Le maire de l’île de Vulcano, a ordonné l’évacuation en raison de l’augmentation de l’activité volcanique et des gaz dans la région.

Le maire de l’île de Vulcano, a ordonné l’évacuation en raison de l’augmentation de l’activité volcanique et des gaz dans la région.

En octobre dernier, l’agence italienne de protection civile a émis une alerte orange pour cette petite île de la mer Tyrrhénienne, située à environ 25 km au nord de la Sicile, après une série de changements significatifs des paramètres volcaniques.

Le maire, Marco Giorgianni, a ordonné l’évacuation d’environ 150 personnes dans la zone portuaire de l’île, qui est considérée par les autorités italiennes comme la plus exposée aux gaz sulfureux.

« Les données indiquent une augmentation des gaz qui créent une forte préoccupation car ils peuvent constituer une menace pour la santé publique », a déclaré le maire samedi lors d’une réunion avec les résidents diffusée en direct sur Facebook.

Selon l’Institut national italien de géophysique et de volcanologie (INGV), il y a eu une augmentation des gaz lourds qui réduisent la quantité d’oxygène dans l’air, créant des difficultés respiratoires qui peuvent avoir des effets mortels.

Les autorités locales ont également créé une « zone rouge » où le niveau de gaz attribué à l’activité volcanique est plus concentré, avec des valeurs de dioxyde de carbone (CO2) supérieures aux niveaux normaux, et ont restreint le déplacement des résidents restants hors de leurs maisons entre 23 heures et 6 heures du matin. L’île sera interdite aux touristes pendant un mois.

Le 21 octobre, plusieurs habitants de l’île ont signalé que les émissions volcaniques avaient provoqué des maladies chez leurs animaux domestiques. « Un jour, j’ai soudainement remarqué que mes dix chats étaient couchés sur le sol comme s’ils s’étaient évanouis », a déclaré Stefania Lombardo au quotidien italien la Repubblica, « et je ne me sentais pas bien non plus, j’avais du mal à respirer. Ils m’ont dit que c’était juste une crise de panique, puis les médecins ont confirmé que la cause de la maladie était l’exhalation de gaz provenant du cratère. »

Le mois dernier, évoquant « l’augmentation du dégazage, des températures et de la sismicité » sur l’île, Marco Pistolesi, professeur de volcanologie à l’université de Pise, a déclaré : « pour ceux qui connaissent l’île, cela n’a jamais été observé auparavant ».

La dernière éruption sur Vulcano remonte à plus de 130 ans et a duré du 2 août 1888 au 22 mars 1890.

Les Romains croyaient que la petite île était la cheminée de Vulcain, le dieu du feu.

Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.