Norvège : plus de véhicules thermiques en 2022

Norvège : plus de véhicules thermiques en 2022

L’objectif officieux dans le pays est d’en terminer avec les ventes de véhicules thermiques à l’horizon 2025. Ce qui en soit serait déjà une performance qui donnerait à la Norvège une avance de 10 ans sur ses voisins.

Mais la projection faite à partir des ventes réalisées depuis le début de l’année rapproche cette perspective au printemps 2022. Il faut préciser que les modèles hybrides sont compris dans le même lot que leurs cousins purement électriques. Cependant, à l’exception de Toyota qui pointe en deuxième position juste derrière Tesla, leur poids dans la balance est négligeable, les tout électriques dominent le classement.

Les incitations financières expliquent cette dynamique, mais pas seulement, les voitures électriques sont devenues plus performantes et le choix s’est élargi. Néanmoins, c’est aussi l’un des points faibles de cette catégorie : il n’existe pas encore d’équivalent électrique à chaque type de véhicule thermique ou à des prix convenant à un large public. Surtout lorsqu’on va vers de gros et puissants modèles.

Près de 100% des ventes en électrique d’ici 2022 ?

Cela apparait être un objectif ambitieux. Mais il semble que pratiquement aucune nouvelle voiture thermique ne sera achetée dans le pays scandinave avant un long moment. Comme le rapporte le portail de l’électromobilité Electrek.co, qui se réfère à la publication industrielle norvégienne « Motor », la part des voitures électriques et hybrides dans l’ensemble des nouvelles immatriculations pourrait être proche de 100% dès avril 2022.

Ainsi, au cours des huit premiers mois de 2021, les voitures sans aucune forme d’électrification – c’est-à-dire essence et diesel purs – ont représenté moins de dix pour cent de l’ensemble des 110 864 nouvelles immatriculations. Si la tendance se poursuit comme au cours des cinq dernières années, la part des véhicules à combustion interne nouvellement immatriculés sera proche de zéro d’ici sept mois.  

Une prévision très (trop?) ambitieuse

En extrapolant, la fédération en a déduit que ce nombre pourrait tomber à zéro au premier trimestre 2022. En revanche, ce scénario semble un brin trop optimiste, voire même tiré par les cheveux. Car même dans un pays où la population est très investie dans cette cause, il y a encore des segments qui ne disposent pas d’alternatives électriques.

À l’heure actuelle, le secteur fait clairement la part belle aux berlines et aux sportives. Les utilitaires, eux, semblent avoir du mal à suivre le rythme. Le pick up Rivian R1T, sorti tout récemment, pourrait commencer à changer la donne; mais il faudra encore du temps pour combler les quelques trous qui existent encore dans l’écosystème électrique actuel.

C’est aussi le cas dans la logistique. FedEx vient tout juste d’annoncer un début d’expérimentation avec Aurora pour des semi-remorques autonomes, mais cette technologie est encore loin d’être mature. Et en attendant, les camions devront continuer de fonctionner avec des carburants traditionnels.

Tesla est en tête des ventes dans le pays

Depuis le début de l’année 2021, 19 des 25 voitures neuves les plus vendues en Norvège sont des voitures entièrement électriques. En tête de liste se trouve la Model 3 de chez Tesla, avec 7048 nouvelles immatriculations au cours de la période donnée. A l’inverse, le modèle qui arrive en tête parmi ceux ne disposant pas d’une batterie ou d’une propulsion hybride est le Tiguan diesel de chez Volkswagen. Ce dernier occupe la 38e place avec 678 nouvelles immatriculations. Un phénomène qui s’explique notamment par les fortes incitations gouvernementales à l’achat de voitures électriques.

Dans le même intervalle de temps, les voitures électriques ont pris une telle ampleur dans le pays que le gouvernement a décidé de supprimer le stationnement gratuit des véhicules électriques récemment.

En route vers un “vrai” 100% électrique

Rappelons également que ces données ne concernent que les ventes de nouveaux véhicules. Mais lorsqu’ils changent de voiture, les Norvégiens optent dans 88% des cas pour un véhicule d’occasion. Une démarche évidemment louable, sauf que ceux-ci sont encore majoritairement thermiques. Aujourd’hui, 85% des véhicules norvégiens roulent encore aux énergies fossiles. Nous n’observerons donc pas de vrai turnover avant des années, d’après la FAN.

Mais même si la Norvège n’atteint pas cette échéance l’année prochaine, elle conserve une avance remarquable en la matière. Ce n’est donc qu’une question de temps avant que les véhicules thermiques deviennent une curiosité. “Dans 20 ans, il n’y aura presque plus de voitures à essence ou diesel sur les routes norvégiennes”, explique Thor Egil Braadland, contact du gouvernement à la FAN.

John CASTEL

John CASTEL

Il est étudiant en journaliste dans une école parisienne. John est spécialisé dans les informations relatives au numérique et la High-Tech. Théo permet d’apporter une information au plus près de nos lecteurs.