Le retour des moustiques

Le retour des moustiques

La saison des moustiques est bel et bien ouverte. Avec la météo chaude et humide de ces derniers jours, ils devraient proliférer davantage. Quelques gestes simples permettent de s’en protéger.

Chaleur, orages : les attaques de moustiques vont redoubler

Clémence, 38 ans, souffre encore, deux jours après, de très désagréables démangeaisons. « Je me suis littéralement fait bouffer les jambes par une horde de moustiques, se lamente cette employée dans la restauration de Clichy (Hauts-de-Seine). Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment mais j’ai l’impression qu’on est envahi. » « Leur développement est grandement facilité par un facteur météo, explique la professeure Anna-Bella Failloux, entomologiste à l’Institut Pasteur. Des températures élevées et de l’humidité, avec des pluies régulières, favorisent leur reproduction. » Les orages de ces derniers jours ne vont donc rien arranger. « Il faut s’attendre à une recrudescence de moustiques d’ici 7 à 10 jours, poursuit la spécialiste, quand les œufs tout juste pondus auront éclos. »

Si leur présence est déjà aussi massive, est-ce en lien avec la prolifération, plus étonnante encore à nos yeux, que nous avons remarquée tout au long de l’hiver en région parisienne ? « Les moustiques classiques ne supportent que très peu le froid, répond Anna-Bella Failloux. Ils hibernent et ne se reproduisent pas en période hivernale. Par contre, il existe une espèce souterraine qui profite des températures douces et constantes du métro par exemple, en complément de petites retenues d’eau qui se créent ici et là, dans les couloirs ou sur les voies, pour subsister. C’est la raison pour laquelle les urbains ont l’impression que les moustiques ne sont plus seulement actifs en période estivale. »

«Il va falloir apprendre à vivre avec et changer nos modes de vie»

S’il existe quelque 3 500 espèces de moustiques à travers le monde, seuls 15 % se nourrissent de sang humain. Et seules les femelles, qui y trouvent les nutriments nécessaires au développement de leur 50 à 200 larves par portée. Parmi les 70 espèces présentes en France, le moustique-tigre est le plus inquiétant puisqu’il peut transmettre paludisme, dengue ou encore chikungunya. Reconnaissable à ses rayures noires et blanches, il a été détecté pour la première fois en 2014 dans le Sud-Est mais est désormais présent dans plus d’une soixantaine de départements. « Il a une capacité d’adaptation à tous les milieux assez exceptionnelle, indique Anna-Bella Failloux. Il devrait, dans les années qui viennent, se développer sur l’ensemble du territoire. On ne peut malheureusement rien faire pour limiter cette progression et il va falloir apprendre à vivre avec et changer nos modes de vie. »

Pour éviter la prolifération des moustiques, tigre ou autres, il est recommandé d’éliminer toute source d’eau stagnante chez soi. « Ce que cherche le moustique, ce n’est pas de l’eau propre dont il n’a rien à faire, mais de l’eau souillée d’où il tire, comme dans le sang, les nutriments dont il a besoin, souligne l’entomologiste. Il faut donc, pour ne pas être envahi, changer régulièrement l’eau des vases et vider celle qui reste dans les sous-pots quand on arrose ses plantes. » Autre astuce : agrémenter son domicile de végétaux aux propriétés répulsives comme la menthe, la citronnelle, les géraniums ou le thym citron. Leur faculté à éloigner les moustiques reste toutefois limitée en extérieur.

Retour des moustiques : mais pourquoi diable ne piquent-ils que moi ?

Vous l’avez sans doute remarqué lors de vos sorties en terrasses ou autres barbecues, les moustiques sont de retour. Et ils piquent, curieusement, beaucoup plus certaines personnes que d’autres. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène.

Le groupe sanguin

Des études ont ainsi mis en lumière que les moustiques avaient leurs préférences en matière de sang humain. Des recherches datant de 2004 ont montré que les personnes appartenant aux groupes sanguins A et O étaient plus susceptibles de se faire piquer par les moustiques que celles du groupe B. Selon les chercheurs, 85% des humains sécrètent un signal chimique à travers leur peau qui informe le moustique sur le type de groupe sanguin : ils s’y réfèrent donc pour choisir leurs proies.

Le gaz carbonique dans le souffle

Autre élément pouvant jouer en votre défaveur : la présence de gaz carbonique dans votre souffle, qui peut attirer les moustiques à 50 mètres de distance. Cela explique notamment pourquoi les enfants, qui expirent moins de CO2 qu’un adulte, sont moins piqués. Mais aussi pourquoi les femmes enceintes les attirent particulièrement : elles expirent en moyenne 20% de gaz carbonique en plus.

Le fait d’être sportif ou non

Les moustiques raffolent aussi du sang des sportifs : la présence d’acide lactique, d’acide urique et d’ammoniaque dans leur sueur les attire comme un aimant.

La couleur de ce que l’on porte

Enfin, sachez que ce que vous portez peut aussi vous valoir d’être repéré plus facilement par les moustiques. Selon le Pr Jonathan Day, médecin à l’Université de Floride, ces insectes se serviraient de leur vue pour repérer leurs futures proies et seraient particulièrement sensibles au noir, au bleu marine et au rouge.

Odeur corporelle, groupe sanguin ou couleur des vêtements, autant de facteurs qui peuvent expliquer que certains se font davantage piquer par les moustiques.

Certains ont l’impression d’être toujours la cible privilégiée des moustiques. Et ce n’est peut-être pas une impression. Cette année encore, ces petites bêtes font leur grand retour aux beaux jours, pour le plus grand malheur de certaines personnes. Pendant la nuit, à la tombée du jour ou lors d’un dîner à l’extérieur, certains deviennent des proies de choix pour les moustiques.

Si vous avez tout tenté pour les tenir le plus loin possible, c’est peine perdue pour certains. Depuis plusieurs années, des études se sont intéressées aux raisons qui poussent les moustiques à piquer davantage certaines personnes plus que d’autres. Les scientifiques sont parvenus à identifier certains coupables. À commencer par les couleurs. Même si cela peut sembler anecdotique, les moustiques seraient davantage attirés par les couleurs foncées comme le noir ou le bleu marine. Alors, pour mettre toutes les chances de son côté, mieux vaut choisir des teintes claires.

Pour aller plus loin : Nantes

Lutter contre la propagation du moustique tigre

Parmi les différentes espèces de moustiques il y a le moustique tigre : un petit insecte qui envahit de plus en plus notre territoire. Pourquoi lutter contre sa propagation ? Comment faire pour limiter son expansion ? Réponses de Philippe Vansyngel, de l’ARS Nouvelle Aquitaine.

Fin 2020, plus de 500 communes de Nouvelle-Aquitaine sont concernées par l’invasion du moustique tigre. Dans la Vienne, il est définitivement implanté à Poitiers et Chauvigny. Ce moustique envahit de plus en plus notre territoire et cela a a des conséquences sanitaires sur la population.

Qui est cette petite bête qui revient nous embêter avec l’été ; qui fait un bruit agaçant quand il vous tourne autour et qui se met en mode silencieux quand il a besoin de vous piquer. Pourquoi faut-il lutter contre sa propagation et surtout comment ? Philippe Vansyngel, responsable du pôle santé publique et environnementale à l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle Aquitaine pour la Vienne vous explique.

moustiques

Présentation du moustique tigre

Le moustique tigre est un insecte de 5 mm dont le corps et les pattes sont rayés noir et blanc. Il pique uniquement la journée et se déplace peu : seulement 150 m autour de son nid.

La femelle est capable de pondre dans une très petite quantité d’eau stagnante ou qui va stagner. Elle peut pondre 200 œufs tous les 12 jours. Ces œufs résistent plusieurs mois et à l’hiver. Le cycle de développement (œuf-> larve -> nymphe ->insecte) est très rapide : seulement 5 jours.

Risques épidémiques de la prolifération du moustique tigre

Le moustique tigre est vecteur de trois maladies :

  • la Dengue (épidémie à la Réunion et en Martinique) 
  • le Chikungunya
  • le virus Zika

Il n’y a pas de traitement pour ces maladies seulement pour les symptômes. Le moustique tigre n’est pas en lui-même porteur, il doit piquer une personne infectée puis une personne saine pour la transmettre.

Comment lutter contre la prolifération du moustique tigre

L’idée est d’empêcher la ponte donc il faut supprimer les eaux stagnantes.

Voici les précautions à prendre pour cette chasse aux œufs.  

L’association L’Auringleta organise samedi 26 juin 2021 à Langon (Gironde) un atelier de sensibilisation aux moustiques tigres.

L’association d’éducation à l’environnement L’Auringleta propose un atelier de sensibilisation au moustique tigre samedi 26 juin 2021, de 10h à 12h, à Langon (Gironde).

Les beaux jours arrivent et déjà vous vous faites piquer par des moustiques tigres ? Cet atelier vous permettra de mieux connaître ce petit insecte installé en France depuis les années 2000.

Comment se protéger efficacement des moustiques tigres

Ainsi, vous comprendrez comment vous en protéger efficacement. Cet atelier, proposé en partenariat avec l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine (ARS), est gratuit et nécessite obligatoirement une inscription.

Guy ERWAN

Guy ERWAN

Guy est un bénévole qui n’a pas d’expérience en matière de journalisme, mais il a une grande envie d’apprendre. Il nous apporte son dynamisme et son expérience dans le monde associatif. Guy est originaire de Nantes et aime partager son amour de cette belle région.
%d blogueurs aiment cette page :