Site icon Les actualités en direct

Météo, risque d’orages en France

orages

Orages : la Corrèze, l’Eure et la Seine-Maritime à leur tour en vigilance orange, 28 départements concernés

Des départements bretons et normands seront touchés dès cet après-midi, avant que le Sud-Ouest et le Centre-Ouest du pays ne soient concernés dans la soirée.

De la grêle et de fortes rafales de vent sont attendues. Vingt-huit départements de la moitié ouest de la France ont été placés en vigilance orange, mercredi 16 juin, en raison de risques d’orages. « Une évolution orageuse de plus en plus marquée va s’organiser, d’abord vers la Bretagne et la Basse Normandie cet après-midi, puis du Sud-Ouest aux portes de la région parisienne ce soir et la nuit prochaine », prévoit Météo France, qui précise que la vigilance sera en vigueur de 15 heures mercredi à 4 heures jeudi.

Dans son point de 10 heures, Météo France a ajouté la Corrèze, l’Eure et la Seine-Maritime à sa liste publiée à 6 heures, qui incluait 25 premiers départements : le Calvados, la Charente, la Charente-Maritime, le Cher, les Côtes-d’Armor, la Creuse, la Dordogne, l’Eure-et-Loir, la Gironde, l’Ille-et-Vilaine, l’Indre, l’Indre-et-Loire, les Landes, le Loir-et-Cher, le Loiret, le Lot-et-Garonne, le Maine-et-Loire, la Manche, la Mayenne, l’Orne, les Pyrénées-Atlantiques, la Sarthe, les Deux-Sèvres, la Vienne et la Haute-Vienne.

Le phénomène va concerner une large bande de territoires allant du Calvados à la frontière espagnole (orages).

Des températures élevées sont attendues mercredi 16 juin sur l’hexagone, favorisant le risque de violents orages d’été, attendus dans l’ouest du pays à partir du début d’après-midi, jusqu’à la nuit prochaine. Le risque orageux va s’intensifier, d’abord sur la Bretagne et la Normandie, puis en fin de journée du sud-ouest jusqu’aux portes de la région parisienne, précise Météo-France dans son bulletin d’alerte, émis mercredi 16 juin en début de matinée.

La situation locale

Localement, ces orages pourraient devenir stationnaires, informe Météo France. D’importantes quantités de précipitations, jusqu’à 40 à 50 mm sont donc à prévoir cet après-midi dans les régions du nord ouest. « D’autres orages violents vont remonter à partir du Pays basque et s’étendre vers l’ensemble de l’Aquitaine, Poitou-Charentes, une partie du Limousin, la région Centre, l’Anjou puis le sud de la Normandie » ce soir et la nuit prochaine.

Des orages qui pourront conduire à des chutes de grêle, une intense activité électrique ainsi que « de brusques rafales de vent, atteignant localement les 100 km/h ». Une activité qui devrait faiblir dans la nuit et arriver « légèrement atténués sur la région parisienne ».

Dans la région, un pic de chaleur sera suivi d’un épisode orageux qui devrait se poursuivre jusqu’en fin de semaine et faire baisser les températures, selon Météo France.

Un pic de chaleur est attendu ce mercredi sur la France, au cours d’un épisode de chaleur persistant « remarquable » aussi tôt dans la saison, avec des températures supérieures à 35 °C dans plusieurs régions, selon Météo France. « Nous sommes dans un épisode persistant de fortes chaleurs, sur quelques jours à l’échelle du pays », a expliqué le prévisionniste Steven Testelin. Un épisode qui a commencé dimanche et lundi dans le Sud, et qui va se décaler mercredi vers le Nord.

Grêle et vent (orages)

De grosses chaleurs qui s’achèveront en fin d’après-midi ce mercredi 16 juin avec des éclairs. D’abord en Bretagne et Normandie. Puis dans la nuit depuis le Pays basque. Les 12 départements de Nouvelle-Aquitaine sont ainsi placés en alerte orange aux orages : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Lot-et-Garonne, Gironde, Dordogne, Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Vienne, Haute-Vienne, Creuse et Corrèze.

D’après Keraunos, la France va connaître deux épisodes orageux. « Le premier va évoluer entre Bretagne et Normandie, le second abordera l’Aquitaine en fin d’après-midi pour remonter jusqu’aux Hauts-de-France d’ici [mercredi] matin ». Dans le Sud-Ouest, le système orageux pourrait être « potentiellement virulent ». Des rafales de vent allant localement jusqu’à 120 km/h sont attendues, avec risque de grêle et de fortes pluies, supérieures à « 30 mm en peu de temps ».

Un épisode précoce (orages)

« Nous sommes dans un épisode persistant de fortes chaleurs, sur quelques jours à l’échelle du pays »​, explique le prévisionniste Steven Testelin. Un épisode qui a commencé dimanche et lundi dans le Sud, et qui va se décaler mercredi vers le Nord où il pourra se prolonger jeudi.

Cet épisode « est remarquable en raison de sa précocité. Un peu moins par son intensité, même s’il ne faut pas relativiser : 34/35 °C au nord, ça n’arrive pas si souvent »​, a-t-il insisté.

« Dans cet épisode durable, on aura un pic de chaleur au niveau national demain (mercredi) »​, a précisé le prévisionniste, soulignant qu’il ne s’agit pas d’une « vague de chaleur »​, plus intense, et encore moins d’une canicule où la température très élevée ne redescend pas non plus la nuit.

Le mercure a déjà grimpé ces derniers jours particulièrement dans le Sud, excédent lundi de 5 à 10 °C les normales saisonnières sur certaines régions : 38,2 °C au Boulou (Pyrénées-Orientales), 37,2 °C à Nîmes, ou encore 32 °C à Marseille et Lyon.

Pour aller plus loin : Nantes

Record battu à Perpignan

La ville de Perpignan a elle battu deux fois en deux jours son record de température pour un début juin, avec 37,1 °C dimanche et 37,3 °C lundi. « 37 °C en première quinzaine de juin à Perpignan, c’était encore difficilement imaginable il y a quelques années […], atteindre un tel niveau était de toute façon rare et, le cas échéant, se produisait en juillet/août, pas un 13 juin ! »​, a commenté sur Twitter le prévisionniste de Météo France François Jobard.

Ce mercredi, les fortes températures vont se propager vers le Nord, où plusieurs régions pourraient atteindre aussi le seuil des 35 °C, avec 35 °C prévu à Paris, ou 36 °C à Bourges.

Une chaleur accompagnée de pollution

Alors que la planète a déjà gagné plus de 1 °C par rapport à l’ère industrielle, les impacts du réchauffement climatique sont de plus en plus sensibles. L’année 2020 a été la plus chaude jamais enregistrée en France et les canicules deviennent plus fréquentes et plus intenses.

Cet épisode de chaleur est accompagné dans plusieurs départements d’une pollution à l’ozone, qui se forme par réactions chimiques sous l’effet du soleil.

Ainsi des alertes ont été émises pour mardi et mercredi sur une grande partie des régions Auvergne Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Et Airparif prévoit un dépassement du seuil d’information sur l’Ile-de-France mercredi.

Quitter la version mobile