Mort de Steve : préfet de Loire-Atlantique mis en examen

Mort de Steve : préfet de Loire-Atlantique mis en examen

Claude d’Harcourt était en poste au moment de la mort du jeune homme de 24 ans, tombé dans la Loire lors de la nuit de la Fête de la musique, après une opération de maintien de l’ordre controversée.

Claude d’Harcourt, le préfet de Loire-Atlantique en poste au moment de la mort en 2019 de Steve Maia Caniço, à Nantes, lors d’une opération policière controversée, a été mis en examen, a fait savoir, jeudi 14 octobre, le procureur de Rennes, Philippe Astruc.

« Ce jour, M. le préfet de Loire-Atlantique au moment des faits, a été mis en examen pour homicide involontaire », a annoncé le magistrat dans un communiqué. Venant après celles de plusieurs autres protagonistes du dossier entendus depuis l’été, l’audition du préfet Claude d’Harcourt était attendue pour le courant d’octobre.

« Sous réserve des demandes d’actes complémentaires, des interrogatoires ou confrontations qui seraient nécessaires, le terme de l’instruction pourrait intervenir en fin d’année 2021 ou début 2022 avant que le parquet de Rennes ne soit invité à prendre ses réquisitions (dans un délai de trois mois après le terme de l’instruction) sur un renvoi ou non des personnes mises en cause devant le tribunal correctionnel », précise le communiqué du parquet.

Rappel des faits

Longtemps restées troubles, les conditions de la mort de Steve Maia Caniço apparaissent désormais plus nettement. Le 21 juin 2019, l’animateur périscolaire de 24 ans profite de la Fête de musique, entouré d’amis. La nuit est déjà bien entamée quand il se retrouve quai Wilson, à côté de sound-systems. À la demande de la police, tout le monde s’apprête à rentrer chez lui quand, à 4 h 25, un collectif rebranche ses amplis et lance un hymne antifasciste. La situation se tend.

Cible de projectiles, la police intervient avec beaucoup de lacrymogènes, provoquant plusieurs chutes dans la Loire. Steve Maia Caniço fait partie des victimes. Les investigations ont permis de situer le moment de la chute du jeune homme à 4 h 33, pendant l’intervention policière. Les secours ont repêché quatre personnes. Mais Steve ne savait pas nager. Son corps a été repêché un mois plus tard.

Les collectivités locales sous le statut de témoin assisté

« Le sous-préfet et directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique au moment des faits », ainsi que « le commissaire de police en charge du dispositif au moment des faits » avaient également été mis en examen pour homicide involontaire en juillet, à la suite de la mort de ce jeune homme de 24 ans, tombé dans la Loire « dans le temps de l’intervention de la police nationale », selon les termes de Philippe Astruc. La maire PS de Nantes, Johanna Rolland, et son ancien adjoint à la sécurité et à la tranquillité publique ont été placés en septembre sous le statut de témoin assisté, ainsi que, en juillet, « le DDSP [Directeur départemental de la sécurité publique] adjoint en poste au moment des faits ».

La ville et la métropole de Nantes, dont Johanna Rolland est maire et présidente, ont été placées en septembre sous le statut de témoin assisté en tant que personnes morales. Le témoin assisté est une personne mise en cause dans une affaire pénale. Il s’agit d’un statut intermédiaire entre celui du témoin et celui du mis en examen. Steve Maia Caniço, animateur périscolaire, avait disparu après une opération policière destinée à faire cesser une soirée électro en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps avait été retrouvé, dans le fleuve, plus d’un mois plus tard, le 29 juillet.

Déjà plusieurs autres mises en examen

Dans cette affaire, le directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique au moment des faits, a été mis en examen le 22 juillet pour « homicide involontaire ». Le commissaire de police chargé du dispositif de sécurité au moment des faits a été mis en examen le 13 juillet pour « homicide involontaire ». Le directeur départemental adjoint de la sécurité publique, en poste au moment des faits, a été placé sous le statut de « témoin assisté » le 19 juillet. La mairie de Nantes et Nantes Métropole ont été placés sous le statut de « témoin assisté » le 21 juillet en tant que personnes morales. Enfin Johanna Rolland, la maire de Nantes, et Gilles Nicolas, l’adjoint au maire chargé de la sécurité, ont été placé sous le statut de « témoin assisté » au mois de septembre.

Steve Maia Caniço, animateur périscolaire de 24 ans, avait disparu après une opération policière destinée à faire cesser une soirée électro en bord de Loire lors de la Fête de la musique. Sept personnes étaient tombées dans le fleuve pendant l’intervention nocturne de la police, selon l’Inspection générale de l’administration (IGA), sans compter Steve Maia Caniço, dont le corps ne sera retrouvé que le 29 juillet.

Trois personnes mises en examen

Convoqué ce jeudi 14 octobre, Claude d’Harcourt est le troisième protagoniste de cette terrible histoire, et troisième représentant de l’État, à être ressorti du bureau du juge Benichou en étant mis en examen pour homicide involontaire. Avant l’ancien préfet de Loire-Atlantique et aujourd’hui directeur général des étrangers en France au ministère de l’Intérieur, le magistrat instructeur a déjà estimé que des indices graves et concordants pèsent sur le commissaire Grégoire Chassaing, qui dirigeait le dispositif policier cette nuit-là, et Johann Mougenot, ancien directeur de cabinet de Claude d’Harcourt.

Au moment de la disparition de Steve, la préfecture avait été rapidement critiquée pour la gestion de l’événement, et sa communication. Le préfet avait notamment qualifié « de personnes extrêmement avinés » les teufeurs tombés à l’eau. L’une des charges les plus virulentes était venue de l’élu nantais LREM Mounir Belhamiti, à l’époque député en sa qualité de suppléant de François de Rugy : « Lorsque la première réponse de l’État, par la voix de son représentant, consiste à déclarer, trois jours après les faits, que l’intervention policière s’est déroulée de manière proportionnée, je le dis sans ambages : l’État se met en faute. »

Le terme de l’instruction en fin d’année 2021 ou début 2022

Le procureur de Rennes rappelle que « le sous-préfet et directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique au moment des faits », ainsi que « le commissaire de police en charge du dispositif au moment des faits » ont également été mis en examen pour homicide involontaire en juillet, suite à la mort de ce jeune homme de 24 ans, tombé dans la Loire « dans le temps de l’intervention de la police nationale », selon les termes de Philippe Astruc.

Johanna Rolland, la maire PS de Nantes, ainsi que son ancien adjoint à la sécurité et à la tranquillité publique ont été placés en septembre sous le

statut de témoin assisté, ainsi que, en juillet, « le DDSP (Directeur départemental de la sécurité publique, ndlr) adjoint en poste au moment des faits ».

La ville et la métropole de Nantes, dont Johanna Rolland est présidente, ont été placées en septembre sous le statut de témoin assisté en tant que personnes morales.

Le témoin assisté est une personne mise en cause dans une affaire pénale. Il s’agit d’un statut intermédiaire entre celui du témoin et celui du mis en examen.

« Sous réserve des demandes d’actes complémentaires, des interrogatoires ou confrontations qui seraient nécessaires, le terme de l’instruction pourrait intervenir en fin d’année 2021 ou début 2022 avant que le parquet de Rennes ne soit invité à prendre ses réquisitions (dans un délai de trois mois après le terme de l’instruction) sur un renvoi ou non des personnes mises en cause devant le tribunal correctionnel », précise le parquet de Rennes.

Steve Maia Caniço, animateur périscolaire, avait disparu après une opération policière destinée à faire cesser une soirée électro en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps avait été retrouvé, dans le fleuve, plus d’un mois plus tard, le 29 juillet.

Guy ERWAN

Guy ERWAN

Guy est un bénévole qui n’a pas d’expérience en matière de journalisme, mais il a une grande envie d’apprendre. Il nous apporte son dynamisme et son expérience dans le monde associatif. Guy est originaire de Nantes et aime partager son amour de cette belle région.