Un sondage montre que l’antipathie anglo-française est en hausse dans le contexte des chamailleries post-Brexit.

Un sondage montre que l’antipathie anglo-française est en hausse dans le contexte des chamailleries post-Brexit.

Exclusif : les tensions politiques entraînent une augmentation du nombre de Français ayant une opinion négative des Britanniques et vice versa.

Un sondage révèle qu’après un an de querelles post-Brexit, les Français et les Britanniques se sentent nettement moins bien disposés les uns envers les autres.

De fortes tensions entre Londres et Paris

Après des échanges houleux sur tous les sujets, de la pêche aux sous-marins, en passant par les règles de voyage de Covid et le protocole d’Irlande du Nord, le sondage YouGov a révélé que les opinions favorables aux Britanniques avaient chuté en France et dans d’autres pays de l’UE.

Les données de l’enquête EuroTrack de YouGov montrent que la proportion de Français déclarant avoir une opinion défavorable de la Grande-Bretagne a bondi à 42 % en novembre, contre 33 % en août, tandis que le nombre de ceux qui ont une opinion positive a chuté de 53 % à 46 %.

Les Britanniques sont tout aussi critiques à l’égard de la France : la proportion de personnes ayant une opinion négative du voisin continental le plus proche du Royaume-Uni est passée de 31 % à 40 %, tandis que la proportion de personnes ayant une opinion favorable est passée de 56 % à 47 %.

Des discours houleux

Récemment, il a été rapporté qu’Emmanuel Macron avait traité en privé Boris Johnson de clown à la tête d’un cirque, après que le Premier ministre ait tweeté une lettre demandant à la France de reprendre les personnes ayant traversé la Manche illégalement.

Les tensions entre Londres et Paris, qui se sont accumulées au cours de cinq années de négociations sur le Brexit, ont été exacerbées par une série de désaccords de plus en plus vifs entre les deux rives de la Manche, certains liés aux retombées du départ du Royaume-Uni de l’UE, d’autres non.

Les remarques de Johnson selon lesquelles Paris devrait « prendre un grip et donnez-moi un break » ont hérissé les plumes françaises à la fin de l’été, tandis que des querelles plus récentes sur les licences de pêche et les traversées de petits bateaux ont encore tendu les liens anglo-français.

Les opinions européennes négatives sur la Grande-Bretagne ne se limitent toutefois pas aux Français. L’enquête menée dans 15 pays a révélé que les Espagnols et les Allemands étaient plus hostiles à la Grande-Bretagne en novembre qu’au cours de l’été.

La moitié des Espagnols ont déclaré avoir une opinion défavorable de la Grande-Bretagne, ce qui représente une forte augmentation par rapport aux 38% du mois d’août, tandis que l’Allemagne a enregistré une augmentation plus modeste de 41% à 45%, reflétée par une baisse de quatre points des opinions favorables au Royaume-Uni, à 43%.

Boris NAULLEAU

Boris NAULLEAU

Il est un ancien journaliste de presse nationale. Il est spécialisé dans les articles d’actualités locales. Boris NAULLEAU est un expert des questions relatives aux collectivités.
%d blogueurs aiment cette page :