dans le domaine de la santé mentale au King’s College de Londres (Royaume-Uni), l’étude remet en question la vision traditionnelle selon laquelle les villes sont toujours mauvaises pour la santé mentale et la solitude. « Certains aspects, tels que les caractéristiques naturelles et l’inclusion sociale, peuvent en fait réduire la solitude », a-t-il ajouté.

Michael Smythe, un artiste qui travaille sur l’architecture sociale et les paysages urbains et qui faisait partie de l’équipe de l’étude, a déclaré : « Pour les personnes qui, comme nous, travaillent dans l’espace public, la validation par des données des connaissances anecdotiques que nous obtenons sur le terrain est incroyablement précieuse pour communiquer la valeur de ces espaces. La santé environnementale et la santé publique sont une seule et même chose. »

Une étude sur la nature et la solitude

La recherche, publiée dans la revue Scientific Reports, a recueilli des données auprès de citoyens urbains du monde entier à l’aide de l’application de recherche Urban Mind. Les personnes ont été invitées à répondre à des questions simples sur la solitude, la surpopulation, l’inclusion sociale et le contact avec la nature à trois moments aléatoires par jour pendant quinze jours, pendant les heures d’éveil.

Plus de 750 personnes ont fourni 16 600 de ces évaluations, qui comprenaient les questions « vous sentez-vous bienvenu parmi [les personnes qui vous entourent] ? » et « pouvez-vous voir des arbres en ce moment ? ».

Les participants se sont auto-sélectionnés et n’ont donc pas fourni un échantillon représentatif des populations plus larges. Mais lorsque les chercheurs ont tenu compte de l’âge, de l’origine ethnique, de l’éducation et de la profession, les avantages du contact avec la nature et du sentiment d’inclusion sociale sur la solitude sont restés statistiquement très significatifs.

Christopher Gidlow, professeur de recherche appliquée en santé à l’université de Staffordshire au Royaume-Uni, qui n’a pas participé à la recherche, a déclaré : « Il est reconnu depuis longtemps que l’accès à des environnements naturels peut favoriser les interactions sociales et la connectivité. Cette étude ajoute du poids aux preuves existantes de notre affinité avec les environnements naturels et de leurs avantages potentiels pour le bien-être social.

« La familiarité avec les environnements n’a pas été mesurée, mais il est probable qu’elle joue un rôle dans la mesure où les gens ont tendance à visiter les mêmes environnements naturels. Cette familiarité a été liée au sentiment d’être plus proche d’un lieu, avec des avantages possibles pour la santé mentale. »
Johanna Gibbons, architecte paysagiste et membre de l’équipe de recherche, a déclaré : « Les villes sont probablement le seul habitat qui augmente à un rythme élevé. Nous devons donc créer des habitats urbains où les gens peuvent s’épanouir. La nature en est une composante essentielle car, je crois qu’au plus profond de notre âme, il existe des connexions vraiment profondes avec les forces naturelles. »

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.