Saisie d’un compte bancaire français

Saisie d’un compte bancaire français

Si vous avez une dette en France, ou si vous cherchez à récupérer l’argent qui vous est dû, le seul recours légal dont dispose habituellement un créancier est de demander un jugement du tribunal pour le recouvrement de la dette.

Une fois le jugement obtenu, si nécessaire, un huissier de justice semi-officiel peut alors être engagé pour recouvrer l’argent.

Grâce à l’ordonnance du tribunal, l’huissier a le pouvoir de saisir un compte bancaire pour obtenir les fonds, dans le cadre d’un processus appelé « saisie-attribution ».

Une procédure similaire s’applique au trésor public pour les dettes à l’égard du gouvernement, qui dispose de pouvoirs très importants pour faire une descente sur votre compte bancaire afin de recouvrer une dette impayée.

Dans leur cas, aucune décision de justice pour saisir les fonds n’est nécessaire.

Lorsqu’un contribuable n’a pas payé tout ou partie de ses impôts, l’administration fiscale peut, après avoir tenté par écrit de recouvrer la dette, envoyer un avis à sa banque pour lui réclamer les fonds.

Cette procédure s’appelle l’Avis à Tiers Détenteur (ATD), ce qui signifie en fait « avis à un tiers détenteur de fonds ».

Un processus similaire fonctionne en ce qui concerne le recouvrement des amendes et des pénalités, et qui est appelé opposition administrative.

L’avis oblige la banque à informer l’administration fiscale de l’état des comptes courants et d’épargne de son client et à les utiliser pour rembourser la dette fiscale.

Si les comptes sont débiteurs, il n’y a pas de saisie du compte. S’il y a un solde créditeur, la banque est obligée de bloquer le compte pendant 15 jours ouvrables, après quoi elle doit évaluer le solde disponible sur le compte et déterminer s’il peut servir à payer la dette.

En procédant à cette évaluation, la banque est tenue de s’assurer que son client dispose de suffisamment de fonds pour répondre à ses besoins quotidiens immédiats.

Ce solde bancaire insaisissable est déterminé par le gouvernement et s’élève actuellement (2018) à 548 €, quelle que soit la taille du ménage. Certaines prestations de sécurité sociale sont également protégées et peuvent donc être ajoutées à ce chiffre. Les revenus de pension et les allocations de chômage ne sont pas protégés.

Lorsque la banque décide que les fonds disponibles sont suffisants, elle en informe l’administration fiscale. Le contribuable dispose alors d’un délai de deux mois pour contester l’avis, un recours qui est lui-même adressé à l’administration fiscale, bien qu’il soit possible d’intenter une action en justice pour empêcher la saisie.

La procédure peut également être utilisée contre les non-résidents, mais uniquement en ce qui concerne leur compte bancaire français.

Par ailleurs, il existe des procédures de recouvrement de créances à l’échelle européenne qui permettent d’exécuter une décision de justice dans un pays européen dans un autre, mais le Royaume-Uni a choisi de ne pas adhérer à cette législation.

Que la saisie aboutisse ou non, la banque est en droit d’imposer des frais pour le traitement de l’avis. Par le passé, ces frais étaient fréquemment supérieurs à 100 €. Une loi entrée en vigueur en 2019 limite désormais ces frais à un maximum de 10 % de la dette, dans la limite d’une somme maximale, qui sera réglementée par décret.

Lea LAMBERT

Lea LAMBERT

Elle est photographe professionnelle. Elle souhaite partager son amour de la photo à travers différentes illustrations de nos articles. Léa adore la région nantaise et ses paysages. Son expertise est un atout pour notre équipe.
%d blogueurs aiment cette page :