Ré-ouvrir les bars et les restaurants

Ré-ouvrir les bars et les restaurants

Le 19 mai, les Français pourront retrouver les bars, restaurants et cafés, fermés depuis de nombreux mois. Mais attention, il ne s’agira pas d’une réouverture totale, mais bien progressive. À partir de mercredi, seules les terrasses de ces établissements sont autorisées à rouvrir, et pas au maximum de leurs capacités.

Interdiction de consommer debout

Le protocole sanitaire du ministère de l’Économie est très clair : il est interdit de consommer debout sur les terrasses, « seules les personnes ayant une place assise peuvent être accueillies ».

Aller à l’intérieur pour aller aux toilettes

Par ailleurs, si l’intérieur des établissements n’est pas disponible pour s’installer et consommer, les clients pourront bien évidemment y rentrer pour accéder aux toilettes, ou pour accéder à la terrasse, dans le cas où celle-ci est en cour intérieure et qu’il faut traverser l’établissement pour y accéder.

Port du masque obligatoire dès 11 ans

Par ailleurs, la réouverture des terrasses est accompagnée du respect de gestes barrières stricts. Le port du masque est obligatoire pour tout le monde dès l’âge de 11 ans, et fortement recommandé dès l’âge de six ans, « pour les déplacements à l’intérieur du restaurant et en terrasse », précise le protocole. Outre pour les déplacements, le masque doit également être porté « pendant la commande, avant le service du premier plat, et au moment du paiement ».

Par ailleurs, les établissements seront tenus de mettre à disposition du public du gel hydroalcoolique, à l’entrée et à la sortie, « y compris en terrasse et également aux toilettes ».

Éviter les contacts

Pour éviter, au maximum, les contacts et les manipulations de menus par différentes personnes, ils devront être présentés, dans la mesure du possible via des ardoises, oralement ou par QR Code. Dans le cas où le bar ou le restaurant utiliserait des menus plastifiés, ils devront être nettoyés entre chaque manipulation. Les menus papiers peuvent être utilisés à condition d’être à usage unique.

Enfin, les modes de paiement sans contact, comme les prépaiements, les virements, les cartes bancaires sans contact, les QR code… sont privilégiés, et le paiement « devra obligatoirement se faire à la table des consommateurs afin d’éviter leurs déplacements au sein des établissements et de limiter les allées et venues en terrasse ».

Quelles terrasses sont ouvertes depuis le 19 mai ?

Conformément au plan de déconfinement du gouvernement, toutes les terrasses des cafés, bars et restaurants de France ont l’autorisation de rouvrir depuis le 19 mai, mais avec une limitation à la moitié de leur capacité, sauf pour les terrasses de moins de 10 tables, et des tablées de 6 personnes maximum. Si la nouvelle est positive, elle cache de nombreuses disparités, à l’heure où seulement 40% des restaurants français disposent de terrasses.

De plus, selon Jean Terlon, vice-président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) interrogé par 20 Minutes, de nombreux restaurateurs pourraient décider d’attendre la réouverture complète par manque de rentabilité : “Avec une terrasse, il faut qu’il fasse beau, qu’il n’y ait pas de vent, pas de pluie. Et quand vous l’ouvrez, vous ouvrez un restaurant. Vous réintroduisez des dépenses sans connaître les recettes. Sans compter la taille de la terrasse : si vous avez une capacité de 25 couverts réduite à 15 ou 10, ça ne sert à rien d’ouvrir”. Il convient donc de vérifier au préalable si le restaurant, le café ou le bar que vous avez choisi pour votre premier café, déjeuner ou dîner de déconfinement a bien ouvert sa terrasse, et le cas échéant, réserver sa place.

9 juin : réouverture des salles de restaurants, mais avec jauge

Le 9 juin le couvre-feu sera décalé à 23 heures sur l’ensemble du territoire. En extérieur, les rassemblements restent limités à dix personnes. Les cafés, bars et restaurants, pourront, à cette date, accueillir des clients à l’intérieur, mais avec une jauge de 50 %, un protocole sanitaire adapté, et des tablées limitées à six personnes. Certains professionnels espéraient la levée de cette restriction.

En terrasse, le nombre de personne à table sera toujours limité à six, mais restaurateurs et cafetiers ne seront plus tenus de respecter une jauge. Les mêmes conditions s’appliqueront dans les hôtels pour les clients extérieurs.

Les jauges seront également assouplies dans les commerces, et les musées. Un espace de 4 mètres carrés par personne sera nécessaire, contre 8 précédemment. Les cinémas, et salles de spectacle, salles des fêtes pourront accueillir plus de clients assis, en respectant une jauge de 65 % de leur capacité d’accueil, et dans la limite de 5.000 personnes. Au-delà de 1.000 personnes l’utilisation du pass sanitaire sera obligatoire.

Les salons et foires d’exposition pourront également recevoir jusqu’à 5.000 personnes, avec pass sanitaire, et sans dépasser 50 % de leur capacité d’accueil. Les manèges retrouveront du service dans les fêtes foraines, qui pourront recevoir du public, avec application d’une jauge de 4 mètres carrés par client.

Au cours de cette troisième phase de déconfinement, les discothèquesresteront fermées. Une clause de revoyure devait en principe être fixée par le gouvernement au 30 juin, mais le ministre délégué aux PME Alain Griset a promis à la profession des informations dès le 15 juin.

‘Pour l’instant on ne leur a pas donné de date, mais je les ai reçus la semaine dernière en leur disant qu’au 15 juin au plus tard on leur donnera une date prévisionnelle de réouverture’, a déclaré Alain Griset sur BFM Business.

Tous les Français pourront également retourner à la salle de sport, à partir du 9 juin. Les établissements pourront accueillir moitié moins de monde qu’en temps normal. Les sports avec contact seront également de nouveaux autorisés en plein air.

Du côté de l’enseignement et de l’apprentissage : les centres de formation pourront rouvrir en conditions normales à partir du 9 juin. Les établissements de l’enseignement supérieur pourront réaliser leurs examens en présentiel. Aucun retour à la normale n’est cependant prévu avant la fin de l’année scolaire. Dans les enseignements supérieurs la réouverture dans des conditions normales est fixée à la rentrée universitaire de septembre.

La réouverture des salles conditionnée par l’usage d’un QR code

Tous Anti Covid Signal, la nouvelle option de l’application TousAntiCovid destinée aux bars et restaurants, mais aussi aux salles de sports, sera disponible à compter du 9 juin pour les salles intérieures : à l’aide de l’appareil photo de son smartphone, le client pourra scanner un QR code placé à l’entrée de l’établissement.

Si le client est cas contact, l’application TousAntiCovid lui envoie alors une alerte via son smartphone (orange ou rouge selon le degré de risque de contamination). Le Comité de contrôle et de liaison Covid-19 (CCL Covid) résume ainsi le niveau d’alerte : “si une personne, qui a été dans le même lieu sur la même plage horaire, se déclare dans l’application, la personne ci-avant reçoit une notification de contact warning, dit à ‘risque modéré’ (impliquant la surveillance des symptômes, etc.). Si trois personnes se sont déclarées, et étaient sur la même plage horaire, alors la personne reçoit une notification classique de contact tracing à ‘risque élevé'”. Les personnes notifiés devront alors se faire tester en priorité et/ou s’isoler aussitôt dans le cas d’un risque élevé.

Le COVID-19 en chiffres

Indicateur clé, le taux d’incidence en Normandie a baissé de plus de 30% (-33,6%) en une semaine et s’approche dorénavant du seuil de 100 cas pour 100 000 habitants (102, 4 au 1er juin). L’Agence Régionale de Santé invite toutefois à lire ce chiffre avec un enthousiasme mesuré, en raison de la présence de jours fériés sur la période observée. De p lus, le taux d’incidence régional reste supérieur au taux national (91,4 cas pour 100 000).

Moins bien qu’au niveau national

Le ralentissement de l’épidémie n’est pas homogène. Si les départements de la Manche ou du Calvados sont passés sous la barre des 100 nouveaux cas pour 100 000 habitants, la Seine-Maritime, l’Eure et surtout l’Orne reste (132,5 le plus élevée de la région) reste au-dessus de ce seuil. “Dans le même temps, le nombre de reproduction effectif (R0), qui correspond au nombre moyen de personnes qu’une personne malade va contaminer, augmente de nouveau. Il est désormais de 0,95 – lui aussi au-dessus du R0 national (0,88)”, souligne l’ARS.

La situation s’améliore dans les hôpitaux

Parallèlement à ce recul de l’épidémie, la pression sur l’activité hospitalière en Normandie se desserre. 1037 personnes sont aujourd’hui hospitalisées pour covid dans la région contre 1116 lors du dernier point de situation. 140 patients sont en réanimation et soins critiques contre 158 le 24 mai dernier. Le taux d’occupation des lits de réanimation par des patients COVID est désormais de 58,3% (sur la capacité initiale). L’Agence Régionale de Santé rappelle que de la poursuite de cette dynamique dépend la reprise de l’activité hos-covid dans les établissements de santé.

Boris