N44 a un étrange trou en son cœur.

N44 se cache dans le Grand Nuage de Magellan, à environ 170 000 années-lumière de nous. Ce joyau cosmique ne se distingue pas par la complexité de la nébuleuse, ses étoiles massives ou son gaz d’hydrogène incandescent, mais par son cœur évidé. Large de quelque 250 années-lumière, ce trou, appelé superbulle, est une énigme cosmique.

L’une des théories expliquant la présence de la superbulle est que les vents stellaires provenant d’étoiles massives situées au cœur du trou auraient emporté le gaz. Mais cela ne correspond pas à la vitesse des vents mesurée à l’intérieur de ses frontières. Une autre théorie met en avant la population d’étoiles massives au sein même de la nébuleuse. Ces étoiles produiraient des supernovae catastrophiques, leurs enveloppes résiduelles se dilatant en vieillissant. Par conséquent, une série de supernovae pourrait avoir creusé la blessure béante de la N44. Cependant, un seul reste de supernova a été identifié à l’intérieur de la superbulle jusqu’à présent.

D’un diamètre d’environ 1 000 années-lumière, N44 brille grâce à son gaz ionisé, comme le montre l’image Hubble ci-dessus. La région bleue brillante en bas à droite est la zone la plus chaude de la superbulle, là où elle connaît les épisodes les plus intenses de formation d’étoiles.