Les effets de la Lune sur notre sommeil

Les effets de la Lune sur notre sommeil

Une nouvelle étude suédoise souligne les effets des cycles lunaires sur notre sommeil. Étonnamment, les hommes subissent davantage ces variations célestes que les femmes.

Les mouvements de la lune, s’ils sont analysés méticuleusement par les aficionados d’astrologie, le sont aussi par les scientifiques. Une équipe de chercheurs et de neuroscientifiques, de l’université d’Uppsala en Suède, a réalisé une étude sur 852 participants âgés de 22 à 81 ans, pour déterminer les effets de l’astre et les éventuelles perturbations sur la qualité de nos nuits. Menée entre 2001 et 2018, c’est la plus vaste étude dans le domaine. Des appareils, appelés polysomnographes, ont ainsi étudié l’activité cérébrale et les rythmes cardiaques et respiratoires des participants durant la nuit. Les scientifiques ont remarqué que le sommeil des 492 femmes et 360 hommes suivis, variait selon les phases de la lune, et que ces perturbations nocturnes étaient différentes selon le sexe.

Pour chaque individu étudié, les scientifiques ont observé le temps effectif de sommeil, entre l’heure de coucher et le début du sommeil caractérisé par l’endormissement. Les nuits étudiées ont été classées en deux temps, en fonction de l’orbite de la lune autour de la terre : la phase montante (de la nouvelle lune jusqu’à la pleine lune) et puis la phase décroissante (reste du cycle).

Pour aller plus loin : Astronomie

L’impact du cycle croissant

Une conclusion que reprend une équipe suédoise, en l’affinant quelque peu. Ainsi, en enregistrant les habitudes de sommeil de 492 femmes et 360 hommes, ces scientifiques de l’Université d’Uppsala ont constaté que dans la phase croissante, où la lune est de plus en plus éclairée jusqu’à devenir pleine, les hommes présentaient un sommeil de plus mauvaise qualité avec des réveils nocturnes plus fréquents. Et ce comparé à la phase décroissante. Ce cycle lunaire n’aurait en revanche aucun impact sur les nuits féminines.

Les auteurs ne savent pas encore s’il s’agit bien là d’un lien de cause à effet, ou bien d’un simple hasard. « La lumière du soleil réfléchie par la lune aux heures où les gens se couchent habituellement pourrait expliquer ce constat, le cerveau masculin étant plus sensible à la lumière ambiante que celui des femmes », concluent les chercheurs.

Les hommes victimes de la pleine lune

Selon une nouvelle étude, l’impact des cycles lunaires sur le sommeil serait différent pour les hommes que pour les femmes. Entre 2001 et 2018, pas moins de 852 participants âgés de 22 à 81 ans ont été étudiés en Suède à l’aide d’un polysomnographe (un appareil qui enregistre le sommeil). Les nuits ont été classées en deux parties : la phase montante de la lune et la phase décroissante. Les chercheurs ont alors remarqué que le sommeil connaissait des variations selon les phases de la lune, mais également que les perturbations du sommeil n’étaient pas les mêmes selon le sexe.

Les résultats révèlent que la lune influe davantage sur le sommeil des hommes. En moyenne, la gente masculine perdrait 20 minutes de sommeil durant la phase montante, tandis que les femmes en perdraient seulement 12. Cela s’explique principalement par le rayonnage plus intense émis par la pleine lune, qui nous maintiendrait éveillé plus longtemps. Concrètement, la lumière nocture aurait un effet inhibiteur sur la sécrétion de mélatonine – l’hormone du sommeil. Des chercheurs ont également constaté que le cycle menstruel féminin était synchronisé, au moins en partie avec la lune, mais que ce phénomène tend à disparaître à cause de l’exposition à la lumière artificielle la nuit.

Lea LAMBERT

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.