Perseverance sur Mars : échec à la prise d’échantillon

Perseverance sur Mars : échec à la prise d’échantillon

Le robot de la NASA échoue dans la collecte d’échantillons de sol sur Mars. Le petit tube à essai est vide, les roches collectées se sont perdues en route, mais pour le moment, impossible de savoir à quel moment la mission a échoué. L’objectif de la mission était pourtant clair : trouver des traces de vie ancienne sur Mars en collectant pendant plusieurs années jusqu’à une trentaine d’échantillons de roche. De la taille d’une craie, le processus de collecte d’un échantillon doit prendre environ onze jours au total. Ces minuscules bouts de roche dans de petits tubes reviendront ensuite sur Terre dans plusieurs années. L’astromobile avait débarqué sur la planète rouge en février dernier et fin juillet, la Nasa soulignait que Perseverance allait enfin débuter sa collecte dans le lit d’un ancien lac martien.

Une réaction inattendue de la roche

Le forage a été réalisé grâce au bras robotisé long de deux mètres, ayant permis de creuser une roche repérée en amont de l’opération par le drone Ingenuity. Perseverance a alors procédé à un « carottage », une technique permettant de perforer le rocher tout en extrayant un échantillon du terrain foré. Le premier jeu de données reçu par la Nasa indiquait un sans-faute du rover. Le trou, profond de sept centimètres et observé par la caméra Watson, semblait parfait ; le tube contenant le prélèvement était scellé hermétiquement et stocké dans l’ACA (Adaptative Caching Assembly).

Mais la seconde vague de données envoyée par Perseverance six heures plus tard a fait déchanter les ingénieurs du JPL : le tube ne contient aucun échantillon. Durant 48 heures, les théories allèrent bon train et plusieurs observations furent faites pour retrouver le rocher, mais ce fut peine perdue… L’enquête menée par les scientifiques a cependant fini par payer. En analysant attentivement la zone de forage, plusieurs anomalies se sont relevées. Les bords du trou ainsi que le fond contiennent plus de poussière que prévu.

Roche trop friable ?

Le processus de collecte d’un échantillon, de la taille d’une craie et scellé dans un tube hermétique, doit prendre environ onze jours au total. Comme le précise le média spécialisé Ciel et espace, ce lieu de forage avait été repéré par Ingenuity le 5 août dernier.

Un premier revers pour une mission sans problèmes jusqu’à présent

Les scientifiques ne s’attendaient pas à un tel revers alors que la mission Perseverance était couronnée de succès jusqu’à présent. Les chercheurs de la Nasa sont toujours en train d’enquêter sur le problème et d’établir les faits, ce qui n’est pas facile à plus de 60 millions de kilomètres de distance. Néanmoins, selon la gestionnaire du projet Jennifer Trosper, les soupçons se portent sur la roche dont la réaction aurait été inattendue durant le processus de carottage.

La bonne nouvelle, c’est que l’équipement n’a pas été endommagé. Et ce premier accroc dans la mission ne la met pas en péril. Mais si l’agence spatiale américaine cherche évidemment à réduire au minimum les incidents comme celui-ci, il faut rappeler que le rover a été envoyé sur Mars dans le but de collecter des échantillons afin qu’ils soient renvoyés sur Terre pour y être examinés. Moins la Nasa recevra de roches martiennes, moins les scientifiques auront de chances d’étudier l’histoire de la planète.

La surface de Mars a déjà créé des problèmes pour d’autres missions. Cela avait été le cas pour Phoenix Lander qui avait eu du mal à se poser sur la planète en 2008. Curiosity et InSight ont de leur côté rencontré des difficultés pour explorer sous la surface.

Pour aller plus loin : Astronomie

Les déconvenues du forage martien

Perseverance n’est pas le premier robot à se confronter à l’incertitude du forage dans le sol de Mars. Les conditions à la surface de la Planète rouge sont bien différentes de celles sur Terre et des imprévus peuvent rapidement arriver. En janvier 2021, la Nasa avait annoncé la fin des opérations menées par la taupe martienne InSight, après moins de 2 ans passés sur Mars, en raison de la dureté des sols. La sonde Phoenix, arrivée en 2008, avait, elle aussi, connu des difficultés accentuées par le climat extrême du pôle nord de Mars.

Perseverance n’en a cependant pas fini avec la collecte de rochers. Le rover prendra la direction de la région de South Séítah pour de nouvelles missions de prélèvement. Les tubes seront gardés dans l’ACA jusqu’à la planification d’une mission de récupération. Les roches martiennes devraient en effet revenir sur Terre à l’horizon 2030 pour des études approfondies permettant de déterminer si une vie microbienne s’est développée sur Mars il y a trois milliards d’années.

Quand la NASA joue à « Où est Charlie ? » sur Mars

Comme Robert Hogg qui est ingénieur système du JPL de la NASA l’a si bien déclaré, « les images aériennes d’Ingenuity sont impressionnantes, mais elles sont encore meilleures lorsque vous jouez à ‘Où est Perseverance ?’ ».

Voici l’astuce pour l’apercevoir : « en bas au centre de l’image, vous pouvez trouver l’ombre d’Ingenuity. De là, montez tout droit. Juste au-delà du champ de dunes de South Seítah, près du haut de l’image à droite du centre se trouve un point blanc brillant ». Ce point blanc est le rover Perseverance lui-même. Si vous n’arrivez quand même pas à le voir, vous avez l’image zoomée ci-dessous pour vous simplifier la tâche. Le rover Perseverance capturé par Ingenuity

Quand Ingenuity a capturé cette photo, le rover Perseverance se trouvait à environ 500 mètres de distance. L’hélicoptère était quant à lui à 12 mètres d’altitude. La NASA a expliqué que Ingenuity fait office d’éclaireur pour le rover. En effet, il est utilisé pour faire la reconnaissance du terrain martien. Les équipes de la NASA se basent sur les images d’Ingenuity afin de choisir la meilleure route à prendre pour Perseverance.

Lea LAMBERT

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.