La préservation des logiciels et des jeux est un sujet de plus en plus important, et la meilleure façon de garder les logiciels accessibles pour les générations futures est de publier le code source original. C’est exactement ce qui vient de se passer pour Microsoft 3D Movie Maker, sorti à l’origine en 1995.

Ces dernières années, Microsoft a mis en libre accès quelques anciennes applications, notamment MS-DOS 1.0/2.0 et le gestionnaire de fichiers Windows original, mais la société vient de publier le code de Microsoft 3D Movie Maker. Il ne s’agit pas du Windows Movie Maker que la plupart des gens connaissent depuis l’époque de Windows ME/XP – c’est un programme d’animation 3D pour les enfants. L’application permet à quiconque de créer des films en plaçant des personnages et des objets en 3D dans des environnements pré-rendus, associés à des actions, de la musique, du texte et d’autres effets.
Microsoft

Microsoft 3D Movie Maker est similaire à de nombreux autres outils de rendu 3D destinés aux enfants, comme Kid Pix 3D (un incontournable de l’iMac de ma famille quand j’étais petit) et Toontastic. Microsoft a également vendu une version modifiée en partenariat avec Nickelodeon, qui comprenait des modèles, des arrière-plans et des effets provenant d’émissions comme Ren and Stimpy, Rocko’s Modern Life et Aaaahh ! Real Monsters.

Même si 3D Movie Maker a presque 30 ans, une communauté active l’utilise toujours pour créer de nouvelles animations. La faible résolution se prête très bien aux vidéos surréalistes ou ironiques, et il existe de nombreux exemples sur des sites comme YouTube et 3dmm.com.

Alors, pourquoi Microsoft a-t-il attendu si longtemps avant de publier le code source ? Foone Turing, qui se décrit comme un « nécromancien du matériel et des logiciels », a pris les devants en avril en demandant publiquement à Microsoft, sur Twitter, de publier le code. Le travail a nécessité la coordination du service juridique de Microsoft et des équipes chargées des relations avec les développeurs, mais au final, nous avons eu une fin heureuse.

Microsoft 3D Movie Maker a une importance culturelle en soi, mais il utilise également BRender, un moteur graphique développé par Argonaut Software qui a également été utilisé dans des jeux comme FX Fighter et Carmageddon. M. Foone a souligné que si le code de BRender était inclus, cela pourrait conduire à ce que d’autres jeux et applications deviennent également open-source (ou du moins plus faciles à porter sur des plateformes plus récentes). Argonaut Software est probablement mieux connu comme le développeur de Star Fox sur la Super Nintendo Entertainment System, ainsi que de la puce d’accélération graphique Super FX qui a été utilisée dans presque tous les jeux 3D de la SNES.

Microsoft a publié le code source tel quel, dans sa forme la plus originale – certaines informations sur les développeurs ont été supprimées pour respecter leur vie privée, et certains contenus provenant de « versions ou produits alternatifs » (dont la version Nickelodeon) ne sont pas inclus. Cependant, BRender est inclus dans le code, ce qui rend ce framework accessible au public pour la première fois. Le code ne compile pas non plus sur le matériel et les logiciels modernes, sans surprise. GitHub rapporte que 77 % du code est écrit en SWIG, le reste étant un mélange de code en langage C++, C et Assembleur.

Après la publication du code source, Foone a déclaré sur Twitter :  » Il y a aussi d’autres jeux qui ont utilisé le moteur BRender, dont certains n’ont jamais pu être mis en open source parce qu’ils dépendaient de BRender. Eh bien, c’est une source ouverte maintenant ! Cela les ouvre donc à la possibilité de l’open source. Je demande à diverses personnes et entreprises. Parce que ce serait bien que l’open source de BRender conduise à l’open source d’autres jeux qui l’utilisent, un peu comme le moteur BUILD qui est devenu open source et qui a conduit à l’open source de Duke Nukem 3D ».

Foone a également déclaré qu’ils prévoient au moins deux projets basés sur le code de 3D Movie Maker – une version qui fonctionne sur du matériel et des logiciels modernes avec l’aspect et la convivialité d’origine, et un « Movie Maker Plus » avec de nouvelles fonctionnalités. Le développeur accepte les dons sur Patreon et Ko-Fi, alors si vous êtes impatient de revivre le logiciel d’animation du milieu des années 90, pensez à leur donner quelques dollars.