Des responsables acceptent en privé que la législation visant à contrer les efforts des Serbes pour nier l’ampleur du massacre de Srebrenica en 1995 risque de raviver le conflit régional.

De hauts fonctionnaires de l’UE travaillent en coulisses pour « corriger » une nouvelle loi en Bosnie-Herzégovine (BiH) qui criminalise la négation du massacre de 8000 musulmans à Srebrenica, après avoir conclu en privé qu’elle risque de rallumer un nouveau conflit régional.

Reconnaître les génocides en Bosnie

Milorad Dodik, le membre serbe de la direction tripartite de la Bosnie-Herzégovine, a été accusé ces derniers mois de chercher à briser le pays en retirant sa partie serbe des institutions de l’État.

Il a affirmé qu’il y avait un déséquilibre des pouvoirs et que lorsque Valentin Inzko, le chef sortant du bureau du haut représentant (OHR) de Bosnie, a interdit la négation du génocide cet été, cela était antidémocratique et symptomatique du problème.

Les mesures prises par M. Dodik pour reprendre les pouvoirs ont été largement condamnées par la communauté internationale, qui l’accuse de mener la région à la guerre, mais des fuites révèlent que le commissaire européen à l’élargissement, Olivér Várhelyi, a conclu que la loi d’Inzko est responsable de la crise actuelle.

Lors d’une réunion avec la délégation de l’UE en Bosnie, M. Várhelyi – qui est chargé de renforcer les relations de l’Union européenne avec la Bosnie-Herzégovine – a déclaré en toute franchise que la loi Inzko était responsable de la crise politique actuelle dans le pays et de la « délégitimation » du bureau du haut représentant.

« Si les amendements d’Inzko ne pouvaient pas être contestés du point de vue de la substance de la loi, le fait qu’ils aient été imposés le dernier jour du mandat du HR Inzko a été problématique », selon le compte-rendu, Várhelyi a déclaré lors de la réunion du 25 novembre.

« D’autant plus qu’il s’agissait d’une décision importante, qui aurait dû faire l’objet d’un débat approfondi avec tout le monde. La question était maintenant de savoir comment corriger cela. »

Várhelyi, un Hongrois proche du premier ministre de droite de son pays, Viktor Orbán, a déclaré à ses collègues fonctionnaires de l’UE que les dirigeants musulmans bosniaques avaient signalé leur volonté de résoudre cette question par l’adoption d’une nouvelle loi qui pourrait ramener Dodik et l’entité serbe Republika Srpska dans le giron.

Le titulaire actuel du bureau du haut représentant, Christian Schmidt, a confirmé dans une déclaration qu’il soutenait une nouvelle législation explicitement impartiale sur la négation de tout génocide.

Changer la loi

L’OHR a déclaré : « Le Haut représentant prend très au sérieux la question de la glorification et des crimes de guerre.

« Toutefois, le Haut Représentant se concentre principalement sur la nécessité évidente de créer la base d’un processus législatif parlementaire par le biais d’un large débat social impliquant les parties prenantes sociales et religieuses. Il met très clairement en garde contre la politisation de la question.

« Face aux tombes de personnes innocentes, la politique des partis doit rester silencieuse. C’est l’humanitas qui est au centre des préoccupations, et non l’incitation à l’agitation ».

L’accord de paix de Dayton de 1995 a mis fin à une guerre civile qui a coûté environ 100 000 vies après l’éclatement de la Yougoslavie, dont celles de plus de 8 000 hommes et garçons musulmans bosniaques tués dans la ville de Srebrenica et ses environs.

L’accord a établi une nouvelle constitution pour la Bosnie-Herzégovine, composée de deux entités : la Fédération de Bosnie-Herzégovine, composée majoritairement de Musulmans bosniaques et de Croates, et la Republika Srpska. La présidence de la Bosnie, composée de trois membres, est assurée par des représentants de ces trois principaux groupes ethniques.

Les pouvoirs dits de Bonn de 1997 accordent également des pouvoirs législatifs importants au bureau du haut représentant chargé de la mise en œuvre de l’accord. Il a le pouvoir d’imposer des décisions ou de licencier des fonctionnaires qui sapent l’équilibre ethnique d’après-guerre et les efforts de réconciliation.

En juillet, Inzko, un diplomate autrichien, a rendu la négation du génocide passible d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison. Il a notamment cité le refus de l’assemblée des Serbes de Bosnie de retirer les décorations décernées à trois criminels de guerre condamnés.

Le procès-verbal révèle que M. Várhelyi a déclaré qu’il pensait qu’il existait un moyen de sortir de la crise actuelle et qu’il avait sanctionné une séance spéciale de l’assemblée de la Republika Srpska le 10 décembre, au cours de laquelle les membres ont soutenu une résolution en faveur de la reprise des pouvoirs.

Il a toutefois posé comme condition que la législation nécessaire à la reprise des pouvoirs de l’État dans les domaines de l’administration fiscale, de la justice, du renseignement et même de l’armée nationale, afin de créer une force serbe, soit reportée de six mois pour laisser le temps de négocier.

M. Várhelyi a déclaré que le traitement de la loi sur le génocide était vital pour amener M. Dodik à reconnaître le successeur d’Inzko, qui a déclaré que la région était confrontée à sa plus grande crise depuis un quart de siècle.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré : « Le processus de réconciliation exige de reconnaître ce qui s’est passé, d’honorer les victimes et de promouvoir véritablement la réconciliation en s’attaquant aux racines de la haine qui ont conduit au génocide. L’appropriation locale du processus est également essentielle. »