Le futur chancelier allemand Olaf Scholz « soutient les vaccins Covid obligatoires ».

Le futur chancelier allemand Olaf Scholz « soutient les vaccins Covid obligatoires ».

Le social-démocrate serait favorable à l’obligation de se faire vacciner, l’Autriche s’apprêtant à franchir le pas en février.

Le futur chancelier allemand, Olaf Scholz, est favorable à l’idée de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19, ont rapporté les médias allemands, alors que l’Autriche voisine débat de la manière de rendre les vaccins obligatoires à partir de février.

Un soutien inconditionnel

M. Scholz, un social-démocrate, qui devrait prêter serment en tant que successeur d’Angela Merkel la semaine prochaine, aurait déclaré lors d’une réunion des dirigeants régionaux qu’il était favorable à une initiative interpartis visant à rendre les vaccins obligatoires, ainsi qu’à exiger des clients des magasins non essentiels qu’ils présentent une preuve de vaccination ou de guérison du virus.

« En tant que délégué, je voterais certainement en faveur, pour que ce soit très clair », a déclaré M. Scholz selon le Spiegel. Le ministre des finances sortant a proposé un mandat général de vaccination entrant en vigueur à la fin du mois de février, date à laquelle chacun devrait avoir eu une chance théorique de recevoir deux doses de vaccin de son propre chef.

Dans le même temps, l’Autriche, voisine méridionale de l’Allemagne, a annoncé qu’elle poursuivait son projet de rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire pour l’ensemble de sa population à partir de février, après avoir consulté des scientifiques et des experts juridiques.

« Nous ne voulions pas d’un mandat de vaccination, permettez-moi de le dire explicitement », a déclaré la ministre des affaires européennes et constitutionnelles, Karoline Edtstadler. « Mais 20 mois après le début de la pandémie, nous nous trouvons dans une situation qui est dramatique si l’on regarde les unités de soins intensifs des hôpitaux. »

Seul un mandat général de vaccination permettrait au pays de se rapprocher de son objectif d’éviter une cinquième ou une sixième vague du virus, a déclaré Mme Edtstadler, du parti conservateur du peuple autrichien (ÖVP).

L’exemple autrichien

L’Autriche est à mi-chemin d’un verrouillage de 20 jours, son quatrième de la pandémie, après avoir connu l’une des plus fortes poussées de cas en Europe. Le chancelier, Alexander Schallenberg, a annoncé le 19 novembre que son gouvernement allait préparer le terrain pour que la vaccination contre le Covid-19 devienne obligatoire à partir du 1er février, ce qui en ferait le premier pays occidental à prendre une telle mesure.

« Bien sûr, cela représente une intrusion dans nos libertés fondamentales et civiles », c’est pourquoi le gouvernement a engagé des discussions avec le parti social-démocrate autrichien (SPÖ) de centre-gauche et le Forum de la nouvelle Autriche et des libéraux (NEOS), a déclaré le ministre de la santé, Wolfgang Mückstein. Le parti d’extrême droite Liberté (FPÖ), qui cherche à contester juridiquement le mandat de vaccination, n’a pas été invité.

Un projet de loi ne sera pas présenté avant la semaine du 6 décembre, mais plusieurs politiciens ont signalé que la vaccination serait obligatoire mais non obligatoire, ce qui signifie que personne ne serait injecté de force.

Les avocats constitutionnels ont conseillé de rendre la vaccination obligatoire pour toute personne de plus de 14 ans, qui est l’âge de la responsabilité pénale en Autriche. Selon un article du journal Die Presse, le vaccin pourrait être obligatoire à partir de 12 ans, avec des exceptions pour les personnes à qui l’on conseille de ne pas se faire vacciner pour des raisons de santé.

Ceux qui refusent de se faire vacciner recevraient deux avertissements, suivis en cas de non-respect d’une amende administrative de 3 600 euros (3 000 livres sterling), qui pourrait être émise deux fois. Le gouvernement a refusé de commenter mardi les détails de la loi mentionnés dans la presse.

Depuis cette semaine, 67 % de la population autrichienne est considérée comme entièrement vaccinée, et 70 % a reçu une dose. En Allemagne, 68,5 % de la population est entièrement vaccinée, et 71 % a reçu une dose.

Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.
%d blogueurs aiment cette page :