Vaccination du COVID-19

Vaccination du COVID-19

Apparue fin 2019, la maladie Covid-19 est responsable d’une épidémie mondiale toujours active. Symptômes, délai d’incubation, de contagion, personnes à risque, dépistage, traitements… Connaissances actuelles de cette nouvelle maladie infectieuse. Fin 2019, des cas groupés de pneumonies survenaient en Chine dont certains étaient mortels. Le 9 janvier 2020, le virus responsable est identifié, il s’agit d’un nouveau coronavirus appelé Sars-CoV-2 responsable d’une maladie baptisée « Covid-19 » par l’OMS. Un an plus tard, les médecins confirment qu’il y a encore beaucoup à apprendre de cette nouvelle maladie. Symptômes, délai d’incubation, de contagion, personnes à risque… Connaissances actuelles de cette nouvelle maladie infectieuse.

Qui peut se faire vacciner ?

Toutes les personnes majeures résidant en France peuvent désormais se faire vacciner. Plus besoin donc de faire partie des publics prioritaires, d’avoir une activité particulière ou d’être une personne à risque.

Les étrangers peuvent également être vaccinés au même titre que les Français. Il suffit d’être résidant sur le territoire national, de bénéficier de l’AME ou d’être demandeur d’asile. La vaccination est par ailleurs totalement gratuite.

Les enfants ne peuvent pas encore se faire vacciner, mais ce sera bientôt le cas pour les adolescents. Le professeur Alain Fischer, responsable de la stratégie vaccinale française, a indiqué la semaine dernière que les 16 à 18 ans seraient amenés à pouvoir se faire vacciner « courant juin ». Par ailleurs ce vendredi, l’Agence européenne du médicament (EMA) a autorisé la vaccination des 12-15 ans avec le vaccin Pfizer/BioNTech.

Les Types de test du COVID-19

  • Les tests virologiques (RT-PCR) : ils permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test, grâce à un prélèvement par voie nasale ou salivaire. Le résultat est en général disponible dans les 24 heures qui suivent. Afin de faciliter le dépistage de la Covid-19, les tests PCR sont totalement pris en charge par l’assurance maladie et ne nécessitent pas de prescription d’un médecin.
  • Les tests sérologiques : ils permettent de rechercher si une personne a développé une réaction immunitaire après avoir été en contact avec le virus. Ces tests détectent la présence d’anticorps au moyen d’une prise de sang. Les tests sérologiques fiables figurent sur une liste en ligne. Ils sont remboursés par la sécurité sociale lorsqu’ils entrent dans le cadre des indications définies par la Haute Autorité de Santé.
  • Les tests antigéniques : ils détectent la présence du virus ou de fragments de virus SARS-CoV-2. Comme les tests par RT-PCR, ils permettent le diagnostic précoce des maladies dès la phase aiguë. Ils répondent à la question « le patient est-il oui ou non porteur du COVID-19 ? ». Comme le test de référence actuel, le RT-PCR, les tests antigéniques sont à ce jour réalisés à partir de prélèvements dans le nez, par écouvillon. Mais alors que le RT-PCR nécessite une analyse parfois de plusieurs heures en laboratoire, pour détecter le matériel génétique du coronavirus, le test antigénique repère des protéines du virus en moins de 30 minutes.
  • Les autotests nasaux : il s’agit de tests antigéniques dont le prélèvement et la lecture du résultat peuvent être réalisés seul, d’après les indications fournies par un professionnel et après lecture des conditions d’utilisation et du « guide d’utilisation » fournis lors de l’achat. Le mode de prélèvement autorisé aujourd’hui est l’auto-prélèvement nasal, qui est moins profond que le prélèvement nasopharyngé pratiqué pour les tests PCR et antigéniques classiques. Le résultat est déterminé en quinze à vingt minutes, selon la notice du fabricant.
  • Les tests salivaires : ils correspondent à un examen de la salive ; ils ne font pas mal. Ils sont déployés dans les écoles maternelles et élémentaires pour renforcer le dépistage au Covid-19 et rompre au plus vite les chaînes de contamination. Leur prélèvement est plus acceptable par les jeunes enfants que celui du test nasopharyngé (par le nez).

Où se faire vacciner ?

Pour se faire vacciner contre le coronavirus, il faut se rendre dans un centre de vaccination, chez son médecin généraliste ou encore dans une pharmacie. La France compte actuellement plus de 2 000 centres de vaccination répartis sur l’ensemble du territoire. Un chiffre en constante augmentation.

Les vaccins Pfizer et Moderna, sont généralement administrés en centres de vaccination. La médecine de ville et les officines de pharmacie disposent des vaccins AstraZeneca (et bientôt Johnson & Johnson), plus faciles à stocker. Dès le 28 mai prochain, les pharmacies recevront des doses du vaccin Moderna.

Pour aller plus loin : COVID-19  

Comment prendre rendez-vous ?

Il est possible de prendre rendez-vous, par trois moyens :

  • Par téléphone, au 0 800 009 110, un numéro gratuit ouvert 7j./7 de 6h à 22h.
  • Sur le site public Sante.fr, qui recense tous les centres de vaccination. Vous devez choisir la ville de résidence (ou la ville où vous souhaitez vous faire vacciner) pour obtenir les contacts utiles. Vous pouvez les joindre par téléphone ou directement réserver un créneau en ligne.
  • Sur les trois plateformes médicales privées Doctolib, Maiia et Keldoc. « Quand le patient sera sur le site internet, on lui posera des questions sur son âge. L’objectif est que seules les populations éligibles puissent prendre rendez-vous et accéder aux centres de vaccination », a assuré sur Franceinfo Stanislas Niox-Château, cofondateur et président de Doctolib. Des SMS de rappel seront envoyés pour être sûr de ne pas oublier le rendez-vous.

Il est également possible de prendre rendez-vous avec un médecin généraliste ou de se rendre dans une pharmacie afin de fixer un rendez-vous au plus vite (seulement avec AstraZeneca et Janssen).

Comment se déroule la vaccination ?

Le jour du rendez-vous, un personnel de santé se charge de poser des questions à la personne concernée ou lui fera remplir un auto-questionnaire afin de s’assurer de l’absence de contre-indications. Il s’agira de savoir si la personne ne souffre pas d’allergies graves, n’a pas eu le Covid au cours des trois derniers mois, n’a pas été vaccinée contre la grippe les trois semaines précédentes ou encore n’a pas de fièvre ou d’autres symptômes du Covid-19.

Si le questionnaire est validé par l’équipe médicale, un médecin, un infirmier ou une autre personne assermentée (pompier, etc.) se charge d’effectuer la première injection intramusculaire dans l’épaule. Par mesure de précaution, la personne vaccinée est invitée à rester quinze minutes sur place avant de pouvoir rentrer chez elle. Elle est inscrite dans le fichier « SI Vaccin Covid » (Système d’information du vaccin Covid), qui recense les Français vaccinés.

Pour recevoir la seconde dose du vaccin, il faudra attendre « entre trois et six semaines », selon le ministre de la Santé, Olivier Véran. Le rendez-vous doit être planifié lors de la première visite.

Le certificat de vaccination

Depuis le 3 mai dernier, l’assurance maladie est chargée de remettre à l’ensemble des personnes pleinement vaccinée contre le Covid-19 un certificat de vaccination qui sera nécessaire dans le cadre de la mise en œuvre du pass sanitaire début-juin pour participer à certains rassemblements (concerts, évènements sportifs…) ou pour voyager dès cet été dans certains pays qui l’exigeront.

John CASTEL

John CASTEL

Il est étudiant en journaliste dans une école parisienne. John est spécialisé dans les informations relatives au numérique et la High-Tech. Théo permet d’apporter une information au plus près de nos lecteurs.