L’Iran se prépare à enrichir de l’uranium, selon les discussions sur l’accord nucléaire à Vienne

L’Iran se prépare à enrichir de l’uranium, selon les discussions sur l’accord nucléaire à Vienne

Téhéran accuse Israël de « colporter des mensonges pour empoisonner » les négociations visant à relancer le pacte de 2015.

L’Iran a cherché à accroître la pression sur les négociateurs occidentaux à Vienne en augmentant son utilisation de centrifugeuses avancées, alors que les pourparlers visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 se poursuivaient pour une troisième journée mercredi.

L’Agence internationale de l’énergie atomique a indiqué mercredi que l’Iran avait entamé le processus d’enrichissement de l’uranium jusqu’à une pureté de 20 % avec une cascade, ou grappe, de 166 machines IR-6 avancées à l’usine d’enrichissement de Fordow, située à environ 30 km au nord-est de Qom. Ces machines sont beaucoup plus efficaces que les IR-1 de première génération.

Enrichissement d’uranium

L’AIEA a déclaré qu’elle allait « augmenter la fréquence des activités de vérification dans l’usine et poursuivre les consultations avec l’Iran sur les dispositions pratiques visant à faciliter la mise en œuvre de ces activités ».

Le principal porte-parole du gouvernement iranien a accusé Israël de mentir pour empoisonner l’atmosphère des négociations.

« Le régime israélien dont l’existence repose sur la tension est de nouveau à l’œuvre, claironnant des mensonges pour empoisonner les négociations de Vienne », a posté sur Twitter Saeed Khatibzadeh, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. « Toutes les parties présentes dans la salle sont maintenant confrontées à un test de leur indépendance et de leur volonté politique de mener à bien leur tâche, indépendamment des fausses nouvelles destinées à détruire les perspectives de succès. »

Les rapports du week-end ont affirmé qu’Israël avait partagé des renseignements au cours des deux dernières semaines avec les États-Unis et plusieurs alliés européens, suggérant que l’Iran prenait des mesures techniques pour se préparer à enrichir de l’uranium à 90% de pureté, le niveau nécessaire pour une arme nucléaire.

Lancer un programme nucléaire

Dans une déclaration faite à l’issue de sa rencontre avec le président français, Emmanuel Macron, le ministre israélien des affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré mardi que l’Iran tentait de gagner du temps pour faire avancer son programme nucléaire et que les grandes puissances devaient adopter une approche différente.

Autre signe des difficultés à venir, l’influente unité de recherche parlementaire iranienne a présenté pour la première fois en anglais le type de repères et de procédures que l’Iran mettra en place pour vérifier que les sanctions américaines ont été levées – sa condition préalable pour se conformer.

Le rapport préconise la désignation d’un organisme iranien chargé de superviser la vérification de la levée des sanctions et de publier des rapports chaque trimestre. Cet organisme aurait trois tâches. Il s’agirait d’évaluer l’impact de la levée des sanctions, d’établir un mécanisme permettant à toute personne ou entité iranienne de déposer une plainte sur des questions relatives à l’allègement des sanctions, et de préparer un plan d’action pour la diminution des engagements nucléaires au cas où d’autres parties à l’accord manqueraient à leurs engagements.

Le document demande également un engagement écrit des pays voisins à ne pas prendre de mesures contre les entités étrangères désireuses de s’engager économiquement avec l’Iran. Il faudrait également des déclarations officielles des États-Unis proclamant que l’engagement économique à moyen et long terme avec l’Iran est autorisé et promettant de s’abstenir de toute action nuisant à l’engagement avec l’Iran.

John CASTEL

John CASTEL

Il est étudiant en journaliste dans une école parisienne. John est spécialisé dans les informations relatives au numérique et la High-Tech. Théo permet d’apporter une information au plus près de nos lecteurs.
%d blogueurs aiment cette page :